Partagez| .

Yoru no tea party [PV Kimiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mar 28 Jan - 19:53

Rangeant en hâte les quelques partitions qu'elle avait prêté à Kimiko dans sa pochette cartonnée, Hikari se décida à sortir de la salle de musique, faisant signe à sa cadette de la suivre sans trop faire de bruit. Montant lentement les escaliers menant au second étage, sans trop se presser pour ne pas attirer l'attention des soeurs sur elles, elle traversa l'aile ouest réservée aux élèves de Rim qui, vu l'heure, était déserte. Fort heureusement d'ailleurs, car l'uniforme de sa cadette aurait attiré bien des regards: il était rare qu'une demoiselle de Miatre, dont l'aile était à l'opposée de celle occupée par les Rim, se retrouve au milieu de ces couloirs, surtout aussi tard dans la soirée, après le couvre feu. Serrant la main de Kimiko pour éviter qu'elle ne se perde dans les longs corridors et aussi afin d'être sure qu'elle la suive, la brunette arriva finalement devant la porte de sa chambre qu'elle ouvrit doucement avant de s'adosser dessus, de sorte à laisser la Miatroise entrer dans son nid douillet. L'invitant d'un signe de la main à pénétrer dans la pièce plongée dans l'obscurité, elle referma avec discrétion la porte afin de n'attirer ni l'attention de ses voisines, ni celle du personnel encadrant qui faisait sa ronde avant d'appuyer sur l'interrupteur placé juste à coté de l'entrée, faisant jaillir des ampoules électriques perchées au plafond une claire lumière, loin d'être aveuglante comme celle des néons utilisés dans de nombreux bâtiments publiques.

A la lumière de ces lampes apparu le jardin secret d'Hikari, la chambre qu'elle occupait depuis son entrée en troisième année et qu'elle avait déjà bien pris d'assaut. Bien qu'il régnait un certain ordre dans la petite pièce meublée par deux lits communs à toutes les écoles et tous les étages, dont l'un était inoccupé, ainsi que deux bureaux d'un bois noble, trônant chacun au fond de la pièce et se faisant face. Sur l'un d'eux, une pile de papiers, de nombreux crayons, bobines de fil, aiguilles et autres matériels à dessins se mêlaient joyeusement dans un méli-mélo qui semblait prêt à déborder de la table de travail. Seul un petit recoin était libre, permettant à la Rimoise de faire ses devoirs bien qu'elle ai l'habitude de les faire sur le second meuble de travail inutilisé puisqu'aucune demoiselle ne s'était installée dans cette chambre. Sur le large tableau d'affichage en liège, accroché sur le mur voisin à celui où s'adossait le bureau, de nombreuses photos s'entassaient l'une sur l'autre : des clichés de ses amies de Midorigawa, de sa famille, des nombreux lieux qu'elle aimait dans son village natal. Malgré la distance certaine, la brunette ne souhaitait pas oublier ce lieu de son enfance et ne voulait pas s'en sentir éloignée. Aussi, dès qu'elle ressentait en elle un début de nostalgie, elle savait qu'un simple regard sur ses photos effacerait tout. Pourtant, sur ce panneau mis en place par la résidence afin d'éviter toute dégradation des murs, elle n'avait rien épinglé sur Kibuki. La seule photo qu'elle avait de cette défunte soeur était encadrée d'un cadre d'un bleu vaporeux devant lequel se tenaient quelques bougies dont la mèche était entamée.

"-Voilà,Kimi-chan! l'invita Hikari en se rendant vers le petit buffet se tenant près de son bureau afin d'en sortir des gâteaux, Fais comme chez toi! Tu peux t'asseoir sur mon lit."

Sortant une théière japonaise en fonte et deux tasses de porcelaine assorties, décorées d'adorables chats porte-bonheur, elle se saisit d'une boite emplie de feuilles de thé séchées qu'elle enfouie dans le récipient avant d'y ajouter de l'eau chaude. Tout en préparant cette boisson chaude, la Rimoise continuait de faire la discussion à son hôte, un grand sourire tracé sur ses lèvres:

"-C'est un peu le désordre pas vrai? Je suis désolée mais comme je travaille dur pour l'école et pour le club de couture dont je suis membre, il me reste très peu de temps pour m'occuper de ma chambre. Le soir, je suis si épuisée que je m'endors dès que je sors du bain."

Elle se mit à rire, assez bas pour ne pas être entendue par ses voisines de chambrées. Bien sûr, se souvenir de la fois où elle s'était endormie sans rien sur elle un soir l'amusait bien qu'il en résulta un bon coup de froid qui lui tint la gorge une bonne semaine, mais il y avait autre chose. Elle était ravie d'être en compagnie de Kimiko, de ne pas être seule ce soir. Et l'idée de partager avec elle un peu de thé et des gâteaux l'enchantait, elle avait l'impression que son éternelle solitude se dissipait peu à peu pour laisser place à la chaleur que pouvait provoquer en elle un tel moment de convivialité. Sortant délicatement les friandises que sa mère, toujours si attentionnée, lui avait envoyé, elle les arrangea joliment dans une assiette avant de se saisir du buffet pour le disposer au centre de la pièce, juste devant sa cadette avant de le recouvrir d'une grande nappe blanche. Puis y posant le plat garni et les tasses, elle trempa furtivement un doigt dans le thé qu'elle trouva à la bonne température avant de se saisir de la théière pour servir son hôte. Emplissant généreusement sa tasse, elle lui tendit avec solennité avant de se servir elle même:

"-Tu vas voir, ce thé est délicieux! Ce sont des herbes qu'on trouve dans mon village. Elles ne sont pas de grande qualité mais bien préparées à la manière Amakusa, elles sont excellentes."

Humant avec attention la délicieuse odeur que dégageait la boisson, elle en bût une gorgée qu'elle savoura. Ses sens lui faisaient remonter bien des souvenirs, bien des instants de son enfance et cette saveur qui emplissait sa bouche la confortait dans l'idée que ce thé, bien que simple, était le meilleure du monde.

"-Veux tu goûter aux gâteaux? demanda-t-elle en tendant à Kimiko l'assiette pleine de petits sablés au chocolat et à la vanille, Ma mère les cuisine très bien, je t'assure que tu vas te régaler."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe

avatar

Kimiko Ashiro
Connaissance


Points de Réputation : 125
Date d'inscription : 06/01/2014
Date de naissance : 09/07/1997
Age : 20
Rang : -
En couple avec : *tousse*




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mer 29 Jan - 0:16

Bien sûr, Kimiko avait suivi sans la moindre hésitation sa nouvelle amie. Elles avaient ainsi pénétrées dans un lieu inconnue à Kimiko - et pour cause, elle n'avait aucune raison de venir par ici. Sans surprise, à part de menus détails, tel la couleur des murs et la décoration utilisée, il n'y avait aucune différence notable quant à l'organisation des couloirs et des chambres entre les différents étages et sections de la résidence. Aussi n'eut-elle finalement aucune difficulté à se repérer dans l'établissement, dans le but de retrouver, plus tard, la bonne route pour retrouver sa propre chambre.

A l'invitation d'Hikari, Kimiko entra sans hésiter dans sa chambre, et en fit rapidement le tour des yeux. Certes, comme celle-ci l'avait relevé, les lieux n'étaient pas aussi bien rangé que la chambre de Kimiko. Mais pouvait-on le lui reprocher? Kimiko avait bien conscience qu'il s'agissait plutôt d'elle qui était extrêmement scrupuleuse plutôt qu'Hikari qui ne le serait pas assez. Il fallait dire que Kimiko suivait toujours à la lettre un des préceptes de ses anciens instructeurs, à savoir qu'un lieu correctement rangé et décoré avec goût était meilleur pour la concentration et la réflexion. C'est pourquoi, tout en s'asseyant sur le lit d'Hikari, que Kimiko n'eut aucune peine à repérer, elle lui sourit et répondit calmement, du ton le plus bas possible.


"Ne t'inquiètes pas, Hika-chan, je le comprends bien. Parfois, on a l'impression que les journées sont plus courtes qu'elles ne le devraient être. Cela m'arrive aussi, parfois, de laisser ma chambre pas tout à fait dans l'ordre qu'il faudrait."

Évidemment, la chose était extrêmement rare chez Kimiko et, au plus, il s'agissait d'un tas de feuille mal classé ou un vêtement mal positionné dans son armoire. Et dans ce cas-là, Kimiko se levait un peu plus tôt le matin pour tout remettre dans l'ordre. Mais Hikari n'avait pas besoin de le savoir, aussi Kimiko ne s'étendit pas plus sur ce sujet, qui n'était pas un sujet important à ses yeux. La "normalité" était vraisemblablement plus du côté d'Hikari que du sien.

"Tu fais partie du club de couture, alors? Ca doit être amusant à faire! On aura sans doute l'occasion de se revoir, je fais partie du club de théâtre. Tu pourras me montrer comment tu fais? J'aimerai bien apprendre à faire des choses aussi jolies que ce que vous faites."

Le ton employé par Kimiko était on ne peut plus sincère - elle semblait réellement intéressée par l'idée d'en apprendre plus sur la chose, tandis qu'Hikari avait mis à infuser du thé et installait un meuble en guide de table. Kimiko attendit sagement que tout fût prêt, et, quand Hikari la servit et lui proposa un petit en-cas, Kimiko ne le refusa pas : cela aurait été terriblement impoli de refuser son invitation, et elle goûta d'abord un petit morceau de biscuit, ainsi qu'une petite gorgée de thé. Et, effectivement, l'ensemble était très bon.

Bien sûr, Hikari n'avait pas suivi à la lettre la rituelle cérémonie du thé - mais était-ce si important? Après tout, son thé était bon, et elles passaient un bon moment ensemble. Aussi Kimiko n'hésita pas à féliciter Hikari pour tout cela.


"C'est effectivement très bon, Hika-chan! Je te remercie pour ton invitation, et j'espère que je pourrai te rendre la pareille prochainement."

Continuant alors doucement leur conversation, Kimiko retourna quelques questions à Hikari. Après tout, elle avait, elle aussi, envie de la connaître plus, aussi n'hésita-t-elle pas à ouvrir la conversation sur d'autres sujets.

"Je constate que toi aussi tu es toute seule dans ta chambre... Je trouve ça triste. J'espère que le jour où j'aurai une colocataire, je m'entendrai bien avec elle! J'espère même que l'on deviendra amies. Tu aimes vivre ici, Hikari? Bien sûr, on est loin de nos familles, mais je trouve que les gens sont plutôt gentils ici, et ce n'est pas désagréable non plus. Vous vous occupez de quoi en ce moment, au club de couture? Nous, au club de théâtre, nous avons commencé à répéter une pièce basée sur l'histoire des quatre filles du docteur March. Je trouve la pièce plutôt originale, personnellement."

Manifestement, Kimiko était une passionnée, et exprimait facilement ses pensées et ses sentiments aux autres. Elle parlait en souriant à Hikari, tout en en gardant un ton calme et discret, pour ne pas attirer l'attention chez elle. Tout en elle respirait l'éducation en coupe réglée, avec une politesse et une façon de s'exprimer avec douceur et précise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mer 29 Jan - 14:42

Acceptant poliment les friandises et le thé qu'elle lui proposait, Kimiko se servit et croqua dans l'un des biscuits avant de boire une gorgée de thé. A en juger par l'expression de son visage, qui montrait que la collation était au goût de son hôte, Hikari sourit avant d'elle même mordre dans un gâteau: la douceur de la vanille incorporée dans la pâte sablée vint subtilement caresser ses papilles puis la force du chocolat noir vint ensuite s'inviter dans sa bouche, créant un mélange tout à fait délicieux. Décidément, sa chère mère n'avait pas perdu la main, elle se révélait toujours aussi bonne cuisinière et ses recettes de sablés, qu'elle avait apprise en France, rivalisaient aux yeux de la Rimoise avec celles des grands pâtissiers. Sans doute idéalisait-elle quelque peu la qualité des biscuits, faute d'être complètement objective... et pourtant se conforter dans cette idée ne la dérangeait pas puisqu'elle n'engageait qu'elle.
Buvant de nouveau une gorgée de ce thé qu'elle trouvait toujours aussi bon, la noiraude entendit soudain sa cadette la féliciter, remarquant qu'en effet les mets proposés étaient très bons, la remerciant ensuite de l'invitation qu'elle espérait prochainement lui retourner, ce à quoi Hikari acquiesça en souriant.

Après l'avoir complimentée, la Miatroise lui retourna calmement quelques questions afin d'alimenter la conversation, remarquant que son aînée était elle aussi seule dans sa chambre. Eh oui, au grand désespoir d'Hikari, personne n'avait encore élu domicile dans cette petite pièce de repos. Non pas parce que la petite couturière n'était pas acceuillante ou trop étrange aux yeux de ses camarades, mais simplement parce que les élèves en troisième année à Rim était en nombre impair. De ce fait, les chambres étant doubles, il y en avait forcément une qui ne serait occupée que par une pensionnaire. Cette pensionnaire, c'était Hikari.
Kimiko enchaîna ensuite en soulignant qu'elle était elle aussi seule dans son propre dortoir et que le jour où une colocataire viendrait s'installer avec elle, elles s'entendraient bien avant de demander à son aînée si elle aimait vivre ici. Puis de nouveau, elle la questionna sur les activités de son club de couture, l'informant qu'au club de théâtre dont elle était membre, les répétitions de la pièce "Les Quatre Filles du Docteur March" avait commencé. Alors comme ça elle faisait partie de la troupe de théâtre de Miatre? Sans doute serait-elle une de ses futures clientes...
Restée silencieuse pendant le flot de questions qui lui était adressé, la noiraude aux yeux bleus avait observé sa cadette, tentant de la cerner un peu plus qu'elle ne l'avait déjà fait: elle était polie, il n'y avait aucun doute. Ces paroles, bien que pesées afin de paraître les plus douces possible, montraient à quel point elle était passionnée et intéressée par son interlocutrice. Celle ci, adressant un grand sourire à sa cadette, s'empressa alors de répondre à ses mille questions:

"-Eh oui, je suis toute seule ici... dommage d'ailleurs, je suis sure qu'avoir une colocataire doit être vraiment amusant! Passer la soirée à rire, à parler, s'entraider...bien sûr, si j'ai besoin d'aide, j'ai mes amies quelques portes plus loin ou encore mes voisines mais ce n'est pas la même chose qu'un lien entre deux filles qui vivent depuis trois ans dans la même chambre."

Croquant dans un biscuit, elle continua avec douceur:

"-C'est vrai que vivre ici n'est pas désagréable. Pour moi, lorsque je suis venue ici, ce fut une véritable renaissance. Même si je suis toujours très attachée à mon village natal, je considère Astrea comme mon second foyer, là même où ma vie a repris son cours, après le décès de Kibuki. C'était ma soeur jumelle...tu l'as déjà vu, c'est elle que tu as confondu avec moi quand tu as vu les photos sur ma pochette."

Affichant sur son visage blanc porcelaine un sourire doux, Hikari absorba à grandes goulées le reste de thé qui dansait dans sa tasse. Elle n'aimait pas parler de cet évènement tragique, ni se souvenir des derniers instants de sa soeur, qui avait longtemps souffert en agonisant. Et pourtant, elle ne souhaitait pas non plus renier ce passé qu'elle détestait, ni le cacher à sa chère cadette. Après tout, il n'y avait rien de honteux à avoir vu mourir quelqu'un sans n'avoir rien pu faire: l'homme était soumis à la mort et au sort, il ne pouvait pas changer son destin, même si il déployait toutes les forces qu'il avait en lui. Parfois, la volonté seule ne suffit hélas pas à réaliser nos souhaits:

"-Enfin bref... ,dit-elle en souriant, si tu veux, je t'apprendrai à coudre. Tu verras, ce n'est pas si compliqué. Il suffit d'être habile et patiente. Si tu désires réaliser quelque chose à l'aide d'aiguilles et de fils, passes me voir à Rim, dans la salle du club du couture. Même si tu es de Miatre, tu seras toujours bien accueillie."

Elle avait précisé cela afin de mettre la première année à l'aise quant à l'idée de se balader dans les couloirs d'une école différente de la sienne: en théorie, les élèves d'Astrea avaient pour règle de ne pas pénétrer dans les écoles dans lesquelles elles n'étudiaient pas, règle que l'académie Miatre et l'institut Spica s'efforçaient de respecter. Pourtant, l'école cadette Rim avait décidé d'aller à l'encontre de cette réglementation, permettant à toutes les demoiselles d'aller et venir au sein de son établissement et d'être toujours bien accueillies par les étudiantes aux jupes écossaises.

"-Je serai ravie de te voir, assura-t-elle en s'asseyant aux cotés de son interlocutrice avant de saisir l'une de ses mains, je suis sure qu'avec des doigts aussi fins que les tiens, tu arriveras à faire des merveilles en couture."

Riant doucement, elle lui demanda avec intérêt:

"-Mais dis moi Kimi-chan, quel rôle joues-tu dans la pièce choisie par la troupe de Miatre? D'ailleurs, c'est amusant mais Rim a aussi décidé de répéter Les Quatre Filles du Docteur March. Comme quoi le hasard fait bien les choses! En tout cas, il faudra me prévenir quand vous donnerez votre représentation. Je passerai te voir !" Se resservant d'un peu de thé, elle lui demanda avec attention " Au fait, comment était ta vie avant de venir à Astrea? Je me suis persuadée que tu venais d'une famille noble, à en juger par ta bonne éducation, mais peut être que je me trompes... Après tout, on peut venir d'une famille modeste et être bien élevée."

Elle avait posé toutes ses questions à sa cadette d'une traite, d'une voix douce afin de ne pas l'effrayer ,la brusquer ou qu'elle se sente oppressée par tant d'attention envers elle, un grand sourire illuminant son visage encadré par ses cheveux noirs. Ses grands yeux bleus la fixait avec tendresse, l'incitant avec gentillesse à se confier, lui promettant rien qu'avec le regard que tous ce qu'elle dirait resterait entre elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe

avatar

Kimiko Ashiro
Connaissance


Points de Réputation : 125
Date d'inscription : 06/01/2014
Date de naissance : 09/07/1997
Age : 20
Rang : -
En couple avec : *tousse*




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mer 29 Jan - 16:55

Les réponses qu'Hikari lui formula firent sourire Kimiko, qui hochait la tête en l'écoutant. Elle avait bien raison, et elles avaient, au final, plutôt le même point de vue. Bien sûr, quand Hikari parla de sa sœur jumelle, Kimiko n'ajouta rien sur le sujet. Elle ne voulait pas en parler, mais elle avait bien détecté précédemment qu'il devait y avoir une raison majeure à sa non-présence en ces lieux. Aussi ce que lui apprit Hikari ne l'étonna pas, même si elle avait, malgré tout, de la peine pour elle. Cela ne devait pas être facile de perdre sa sœur, plus encore lorsqu'il s'agissait de sa propre jumelle. C'est un peu comme un peu de "soi" qui disparaît. La conversation aurait alors sans doute marqué un blanc désagréable si Hikari s'était arrêtée-là. Heureusement, elle reprit alors sur un sujet tout autre.

De fait, Hikari proposa à Kimiko de lui apprendre à coudre à l'occasion, et de venir lui rendre visite dans son établissement. Chose à quoi Kimiko répondit avec un doux enthousiasme, lui souriant gentillement en retour. Elle n'eut même pas l'idée de retirer sa main après qu'Hikari l'ai prise, dénotant qu'elle acceptait déjà un certain rapprochement entre les deux jeunes filles.


"D'accord, merci, Hika-chan! Je te dirai quand j'aurai l'occasion de passer."

Au contraire de beaucoup d'autres élèves, Kimiko n'avait pas cette attitude de rejet ou de défiance envers les autres établissements. Il allait sans dire qu'en soit, Kimiko détonnait beaucoup dans le paysage de Saint-Miatre.

Les paroles qui suivirent firent réfléchir Kimiko. Elle ignorait jusque-là que Saint-Rim s'apprêtait à faire la même pièce que celle prévue à Saint-Miatre, et elle s'en demandait la raison. Elle n'en savait pas assez pour trancher la question : était-ce fait pour de bonnes ou de mauvaises raisons? Etait-ce une manière de se concurrencer pour voir qui est la meilleure école ou était-ce simplement un hasard? Quoi qu'il en soit, Kimiko désapprouvait l'idée de jouer deux fois la même pièce. Il aurait été beaucoup plus simple à ses yeux de réunir les moyens et talents des deux clubs, et, pourquoi pas, de jouer une autre pièce ensemble. Mais la décision ne lui appartenait pas, aussi n'avait-elle pas grand chose à en dire. Aussi se contenta-t-elle de répondre à la question de son amie.


"Il est prévu que je joue Beth. Je ne sais pas encore quand aura lieu la première représentation, mais je te tiendrai au courant, ne t'en fais pas. C'est promis!"

Le fait qu'on lui donna ce rôle précis n'étonnait pas plus que cela Kimiko. Il est vrai qu'elle se reconnaissait elle-même en partie dans le rôle de cette jeune fille, et elle était persuadée que c'était la raison pour laquelle on le lui avait confié. D'autres se chargeront très bien des autres rôles, il n'y avait pas à en douter.

Puis vint le moment où Hikari l'interrogea sur ses propres origines. Il est vrai que Kimiko en savait un peu plus long sur Hikari qu'Hikari sur elle-même, car elle n'avait tout simplement pas eu le besoin d'en parler jusque-là. Et comme Kimiko n'avait aucune raison d'avoir honte de ses origines, elle n'hésita pas à en parler à Hikari.


"C'est vrai, c'est le cas, comme beaucoup de mes camarades de Saint-Miatre. Je suis issue de la famille Ashiro, dont je suis la principale héritière. Aussi ai-je longtemps vécu dans la demeure ancestrale de ma famille, à Shikoku. L'endroit est agréable, et j'y retournerai certainement à la fin de mes études ici, à Saint-Miatre. C'est comme ça que cela se déroule pour la plupart des femmes de ma famille."

Aussi, c'est tout naturellement que Kimiko retourna la question à Hikari.

"Et toi, Hika-chan, te plais-tu à Saint-Rim? Pourquoi as-tu fais ce choix-là? Aurais-tu préférée être ailleurs?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mer 29 Jan - 20:58

A sa proposition de venir la voir au club de couture si l'envie lui prenait, Kimiko répondit à Hikari par l'affirmative, la remerciant et lui disant qu'elle l'informerait si un jour elle passait. Cette nouvelle réjouit son aînée, qui était ravie d'apprendre quelque chose qu'elle aimait autant que les travaux d'aiguilles à cette petite demoiselle qui lui était si sympathique avant de lui poser de nombreuses questions à son propos. Par curiosité bien sûr mais aussi car elle portait un grand intérêt à en savoir un minimum sur celles qu'elle considérait comme ses amies, afin de savoir comment réagir avec elles, de ne pas commettre de maladresses ou de parler de sujets sensibles. Et par chance, son interlocutrice prit patiemment le temps de répondre à toutes ses interrogations, en commençant par lui informer qu'elle jouait le rôle de la douce Beth dans la pièce montée par l'école aînée. Les lèvres de la Rimoise se tirèrent en un sourire admiratif: ce rôle lui convenait parfaitement, Kimiko était aussi douce et humble que cette charmante pianiste à la si fragile santé. Elle interpréterait ce rôle à merveille, elle en était tout à fait convaincue.

Avouant ensuite qu'elle ne savait pas quand la représentation aurait lieu mais promettant cependant à son interlocutrice de la prévenir dès qu'elle aurait connaissance de la date, la Miatroise dévoila alors ses origines, racontant à la troisième année son histoire: elle venait en effet d'une ancestrale famille, celle des Ashiro dont elle était la future chef et la principale héritière. Elle avait longtemps vécu dans la demeure de cette famille, située à Shikoku, qu'elle définit comme un cadre agréable et auquel elle reviendrait sans nulle doute une fois son cursus scolaire terminé, achevant le récit de son histoire en soulignant que cette façon de faire était une tradition familiale. Eh bien, cette toute petite jeune fille avait déjà un avenir tout tracé, Hikari devait bien avouer qu'elle l'enviait quelque peu: elle ne savait pas de quoi serait son avenir, elle était sure de retourner à Midorigawa après ses études mais ignorait encore si elle reprendrait l'église familiale dans laquelle elle pourrait sans problème faire perpétuer les offices lorsque son père ne le pourrait plus. Mais le souhaitait-elle vraiment? La religion ne la rebutait pas, bien au contraire, elle avait souvent envisagé durant son enfance d'entrer dans les ordres mais à l'heure d'aujourd'hui, elle ne voulait plus dévouer complètement sa vie à Dieu. Elle désirait travailler, être une femme indépendante méritant sa place dans la société, comme toutes les jeunes filles de son âge.

Alors qu'elle se questionnait rapidement sur cet avenir incertain,la demoiselle de Rim entendit alors la première année lui retourner la question, lui demandant si elle se plaisait dans son établissement et pourquoi elle avait choisi d'intégrer l'école cadette d'Astrea, lui demandant finalement si elle aurait désiré être ailleurs. Oh non, Hikari ne regrettait pas d'avoir été admise à Rim, cette école lui convenait tout à fait: elle lui permettait d'être libre vu que les règles étaient bien plus souples que dans les autres établissements, permettant aux élèves de s'épanouir dans un cadre se voulant chaleureux et familial, mettant plus en avant la bonne entente entre les demoiselles plutôt que leurs résultats. Et puis, quand bien même elle ne s'y plaisait pas, elle ne pourrait pas intégrer les autres instituts: les critères de sélection de Miatre exigeaient que ses élèves soient issues d'anciennes familles tandis que Spica voulait ses étudiantes membres de famille nobles. La famille d'Hikari ne remplissait aucune de ses exigences: elle venait d'une maison modeste loin d'être ancienne, ses parents n'étaient pas nobles non plus, étant de simples pasteurs, et la petite bourgade dont elle était originaire abritait plus des familles de commerçants que de riches héritiers.

"-Oh oui, je m'y plais beaucoup! C'est une école vraiment géniale, tout le monde y est très sympathique et on nous laisse une grande liberté de mouvement,la directrice met vraiment en avant l'épanouissement personnel plutôt que la discipline et je trouve cette façon de faire très intéressante. Et puis, l'uniforme de cette école est juste trop mimi, tu ne trouves pas?!" Riant en déclarant cela,elle continua avec un peu plus de sérieux "Aussi, je peux t'assurer que pour rien au monde je ne changerai d'école...de toute façon, même si je le voulais, je ne pourrai pas puisque je ne remplis pas les critères de sélection de Miatre et Spica."

Resservant son hôte, emplissant sa tasse généreusement de thé chaud, elle développa sa pensée:

"-Vois tu, contrairement à la tienne, ma famille n'est ni ancienne, ni même fortunée. Pour tout te dire, ma mère est mercière, c'est d'ailleurs à elle que je dois ma passion pour la couture, et mon père prêtre. Autant te dire que nous avons toujours vécu de façon modeste...voilà pourquoi il m'arrive parfois d'avoir un peu de mal à m'habituer au luxe de la résidence qui n'est pourtant en rien comparable à celui dans lequel certaines jeunes filles ont toujours évolué."

Sursautant en entendant ces mots, craignant que Kimiko prenne mal sa dernière remarque à propos de la richesse de certaines familles et la considère comme une critique, elle se reprit aussitôt en bafouillant, ses joues rouges de honte:

"-P...Pardon, ce n'est pas ce que je voulais dire...je ne critique pas le fait que des demoiselles soient riches et je ne les méprise pas! C'est juste que pour une fille comme moi, le luxe me semble quelque chose de bien étrange..."

Soupirant, ses joues cramoisies, craignant d'avoir froissé sa cadette, Hikari serra ses poings en se blâmant pour son manque de diplomatie. Elle avait l'habitude de parler avec simplicité de l'abondance dans laquelle des prétentieuses de Spica ou Miatre se complaisaient depuis leur enfance avec ses camarades de classe, elles même issues de classe moyenne, mais jamais elle n'avait abordé la question avec une étudiante qui n'était pas de Rim.

"-Et toi Kimi-chan, aimes-tu étudier à Miatre? Il paraît que c'est une excellente école pour tout ce qui est études mais aussi formation pour devenir une excellente épouse...même si beaucoup de mes camarades déplorent le trop grand ordre et la omniprésente discipline de l'académie. Crois tu que tu te serais plût à Spica ou Rim?"

En lui demandant ça, la noiraude tentait de rattraper son impolitesse et de montrer à Kimiko, en lui parlant avec tant de proximité et d'intérêt, qu'elle ne la méprisait nullement bien qu'elle soit l'héritière d'une grande famille et qu'elle la considérait comme une demoiselle tout à fait ordinaire mais aussi comme une importante amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe

avatar

Kimiko Ashiro
Connaissance


Points de Réputation : 125
Date d'inscription : 06/01/2014
Date de naissance : 09/07/1997
Age : 20
Rang : -
En couple avec : *tousse*




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mar 4 Fév - 0:02

La réponse de son amie Hikari fit sourire Kimiko. Elle était heureuse de savoir que celle-ci se plaisait bien dans son école. Et si elle eu l'impression d'être maladroite en parlant du luxe auquel les filles des autres écoles - dont Kimiko faisait partie, forcément - était habituée, cela ne sembla pas le moins du monde choquer Kimiko. Au contraire, même, Kimiko eu un sourire indulgent, avant de lever la main d'un geste apaisant. Elle n'en voulait absolument pas à Hikari pour ses propos, et tenait à le lui faire savoir.

"Ne t'inquiètes pas, Hika-chan, je comprends parfaitement ce que tu veux dire! C'est vrai qu'il y en a beaucoup qui ont l'impression que tout leur est due de par leur naissance, et qui trouvent toujours le moyen de se plaindre. Personnellement, on m'a toujours plutôt appris que le fait d'être riche doit être plutôt considéré comme une responsabilité envers ceux qui n'ont pas cette chance. D'ailleurs, une fois ma scolarité terminée, il faudra que je fasse mes preuves pour prouver que je suis bien digne de diriger l'empire familial. Cela n'est pas arrivé depuis longtemps, mais dans ma famille, on préfère écarter les héritiers qui ne se montrent pas digne de cette charge. C'est peut-être pour ça que notre famille a réussi à avancer alors que d'autres ont disparues."

Après avoir expliqué tout ça tranquillement, Kimiko accepta la proposition d'Hikari de la resservir en souriant. Puis, tout aussi doucement que sa dernière réplique, Kimiko répondit à nouveau à la question de sa nouvelle amie.

"Je ne me suis jamais posée la question de si je serai mieux ailleurs que dans cette école. Je suppose que j'aurai fini par m'adapter partout, car toutes les écoles ont leurs qualités à mes yeux. Mais on ne nous forme pas particulièrement à devenir de bonnes épouses, à mon sens. Pas plus qu'on vous l'apprend à Saint Rim, Bien sûr, nous apprenons des choses nouvelles par rapport à ce que nous apprenions jusqu'ici, mais je pense que l'enseignement principal de ce lieu est de se voir confrontée à des situations différentes de celles que l'on a pu connaître au sein de notre famille. De rencontrer des personnes différentes, de vivre des choses différentes. De nous apprendre à nous construire en tant qu'individualité pure, si tu préfères. Voilà ce que j'en pense."

Et sur ces paroles, Kimiko reporta son thé à ses lèvres, le buvant doucement, sans bruit, tout en souriant. Elle décida alors d'aborder un tout autre sujet de conversation avec son amie.

"Dis-moi, Hika-chan, en parlant de se construire et de se découvrir soi-même... Quelles ont été les choses les plus marquantes que tu as vécu jusqu'ici à Astrea? Les choses qui ont fait que tu es ce que tu es désormais, et pas quelqu'un d'autre?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Sam 15 Fév - 21:49

Alors qu'elle buvait, toujours avec autant de plaisir, le thé qu'elle avait préparé avec les herbes envoyées par sa famille, Hikari entendit alors sa jeune camarade de Miatre lui avouer que sa famille apprenait à tous les héritiers la générosité et à prendre la richesse comme une responsabilité et non un dût. Kimiko ajouta ensuite qu'une fois ses études terminées, elle devrait faire ses preuves et se montrer capable d'assurer le lourd poste d'héritière , au risque de s'en voir définitivement écartée. Eh bien, la vie de demoiselle bien née n'était donc pas aussi facile que la Rimoise l'eu cru: elle avait souvent imaginé qu'elles avaient une vie luxueuse, loin de toutes préoccupations et que leur avenir était tout tracé...pourtant sa cadette lui avait démontré en quelques mots qu'au contraire, certaines héritières avaient bien des soucis. En effet, quoi de plus effrayant qu'être jugée inapte à gérer sa famille? Même la noiraude, pourtant d'une lignée modeste, pouvait comprendre cette crainte d'être mise à l'écart.

Repoussant avec douceur une de ses longues mèches de cheveux ébènes, la troisième année posa ses grands yeux bleus sur sa cadette qui venait de répondre patiemment à sa question, l'informant que contrairement à ce qu'on disait dans tout Astrea, Miatre n'éduquait pas vraiment ses élèves afin de les transformer en épouses modèles mais les formaient plutôt afin d'être capables de réagir de la meilleure des façons dans diverses situations et leur apprenait à réfléchir par elles même. Finalement, toutes les écoles se ressemblaient: elles apprenaient aux demoiselles à raisonner toutes seules et à se faire leurs propres idées et avis, en fonction des expériences vécues par chacune. C'était là d'ailleurs l'enseignement de toutes les écoles à travers le monde: se forger soi même pour faire de soi un être libre et individuel, afin d'être soi et non un autre et de ne pas subir l'influence d'autrui.
Alors qu'elle croquait dans un biscuit pour ravir de nouveau ses papilles et replonger dans ses souvenirs d'enfance, les goûters dans la maison familiale, ses moments si heureux, Hikari fut de nouveau invitée à répondre à quelques questions, sa cadette la questionnant sur les jours passés à Astrea, lui demandant quelles furent les choses les plus importantes et marquantes qu'elle avait vécu et qui avaient fait ce qu'elle était en ce jour, une élève de Rim joyeuse et souriante, pleine de vie et optimiste.

Qu'avait-elle vécu de si marquant? Bien des choses, bien trop de choses pour être toutes racontées. Il y avait eu son arrivée au campus, alors qu'elle n'était qu'un corps vide, complètement épuisé par la vie. A cet instant, la responsable des élèves de Rim et la déléguée de sa classe l'avaient accueillie à bras ouverts, comme si elle fut une de leurs soeurs. Il y eut aussi sa rencontre avec Madoka et Satoko,des filles pleines de gentillesse qui, même lorsqu'elle n'était pas de bonne humeur ou déprimait, étaient toujours là pour la soutenir, la faire rire et lui changer les idées. Et aussi son entrée dans le club de cuisine, puis dans celui de couture. Mais au delà de toutes ces aventures, une rencontre l'avait marquée plus que les autres: la fois où elle avait vu Yuuki pour la première fois, en cette matinée brumeuse, cette fille qui désormais occupait une grande place dans son coeur et qui avait offert à sa vie terne les couleurs qui lui manquait. Rien qu'en y repensant, en se remémorant les instants passés avec la cavalière de Spica, la noiraude sentait son coeur se réchauffer dans sa poitrine:

"-Eh bien, il m'est arrivé pleins de choses incroyables à Astrea, tellement de choses qui m'ont permis de tenir bon après le décès de ma soeur que je ne puis toutes te les compter. Où commencer...?"

En s'interrogeant elle même, son index posé sur sa joue et son visage affichant une moue songeuse, Hikari resta un moment silencieuse afin d'organiser ses idées puis se décida et commença son récit:

"-Pour commencer, mon arrivée ici m'a vraiment marquée. Je te l'ai dit auparavant,je me suis sentie revivre en venant à Astrea, où j'ai été chaleureusement accueillie par la responsable des élèves de Rim et la déléguée de ma classe. Cette dernière, c'était Madoka, ma plus précieuse amie. Ma rencontre avec elle m'a touchée au plus profond de mon être. Petit à petit à ses côtés, j'ai retrouvé un semblant d'intérêt pour la vie et grâce à sa gentillesse et sa patience, j'ai pu sourire de nouveau et profiter des jours qui s'offraient à moi. Pour finir, ma rencontre avec Yuuki est la chose qui a changé ma vie...."

Un grand sourire se traça sur ses lèvres, ses pommettes prenant une teinte pourpre trahissant son amour pour son aînée, elle continua:

"-Cette Yuuki...m'a fait connaître une chose incroyable: aimer. Et m'a aidée à aller par delà mon passé afin de m'offrir le bonheur que je me refusais depuis des années. Toutes ses personnes ont été si gentilles avec moi ... sans elles, je ne serais pas celle que tu as devant toi aujourd'hui...sans doute n'aurai-je été qu'une poupée de chair vide...triste au point de vouloir se jeter par la fenêtre n'importe quand."

Adressant un sourire joyeux à son interlocutrice qui l'avait fixée durant toutes ses explications, la Rimoise ingurgita la dernière goulée de thé qui dansait encore dans sa tasse puis la reposa sur le buffet qui formait leur table de fortune. C'est à ce moment que quelqu'un se décida à frapper à la porte de la chambre double, d'une manière assez timide pour rassurer Hikari: vu la façon dont on avait toqué, ce n'était pas une soeur. Sans doute une de ses amies...
Se levant en s'excusant d'interrompre leur discussion, la troisième année se dirigea vers la porte d'entrée et l'entrouvrit afin de voir qui la dérangeait après le couvre-feu imposé par le règlement. De longues boucles châtains apparurent dans l'entrebâillement, ainsi que de grands yeux ambres pétillants qui fixaient Hikari. Cette dernière ouvrit alors, ses lèvres s'étirant en un large sourire, avant de faire entrer la demoiselle qui n'était autre que Madoka, qui justifia sa visite en souriant:

"-Dis moi Ama-chan, tu peux m'aider pour mes devoirs de français? Je n'y comprends rien, absolument rien...et tu savais que Satoko s'est faite collée parce qu'elle courait dans les couloirs?! Quelle idio..."

La demoiselle entra avant de se stopper nette en voyant Kimiko, sans doute étonnée de voir une fille de Miatre dans la chambre de sa meilleure amie tandis que cette dernière s'adressait à sa cadette:

"-Kimi-chan, je te présente Sugiyama Madoka, même année, même classe que moi. Madoka-chan, voici Ashiro Kimiko, ma petite cadette de Miatre"

Sa camarade de Rim se mit à rire aux éclats en fixant la Miatroise avant de s'exclamer:

"-Quelle jolie cadette tu as. Ravie de te rencontrer, mademoiselle Kimiko."

Invitant son amie à s'asseoir, Hikari se rassit auprès de Kimiko avant d'à nouveau plonger ses yeux dans les siens, un rictus amical illuminant son visage blanc:

"-Et toi alors Kimi-chan, tu as vécu des choses pareilles durant les quelques mois que tu as passé à Astrea?" Lançant un discret regard vers Madoka, qui s'était installée au bureau, elle acheva plus bas "J'espère que tu ne m'en veux pas d'avoir fait entrer Madoka, je ne voulais pas la laisser dans l'embarras. Et elle m'a si souvent rendu service que je ne peux pas refuser de l'aider. Surtout en français !"

Elle rit doucement afin de ne pas faire trop de bruit et de ne pas attirer l'attention des surveillantes. Si les soeurs les surprenaient toutes les trois dans la même pièce, avec du thé et des gâteaux, elles auraient de très gros problèmes et écoperaient certainement d'une punition pour avoir enfreint le règlement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe

avatar

Kimiko Ashiro
Connaissance


Points de Réputation : 125
Date d'inscription : 06/01/2014
Date de naissance : 09/07/1997
Age : 20
Rang : -
En couple avec : *tousse*




MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko] Mar 18 Mar - 18:34

Tout en buvant doucement son thé, Kimiko continua à écouter Hikari en souriant doucement. Elle était heureuse de savoir qu'Hikari avait reçu bon accueil à son arrivée ici. Mieux, même, il semblerait que sa vie à elle fût grandement améliorée. Il s'agissait de bonnes nouvelles, et, si Kimiko ne pouvait pas en dire autant en ce qui la concernait, elle en était tout de même sincèrement ravie pour sa nouvelle amie. Car c'était bien là où le bât blessait : on ne pouvait pas vraiment dire que l'accueil de Kimiko par les autres élèves de son école fût si chaleureux que ça. Oh, bien sûr, on lui souriait et elle partageait quelques moments agréables avec ses camarades de temps à autre, mais toutes les relations qu'elle avait tissée pour le moment étaient plutôt superficielles. Elles se connaissaient sans vraiment se connaître, sans vraiment chercher à se connaître, même. En quelque sorte, les échanges que Kimiko et Hikari avaient eu ensemble jusque-là étaient les échanges les plus profonds que Kimiko avait connu depuis son arrivée à Astrea. C'était dire à quel point la chose n'était pas joyeuse. C'est pourquoi Kimiko répondit alors tout simplement à Hikari.

"Oh, c'est une bonne chose, Hikari-chan. J'espère que j'aurai l'occasion de rencontrer Madoka-san et Yuuki-san, alors, car elles doivent être très gentilles."

Prenant une petite pause en finissant sa tasse de thé, Kimiko finit par déposer doucement sa tasse sur le support improvisé avant de reprendre la parole.

"L'accueil était agréable, et j'ai rencontré beaucoup de monde, dont certains avec qui je m'entends plutôt bien. Pour le moment, en revanche, je ne peux pas dire que j'ai tissé des amitiés aussi fortes que celles que tu possèdes, à priori. Mais cela viendra peut-être bientôt."

Elles furent alors interrompu par l'arrivée d'une troisième demoiselle, qui se révéla être la fameuse Madoka. Après une courte présentation et un échange de sourire, Kimiko se sentit alors de trop dans cette chambre. Il se faisait en effet d'ors et déjà tard, et elles ne pourront guère travailler correctement tant qu'elle serait présente. Aussi c'est pourquoi, après avoir laissé suffisamment de temps pour que Madoka ne puisse pas croire qu'elle fuyait sa présence, Kimiko leur sourit en retour et remercia Hikari pour sa gentillesse.

"Bien... Je crois qu'il est temps pour moi de retourner dans ma chambre. Il se fait tard, et je ne voudrai pas paraître ensommeillée lors des cours de demain, car cela éveillerait sans doute l'attention sur nous. Je te remercie pour ton accueil, Hikari-chan, et j'espère sincèrement que nous nous reverrons bientôt. De même pour toi, Madoka-san, j'ai été ravie de rencontrer quelqu'un d'aussi gentille que toi."

Se levant alors et se prêtant aux au revoir d'usages entre amies sans hésiter, Kimiko prit alors congé d'Hikari et de son amie, rejoignant silencieusement et discrètement sa chambre. Il n'y avait aucun doute qu'aux yeux de Kimiko, la soirée fût mémorable. Elle espérait pouvoir discuter à nouveau avec Hikari et Madoka très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Yoru no tea party [PV Kimiko]

Revenir en haut Aller en bas

Yoru no tea party [PV Kimiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-