Partagez| .

[Projet - Libre] Prélude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité
Invité






MessageSujet: [Projet - Libre] Prélude Jeu 16 Jan - 17:17

Un vaste champ de dunes enneigées sous un ciel bleu légèrement nuageux. Une neige si pure et immaculée qu'elle projetait une ombre subtilement bleutée. C'était un paysage dénué de toute vie: hormis quelques pins et buissons parsemés ça et là. Il n'y avait personne, aucun animal, aucun être vivant. Il n'y avait également aucun bruit, seulement cette neige fraîche à l'ombre bleue qui n'en finissait pas de tomber. C'était comme si le temps s'était arrêté en ces lieux...
________________________________________
Samedi 13 janvier 20XX

Tout était calme à l'école St. Le Rim... enfin, aussi calme que pouvait être cette école réputée pour sa joie de vivre et son "fun factor". C'était un après-midi d'activité pour les clubs et à Lulim, cela impliquait rires et amusement. Ainsi, l'on pouvait entendre les bruits de balles frappées, les notes de musique pas toujours correctement jouées et les voix enjouées des étudiantes. Mais quelque part dans cette école, un tout autre bruit se faisait entendre.

Dans la salle informatique de St. Le Rim, les doigts une certaine Kobayakawa Rika pianotaient très habilement sur le clavier d'un des ordinateurs tandis que les caractères s'affichèrent rapidement à l'écran, sur le logiciel de traitement de texte. Le son mitraillant des touches frénétiquement frappées emplissait la salle, accompagné du bruit des ventilateurs qui régulaient la température interne de l'appareil. L'instant d'après, le pianotage cessa, et Rika décida de s'accorder une petite pause après avoir passé des heures à rédiger des lignes et des lignes de texte. Après avoir sauvegardé son travail, elle s'étira de tout son long pour éliminer l'engourdissement qui parcourait son corps après être restée assise tout ce temps. Les mains derrière la tête, elle commença à se balancer sur sa chaise pendant qu'elle réfléchissait à la suite. Son attention se dispersa toutefois et elle observa un moment ses alentours.

Rika était seule dans cette salle informatique. L'accès à cette salle en dehors des cours d'initiation à l'informatique n'était pas particulièrement restreinte: il suffisait de demander l'autorisation à une enseignante en fournissant une raison valable. Malgré cela, peu d'élèves fréquentaient cette salle depuis qu'elle avait été mise en place par l'école qui cherchait à se moderniser un peu. La plupart des étudiantes venaient une ou deux fois, juste par curiosité, mais s'en désintéressaient ensuite. Quelques unes venaient plus régulièrement pour travailler. Rika, elle, était très certainement l'une des très rares (pour ne pas dire la seule) "geek" à profiter des lieux presque tous les jours. En tout cas, elle était toute seule, aujourd'hui.

Rika allait se replonger dans ce qu'elle faisait, quand soudain...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Dim 19 Jan - 22:21

Le jour de repos des élèves d'Astrea était déjà de retour, permettant à ces dernières de vaquer à leurs occupations sortant du domaine du scolaire ou de focaliser toute leur attention sur leurs activités de club. Certaines, studieuses, s'étaient enfermées dans les salles d'étude où à la bibliothèque pour étudier et revoir les leçons de la semaine tandis que d'autres se contentaient de discuter avec leurs amies dans les petits salons, des plus confortables, de la résidence Strawberry. Au milieu du brouhaha habituel qui enveloppait la grande pièce, dans laquelle Miatroises, Spicoises et Rimoises se côtoyaient le plus naturellement du monde, Hikari tentait de se concentrer sur le recueil de nouvelles qu'elle souhaitait lire, désireuse d'enrichir sa culture littéraire ainsi que son style d'écriture. Car à ses yeux, celui qui ne lit pas ne sait pas écrire, et celui qui ne lit que peu ne fait jamais évoluer sa plume. Comme un dessinateur se doit d'avoir un regard critique sur les oeuvres des autres afin de pouvoir faire une critique des siennes, un écrivain doit avoir matière à comparer ses propres écrits avec ceux d'autres écrivains illustres, tels que Caroll ou Maupassant. C'est d'ailleurs un ouvrage de ce dernier que la brunette parcourait avec difficulté, assise dans l'un des canapés du salon. Elle n'avait aucun mal avec le français -elle le parlait couramment- mais avait le terrible défaut d'être rêveuse et de facilement se déconcentrer. Aussi, dès qu'une conversation l'intéressait plus que les lignes de son livre, elle ne pouvait s'empêcher de l'écouter discrètement.

Soupirant en glissant délicatement un marque page dans la reliure de son livre, la troisième année se leva pour se diriger vers la porte du salon: elle ne pourrait pas lire en paix ici et si elle continuait à se disperser, elle n'aurait fini ce recueil qu'au trimestre prochain. Aussi, souhaitant trouver un endroit tranquille où dévorer ses nouvelles, elle décida de se rendre à Le Rim, qui sans doute était calme en ce jour de repos -enfin, ausi calme qu'elle pouvait l'être-. Elle n'aurait qu'à s'enfermer dans la salle du club de couture et lire jusqu'à ce que ses yeux en soit fatigués. Ce programme lui plaisait bien et tendit qu'elle resserrait son écharpe de laine autour de son cou ,afin de protéger sa gorge du froid, la demoiselle se dirigea en hâte vers son école aux murs roses et toit vert, qui se détachait joliment du bleu azur du ciel. Tout autour d'elle, la neige avait recouvert de son manteau immaculé la nature endormie, donnant à l'environnement un sublime que seuls les flocons pouvaient donné. Bien qu'elle soit née un jour ensoleillé, Hikari avait toujours aimé la neige: sa douceur, son aspect cotonneux, sa fraîcheur agréable, elle ne se lassait pas de les ressentir chaque hiver.

Bien vite, elle arriva jusqu'à l'école cadette au sein de laquelle beaucoup d'étudiantes s'adonnaient à leurs activités respectives: certaines, malgré le froid, s'amusaient dehors, revêtissant la tenue de sport réglementaire, les autres restaient au chaud dans les salles de classes desquelles on entendait des bavardages, notes de musique et autres rires enjoués. Des rires, c'était le quotidien de Rim: ici, les demoiselles étaient libres, libres de faire ce qu'il leur plaisaient sans se soustraire à de bêtes règles de bienséance que maintenaient volontiers Spica et Miatre. Elles pouvaient aller et venir sans rien demander à personne, s'amuser, vivre tout simplement. Le but de l'école était simple: former ses demoiselles à devenir des femmes libres dans la société japonaise et faire de leurs études un vrai bonheur.
Traversant le couloir du premier étage, Hikari chercha du regard une salle vide dans laquelle elle pourrait lire en paix mais toute, hélas, semblaient occupées. Levant un instant les yeux vers l'écriteau fixé au dessus de la porte, elle remarqua que ses pas l'avaient menée jusqu'à la salle d'informatique, la fierté de l'école! Souvent vide, elle ferait une excellente salle de lecture. Aussi, sans se douter une seconde que quelqu'un l'avait précédée et avait déjà investi les lieux, la Rimoise fit coulisser la porte avant d'entrer. La refermant derrière elle, elle remarqua soudain une petite tète brune devant l'un des ordinateurs mis à la disposition des élèves. S'avançant jusqu'à elle, elle sourit en reconnaissant Rika Kobayakawa, sa sempai du club de couture, avec laquelle elle avait souvent conversé. Lui adressant un charmant sourire, Hikari la salua joyeusement:

"-Bonjour Rika onee-sama! -S'approchant d'elle, elle s'assit à ses côtés avant de poser ses yeux sur l'écran allumé- Qu'est ce que tu fais de beau?"

Posant ses yeux bleus sur l'écran allumé, la jeune fille parcouru vaguement les lignes que son aînée avait écrite, sans pour autant les lire avec attention. Visiblement, elle écrivait une histoire... ou plutôt un scénario, à en juger par sa forme. Qu'est ce que sa pétillante amie préparait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Lun 20 Jan - 10:05

La porte coulissante de la salle informatique s'ouvrit presque sans un bruit, ayant été récemment graissée par le personnel de maintenance de l'école. C'est pourquoi, initialement, Rika n'avait pas remarqué que quelqu'un avait pénétré dans la salle. Cependant, l'instant d'après, elle entendit clairement les bruits de pas approchants et tourna son attention en leur direction lorsqu'ils se firent assez proches. Son regard se posa alors sur le visage de Amakusa Hikari, un visage maintenant si familier depuis que la troisième année avait rejoint le club de cosplay. Celui de Rika s'illumina d'une expression d'agréable surprise tandis que sa cadette la saluait et lui demandait ce qu'elle était en train de faire.

"Ah bonjour, Hikari-chan! Tu tombes bien! Approche, que je te montre!", lui répondit-elle avec enthousiasme.

Sur ces mots, Rika arrêta de se balancer sur sa chaise qu'elle fit pivoter afin de faire face à la jeune demoiselle, les jambes croisées et le coude posé sur la table.

"Maintenant qu'on se connait mieux, tu as probablement dû remarquer que j'avais des centres d'intérêt très variés.", commença-t-elle à expliquer. "J'adore le cosplay et la musique. J'adore également le théâtre, le bricolage, le sport, les mangas et l'informatique, entre plein d'autres choses. Alors je me suis dit: 'qu'est-ce qui pourrait bien combiner tout ça?' Et j'ai tout de suite pensé au cinéma."

Rika recula alors un peu sa chaise et, d'une main, tourna légèrement l'écran plat de l'ordinateur vers Hikari pour lui permettre de lire plus aisément.

"Tu as devant toi les prémices du tout premier projet cinématographique de l'école St. Le Rim, que dis-je, de tout Astraea. L'tout réalisé par bibi.", annonça-t-elle tout fièrement, les pouces pointant vers elle-même, le tout en affichant un sourire caricaturalement commercial. (Vous savez? Ce sourire scintillant que l'on voit dans les spots publicitaires pour des dentifrices.) Laissant échapper un petit rire, elle reprit ensuite son explication, montrant du doigt le texte affiché sur l'écran d'ordinateur. "Ce que tu as sous les yeux est la première ébauche du script. Enfin, c'est plus proche d'un light novel que d'un véritable script, et il va certainement subir pas mal de changements au cours du projet, mais ça donne une idée globale de l'histoire.
- Quoi qu'il en soit, le projet a déjà été validé par le conseil des étudiantes et a même Etoile-sama a donné personnellement son accord. Cela devrait attirer les élèves des trois écoles dans ce projet et, je l'espère, mettre un terme à ces
conneries de rivalités inter-écoles." Rika avait peut-être mis sur ce mot grossier un peu plus d'intensité  qu'elle le voulait, mais même elle commençait à être agacée par les crêpages de chignons qui avaient lieu trop régulièrement à Astraea. Ces écoles étaient censées être soeurs, que diable! Et Rika avait été élevée dans l'idée que des soeurs ne se chamaillaient pas, ou en tout cas, pas à ce point-là. Elle se secoua brièvement la tête pour chasser ces pensées négatives et sourire de nouveau.

"Mais le meilleur dans tout ça...", commença-t-elle, marquant une pause théâtrale. Elle se leva alors de sa chaise, s'avança vers Hikari et posa ses mains sur les épaules de la cadette avant de reprendre: "c'est que j'ai déjà trouvé la responsable de mon département de couture.", déclara-t-elle avec un sourire malicieux sur les lèvres, l'air de dire "Devine qui c'est?".
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Mer 22 Jan - 13:34

Les grands yeux de noirs de Rika se posèrent sur la troisième année qui venait de la saluer avec entrain, son visage autrefois sérieux s'illuminant d'une expression d'agréable surprise alors qu'elle lui souhaitait le bonjour joyeusement avant de lui demander d'approcher pour qu'elle puisse lui montrer son travail. Ce que fit sans se prier Hikari qui se saisit de la chaise du poste voisin pour s'y asseoir tandis que son aînée reprenait la parole, lui faisant remarquer qu'elle avait de nombreux hobbies, tous aussi variés les uns les autres et qu'elle avait de suite pensé au cinéma pour tous les rassembler. Acquiesçant d'un signe de la tète pour signaler à son interlocutrice qu'elle était d'accord avec elle, qu'en effet seul le cinéma avait la possibilité de réunir autant de domaines variés, Hikari vit soudain l'écran de l'ordinateur pivoter vers elle, aidé par Rika, qui s'exclamait fièrement qu'il s'agissait là du tout premier projet audio-visuel de l'école St Rim voir carrément de tout Astrea. Laissant entendre un petit rire amusé face à la détermination de son amie et à son accent du Kansai s'étant glissé dans sa phrase, la noiraude se mit à parcourir les lignes de texte tandis que la quatrième année lui expliquait que ce projet avait été validé par le conseil des élèves et même Etoile-sama avant d'affirmer que ce projet commun devrait faire cesser les nombreux conflits inter-écoles, qu'elle désigna comme des "conneries".

Malgré le terme employé, bien loin du langage formel dont les étudiantes d'Astrea faisaient toujours preuve, la Rimoise ne fut guère choquée ou mal à l'aise: elle partageait cet avis. Les rivalités entre les trois écoles commençaient à devenir pesantes et montaient même jusqu'au conseil des élèves durant lesquels les représentantes de Miatre et Spica, en particulier, passaient le plus clair des réunions à se chamailler. Maintenant, certaines élèves en première année n'osaient même plus se rendre dans les endroits communs de peur d'être embêtées ou d'avoir à gérer des discordes avec des aînées. C'était ridicule, et la brunette n'était pas mécontente de savoir sa pétillante aînée de son avis: tout autour d'elle, beaucoup de filles étaient pour ce genre de relations venimeuses, accusant Spica d'être trop ci, Miatre trop ça... Pourtant, ces instituts étaient censées être soeurs et pour la japonaise, se disputer à ce point là entre soeurs n'était pas une bonne chose. Du moins, c'est dans cette idée qu'on l'avait élevée.

Enfin elle fini de lire le texte écrit par Rika, qu'elle trouva plutôt bon. En effet, c'était plus un light novel qu'un vrai script mais les idées étaient là, les personnages aussi. Ce n'était pas parfait, mais ça restait quelque chose d'assez bon pour en faire quelque chose et l'adapter su écran. Décidément, cette demoiselle était incroyable, elle touchait vraiment à tout... comme sa vie devait être palpitante, toujours pleine d'expériences. Oh, Hikari n'était pas à plaindre, sa vie n'était pas très routinière -du moins elle faisait tout pour- mais il est vrai qu'elle avait toujours admiré les personnes capables de gérer plusieurs activités sans jamais fléchir.
Les deux mains de son aînée sur ses épaules la ramenèrent à la réalité et la sortirent sans mal de ses réflexions. Levant les yeux vers la quatrième année, la noiraude l'entendit alors s'exclamer joyeusement qu'elle avait trouvé la responsable du département de couture pour ce projet, lui adressant un regard la désignant. Instinctivement -et bêtement-, sa cadette regarda derrière elle, puis hocha la tète de droite à gauche :était-ce bien à elle que la proposition s'adressait? Visiblement oui.

"-Tu veux que... je m'occupes de tous les costumes?, demanda-t-elle en rougissant de plaisir, Vraiment Onee-sama?!"

Son visage affichait une mine radieuse, ses joues teintées d'un joli rouge coquelicot, ses lèvres tirées en un large sourire ravi. Elle était bien sure emballée par l'idée de coudre des costumes, puisque la couture était une de ses plus grandes passions, mais aussi honorée que son aînée lui fasse ainsi confiance au point de la laisser gérer seule un élément aussi important que les tenues des acteurs.
Serrant les mains de Rika dans les siennes en signe de reconnaissance, elle s'exclama avec enthousiasme:

"-Je serais vraiment heureuse de te rendre ce service et je suis honorée de ta confiance. Je te promets de faire de mon mieux pour te satisfaire, que ce soit pour les costumes ou même si tu désires mon aide pour quoi que ce soit!"

En effet, en totale adéquation avec ses dires, Hikari se sentait prête à épauler Rika durant ce long projet dans n'importe quel domaine, de la réalisation au montage en passant par la mise en scène ou le choix des acteurs. Elle n'avait qu'à demander et elle ferait tout ce qu'elle pourrait pour l'aider.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Jeu 23 Jan - 14:55

Rika se délecta avec grand plaisir de la réaction que son annonce avait suscité en son adorable cadette. Hikari avait tout d'abord regardé tout autour d'elle, cherchant à trouver ladite responsable du département de couture, s'attendant peut-être à ce que la personne en question ait été cachée dans la salle dès le début et fasse une apparition théâtrale. Se rendant finalement compte que c'était à elle que son aînée faisait référence, son visage afficha tout d'abord une expression d'incrédulité mêlée à de l'excitation, ses joues s'empourprant royalement tandis qu'elle demandait confirmation. Rika hocha très positivement la tête en gloussant légèrement, et le doute laissa rapidement place à une joie visiblement immense. Prenant dans ses mains celles de la quatrième année, Hikari exulta tellement et la couvrit tant de remerciements que l'on aurait pu croire que Rika lui avait donné un ticket gagnant à la loterie nationale. Bref, Hikari était de la partie.

« Excellent! » répondit Rika à l'enthousiasme de sa cadette, libérant ses mains de celles de Hikari. « Bien sûr, tu ne seras pas toute seule, parce que c'est quand même beaucoup de boulot et, bien que tu sois absolument géniale dans ce domaine, tu n'as que deux mains. J'ai donc déjà recruté quelques unes de mes connaissances intéressées par le projet et certaines d'entre-elles te serviront d'assistantes. Qui sait? Peut-être qu'elles finiront par vouloir rejoindre le club de cosplay, » expliqua-t-elle. Et tout le long de cette explication, elle était devant l'écran d'ordinateur, sélectionnant une partie du script pour le faire imprimer. Accompagnée de la musique si caractéristique de l'imprimante en marche, elle fit de nouveau face à Hikari.

« Mais chaque chose en son temps. Tout d'abord, un petit peu de contexte pour que tu sache dans quoi tu t'embarques. Le scénario est largement basé sur un arc majeur d'un de mes mangas favoris, » révéla-t-elle tout en allant fouiller dans son sac qu'elle avait laissé posé sur une chaise inoccupée. Elle jeta rapidement un oeil autour d'elle pour vérifier que la voie était libre avant de sortir trois tankobon (volumes) du manga en question, intitulé N.D.Angel*, qu'elle tendit à la troisième année. « Ce sont les tomes six à huit. Tu peux sauter directement à la page quatre-vingt-dix-neuf du tome six. Mais si tu veux le lire depuis le premier tome, n'hésite pas à me demander. » Puis soudainement, Rika s'approcha davantage de son interlocutrice, quelques centimètres séparant leurs visages. « Au fait, je risque d'avoir des problèmes si les Soeurs apprennent que j'ai introduit des mangas dans le campus, alors je compte sur ta discrétion, » lui demanda-t-elle à voix basse, illustrant sa requête en plaçant son doigt devant ses propres lèvres.

Rika se recula ensuite et reprit le cours normal de son explication. « Donc, l'histoire se base d'abord sur un conte de fée. » Elle commença alors à narrer ledit conte:
¤----------------------------------------¤
DÉBUT DU RÉCIT PAR RIKA
¤----------------------------------------¤
Il était une fois un grand royaume, riche et prospère où les gens étaient heureux. Dans un duché de ce grand royaume vivaient deux enfants: un garçon nommé Elliot et une fille nommée Freedert. Ces deux enfants étaient toujours ensemble, malgré leurs rangs respectifs: Elliot était le fils du duc et Freedert une simple villageoise. En grandissant, Elliot et Freedert en virent à partager un amour heureux et réciproque. Mais ce qui allait les séparer, ce n'était ni leur différence de statut, ni l'opposition de leurs familles, mais une guerre déclenchée par un royaume voisin. En tant que noble, Elliot dut se rendre au front pour protéger son royaume, mais promit à Freedert de revenir en vie. Celle-ci se rendit alors chaque jour à l'église, priant les dieux de le ramener sain et sauf.

Hélas, ses prières ne furent entendus et Elliot mourut sur le champ de bataille, abattu d'une flèche dans le dos. Apprenant la nouvelle, Freedert pria de nouveau les dieux, faisant le voeu de sacrifier son temps en échange de celui de son aimé. Elliot revint à la vie, son sang versé transformé en une brassée de pétales de fleurs rouges que Freedert aimait tant. Retournant chez lui, Elliot découvrit ce qu'elle avait fait. Il implora alors les dieux de lui prendre son temps en échange de celui de sa bien-aimée.
¤------------------------------------¤
FIN DU RÉCIT PAR RIKA
¤------------------------------------¤
« Émus par cet amour si parfaitement partagé, les dieux prirent leurs deux temps et, en échange, promit l'éternité à leur village, » acheva Rika.
_______________
*D.N.Angel par Sugisaki Yukiru
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Sam 25 Jan - 12:53

Visiblement ravie du bonheur et de l'enthousiasme que son annonce avait provoqué en sa cadette, Rika rassura alors Hikari en lui annonçant qu'elle ne serait pas seule à effectuer cette tâche, bien qu'elle soit très douée en couture, et que d'autres demoiselles que la quatrième année connaissait seraient ses assistances pour mener à bien la réalisation des costumes. Elle conclut en espérant à voix haute que peut être ses jeunes filles souhaiteraient rejoindre le si peu fourni club de cosplay de Rim. Si seulement ça pouvait être le cas, la noiraude serait vraiment ravie de voir des élèves entrer dans la salle du club de couture pour en devenir membres, la réalisation des diverses tenues de représentations principalement demandées par le club de théâtre se ferait alors bien plus vite et permettrait de s'attaquer à d'autres projets.

Le bruit si caractéristique de l'imprimante passant ses rouleaux sur plusieurs feuilles de papier retentit soudain dans la calme salle d'informatique, accompagnant de son son peu mélodieux la voix de Rika qui, après avoir fait imprimer son texte, s'était de nouveau tournée vers Hikari pour lui avouer que ce qu'elle avait écrit et qui serait à l'avenir le scénario de son futur long-métrage était largement basé sur un manga qu'elle affectionnait particulièrement. Joignant les mots aux paroles, elle se mit à farfouiller dans son cartable aux couleurs de son école pour en sortir furtivement trois volumes qu'elle tendit à sa cadette qui les saisit sans rien dire: il s'agissait des volumes six à huit d'un manga intitulé N.D Angel. La troisième année ne connaissait pas cette oeuvre A vrai dire, elle n'était pas très friande de mangas, elle préférait nettement plus les livres et les light novels, ou du moins les oeuvres avec un minimum de texte, normal donc qu'elle ne sache pas grand chose sur les bandes-dessinées japonaises. Pourtant, elle se décida à les lire dès qu'elle aurait le temps afin d'être plus facilement plongée dans l'ambiance de la future production audio visuelle d'Astrea.

Les cachant sous son recueil de nouvelles qu'elle avait auparavant posé sur une table, elle se retrouva soudain nez à nez avec Rika, qui se tenait à quelques centimètres de son visage. Sursautant d'abord, surprise de voir de si prêt le visage souriant de son aînée, Hikari recula instinctivement tandis qu'elle entendait sa camarade lui demander d'être la plus discrète possible, lui apprenant qu'elle aurait surement des problèmes si les religieuses en charge de ce campus remarquaient qu'elle avait introduit des mangas dans l'enceinte de l'établissement. C'est vrai, il était interdit par le règlement que les élèves introduisent sans un accord préalable des Soeurs un quelconque livres ou document, sous peine de sanction.
Acquiesçant pour lui promettre de se faire la plus discrète possible, Hikari se mit alors à attentivement écouter sa "grande soeur" qui lui contait avec beaucoup de sincérité et d'assurance l'histoire que racontait son script, précisant pour toute introduction qu'elle prenait place dans un conte de fée. Ah les contes de fées... la troisième année avait longtemps affectionné ce genre de récit quand elle était petite,bien souvent elle avait rêvé de ces princesses parfaites enfermées dans des tours, attendant le prince charmant devant les libérer. Sa préférence allait tout de même au conte de "Rapunzel" qui s'échappa de sa prison grâce à sa longue chevelure.

Mais dans l'histoire de Rika, point de princesse et de prince charmant sur son cheval blanc, l'action prenait place dans un petit village tout simple, comme il y en avait eu tant auparavant dans les pays d'Europe de l'Ouest. Dans ce duché heureux et prospère vivaient deux jeunes gens de différentes classes sociales, qui s'aimaient d'un amour passionné et partagé. Pourtant, quelque chose les sépara, lui le fils du duc et elle la villageoise. Au contraire de Roméo et Juliette, leurs familles respectives ne s'opposaient pas à cette union. Non, ce qui les sépara fut une chose contre laquelle personne ne peut s'opposer: la guerre. Lui parti, elle resta, priant pour le retour de son aimé. Lorsqu'il mourut, elle fut dévastée et implora les dieux de lui retirer sa vie pour la rendre au jeune homme. Ce dernier, réalisant ce qu'elle avait fait, fit alors la même requête et fut exaucé.
Tout en écoutant cette magnifique histoire, Hikari se surpris à penser à sa chère Yuuki et à souhaiter qu'elle soit auprès d'elle, touchée par le si grand amour que se portaient les deux protagonistes de l'histoire que Rika acheva de conter.

Restant un instant silencieuse, perdue dans ses pensées, la noiraude revint peu à peu à la réalité et adressa un grand sourire à son aînée avant de s'exclamer d'une voix calme:

"-Quelle belle histoire, Rika onee-sama... avec un tel synopsis, tu réaliseras surement le plus beau des films."

Sa remarque était tout ce qu'il y avait de plus sincères, elle ne se serait jamais permise de flatter sa camarade si l'idée ne lui avait pas plu. Au contraire, elle lui aurait gentiment fait part de son avis, sans la vexer. Mais là, elle devait bien avouer que cette histoire l'avait profondément marquée et qu'il fallait en décoder toutes les clés pour la comprendre à sa juste valeur, ce qui la rendait donc cent fois plus intéressante.

"-Je suis persuadée que ton film sera une vraie réussite. En tout cas, ton histoire m'a vraiment emballée, elle est très belle tout en restant complexe, je trouve que c'est même cette complexité qui fait son charme. J'espère que les actrices que tu auras choisies sauront y faire honneur. En parlant de ça, tu as déjà une idée de qui jouera quel rôle?"

En effet,Hikari était vraiment curieuse de savoir qui tiendrait le rôle du brave Elliot et qui serait la douce Freedert. En écoutant le récit de Rika, elle avait imaginé de nombreuses jeunes filles dans chacun des rôles sans pouvoir décider qui serait la plus apte à être en tête d'affiche . De nombreux couples lui étaient venus à l'esprit sans qu'aucun ne trouvent grâce à ses yeux... Et elle ne connaissait pas assez les élèves de chaque école pour avoir vraiment matière à se prononcer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Sam 25 Jan - 17:15

Après que Rika eut terminé de relater ce conte de fées, il y eut un court instant de silence presque total, avec comme fond sonore le bruit caractéristique des ventilateurs à l'intérieur de l'ordinateur. Pendant un instant, la cinéaste en herbe se demanda si Hikari n'avait pas trouvé cette histoire un peu trop fleur bleue, mais à en juger par l'expression sur le visage de la troisième année, cela ressemblait plus à un silence d'émerveillement. Se libérant finalement de cet état de transe, la cadette exprima son sentiment concernant l'histoire que Rika venait de lui raconter, ne tarissant pas d'éloges à son sujet et pronostiquant la réalisation d'une oeuvre de grande qualité. Elle interrogea alors son aînée à propos de son choix quant aux actrices qui allaient incarner les différents rôles de ce film.

« Ravie que tu me poses la question! » commença-t-elle tout en retournant devant l'ordinateur pour lancer l'impression de plusieurs exemplaires du même extrait qu'elle avait fourni à Hikari. « Cela fait presque quatre ans que je suis à Astraea et, sans trop vouloir me vanter, j'ai eu l'occasion de parler avec toutes les filles de la Résidence, hormis les tous récents transferts, à presque toutes les étudiantes de Lulim et à un pourcentage non-négligeable des autres écoles. » Tout le long de son monologue, l'imprimante faisait son travail, recouvrant chaque feuille blanche de lignes et de lignes de caractères à l'encre noire. Mais au bout d'un moment, la machine s'arrêta et une fenêtre s'ouvrit sur l'écran d'ordinateur, signalant qu'il fallait remplacer la cartouche d'encre noire. Rika se dirigea alors vers un placard situé au fond de la salle informatique. « Je sais donc déjà qui j'aimerais voir dans mon film, » déclara-t-elle tout en ouvrant ledit placard qui contenait tout le matériel d'entretien dédié aux ordinateurs, incluant bien sûr les cartouches d'encre de rechange. Se saisissant d'une d'entre-elles, elle referma ensuite le placard et retourna vers l'imprimante. « J'ai d'ailleurs prévu d'aller rendre visite à quelques unes d'entre elles pour leur en parler, dès que j'aurai fini ici, » annonça-t-elle.

« Tu n'as qu'à m'accompagner, c'est au centre d'équitation de Spica. Cela te donnera l'occasion d'aller rendre visite à Yuuki, » suggéra-t-elle à sa cadette en lui adressant un sourire malicieux. Reportant ensuite son attention sur sa tâche, elle ouvrit alors le capot de l'imprimante, retira la cartouche vide de la tête d'impression, inséra la nouvelle cartouche à sa place, referma le capot de l'imprimante et relança l'impression des documents en attente. Le tout en moins de temps qu'il fallait pour le dire. « Au fait, ça se passe bien avec elle? » demanda-t-elle à Hikari par curiosité, tout en allant déposer la cartouche vide dans un petit bac prévu à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Sam 25 Jan - 23:02

Tout en attendant la réponse de son aînée au sujet des différentes élèves qui auraient le privilège de jouer dans son long métrage, Hikari laissa un instant son regard se perdre dans le paysage que lui renvoyaient les fenêtres aux vitres parfaitement nettoyées: un paysage de neige, blanc comme une robe de mariée, dont toute vie semblait avoir été retirée. Un paysage agréable à regarder, qui imposait une certaine sérénité. Puis Rika lui parla, la ramenant au sujet, lui informant qu'elle était ravie d'entendre une telle question de sa cadette et qu'elle avait adressé la parole à toutes les élèves de Rim et à un non négligeable pourcentage des autres écoles, en seulement quatre ans.  De ce fait elle devait avoir en tête de nombreux profils correspondants aux rôles. Eh bien, la noiraude savait que son amie était avenante et sociable mais à ce point! Elle même, qui faisait sa scolarité à Astrea depuis trois ans maintenant, n'avait parlé qu'aux Rimoises de son âge, voir à certaines un poil plus jeunes et à très peu d'élèves de Miatre et Spica. Non pas qu'elle soit rebutée à l'idée de parler à des filles qui ne portaient pas le même uniforme mais l'occasion ne s'était jamais présentée. Aussi, elle était impressionnée de la savoir si proche de toutes les académies regroupée sur le campus, elle ne l'aurait jamais crû.

L'imprimante, soumise à la demande de Rika, se remit en marche, faisant bruyamment entendre son chant répétitif et crachant sur les feuilles blanches des lignes et des lignes d'encre noir. Puis elle s'arrêta soudain, tandis que l'ordinateur planté face à son aînée l'informa que la cartouche d'encre était vide et qu'il fallait par conséquent la changer. La demoiselle y consentit en se rendant jusqu'à un placard d'où elle sortit une cartouche d'encre encore sous emballage, avant de déclarer qu'elle savait déjà qui elle aimerait voir dans son film et qu'elle avait d'ailleurs prévu de rendre visite aux heureuses élues dès qu'elle aurait fini d'imprimer son script. Elle invita ensuite Hikari à l'accompagner puisqu'elle devait aller au centre équestre de Spica, lui faisant remarquer que cette visite serait une excellente occasion de voir Yuuki. En entendant ce nom, le coeur de sa cadette fit un bond incontrôlé: il y avait longtemps qu'elles ne s'étaient pas vues, deux semaines plus ou moins et la Rimoise avait la cruelle impression d'être fuie. Aussi, l'idée de se retrouver de nouveau seule face au box de Cherkane ne l'enchanta guère. Elle avait envie de refuser, de trouver une excuse pour justifier sa lâcheté et ses craintes d'être abandonnée mais elle n'eut pas le courage de dire "non" à sa si gentille aînée. Celle ci, tout en changeant la cartouche et, ceci fait, en relançant l'impression interrompues des documents, lui demanda alors comment leur histoire se passait. Comment ça se passait? Point mort. Elles s'étaient embrassées et c'était tout.

"-Je ne sais pas vraiment... j'ai l'impression qu'elle m'évite."

Soupirant en repensant à toutes ces pauses déjeuners qu'elle avait sacrifié pour partir à la recherche de son aimée et qui s'étaient soldées par un échec, la brunette serra les dents, une mine attristée ombrageant son visage blanc. Il suffisait de la regarder à peine quelques secondes pour deviner à quel point cette distance entre Yuuki et elle lui faisait du mal et la peinait. D'habitude, Hikari parvenait à cacher ses soucis sous un masque souriant et des rires pourtant aujourd'hui, elle n'en avait pas la force. Surtout face à Rika, qui s'était montrée si honnête et intentionnée envers elle.

"-Ca fait des semaines que je ne l'ai pas vu et quand je vais au centre équestre, elle est toujours absente. Pareil à la résidence Strawberry...elle connait le numéro de ma chambre mais n'y vient jamais et quand c'est moi qui vient à elle, je me retrouve comme une idiote face à une porte fermée. Peut être que je me fais des films...mais j'ai l'impression qu'elle en a eu assez de moi et qu'elle essaye de me faire comprendre qu'elle ne veut plus me voir..." Riant un peu pour s'empêcher de pleurer, elle continua "Excuse moi, ce n'est pas très joyeux ce que je te raconte! Et je ne veux en aucun cas casser le moral de ma grande soeur préférée."

Traçant sur ses lèvres un grand sourire, elle enchaîna alors, comme pour changer de sujet et faire oublier à son interlocutrice les sombres mots qu'elle venait de prononcer:

"-Mais toi Rika onee-sama, où en es tu côté coeur? Tu as quelqu'un en vue?" Se levant de son siège, la demoiselle aux yeux bleus s'avança jusqu'à son amie pour approcher sa bouche d'une de ses oreilles,sa main creusée pour intensifier sa voix devenue un murmure"-Allez, lui dit-elle en souriant, tu peux bien me le dire à moi."

C'est vrai ça, Hikari n'avait jamais entendu Rika parler d'une quelconque petite amie. Etait-ce par pudeur ou simplement parce qu'elle n'en avait aucune? En tout cas, elle devait surement avoir eu quelques déclarations, ça ne faisait aucun doute: elle était belle, intelligente, gentille et joyeuse, une vraie perle en d'autres termes. Malgré elle, la Rimoise en troisième année se sentait fière d'avoir une telle demoiselle comme aînée et plus elle la côtoyait, plus ce sentiment s'intensifiait en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Dim 26 Jan - 11:58

Tandis que Hikari semblait hésiter à répondre, Rika continuait de vaquer à son occupation, se dirigeant cette fois-ci vers le bureau généralement utilisé par l'enseignante qui dirigeait les cours d'informatique. Elle en ouvrit le tiroir du haut et plongea la main dans le compartiment. C'est alors qu'elle entendit la voix de Hikari prononcer des mots très surprenants, à tel point que Rika se figea et tourna son regard vers sa cadette d'un air stupéfait. Elle vit alors l'expression sur le visage de Hikari. Les sourires s'étaient effacés, les lèvres de la jeune fille affichant maintenant une grimace de douleur contenue. La gaieté avait disparu, ayant cédé la place à de la tristesse. C'était la première fois que Rika voyait la demoiselle dans cet état et elle en était vraiment bouleversée, étant plus habituée à la Hikari joyeuse, passionnée et pleine de vie. La cadette se mit à développer sa pensée, expliquant le fait qu'elle n'ait pas vu Yuuki depuis très longtemps, trop longtemps pour un couple, ainsi que ses tentatives infructueuses pour la revoir. Elle en arriva à la conclusion que Yuuki ne voulait simplement plus de Hikari. Rika fronça les sourcils, pas de colère envers la cavalière ni qui que ce soit, mais d'incompréhension et d'incrédulité. Certes, elle n'avait vraiment discuté avec la Spicane qu'une seule fois, mais du peu qu'elle avait pu observer, Yuuki ne lui paraissait pas du genre à laisser tomber les filles aussi froidement et indirectement que Hikari le supposait. Plus Rika y pensait, plus elle sentait que quelque chose clochait. Une petite enquête s'imposait. Mais avant que Rika ait pu dire quoi que ce soit, Hikari mit soudainement un terme à cette conversation, affichant un sourire forcé sur les lèvres. Et tandis que Rika se remettait en mouvement, sortant une agrafeuse du tiroir avant de refermer celui-ci et de revenir vers l'imprimante, la cadette l'interrogea sur sa vie amoureuse, venant murmurer à son oreille pour la convaincre de parler. Cette soudaine proximité combinée à ce sujet de conversation fit rougir la quatrième année pendant un instant.

« Hmm... Je ne sais pas... » répondit-elle, un peu hésitante. Non pas qu'elle rechignait à en parler. Mais c'était un sujet un peu délicat et Rika cherchait simplement ses mots. « Je ne suis pas vraiment un exemple à suivre pour ce qui est des relations amoureuses... » commença-t-elle. Puis elle vit l'expression curieuse, un peu insistante de sa cadette et laissa échapper un soupir de résignation mêlé à un peu d'amusement. « Disons que je ne suis pas du genre monogame, » déclara-t-elle tout en s'écartant de Hikari pour continuer son chemin vers l'imprimante toujours en marche. « Non pas que je ne crois pas en "l'amour avec un grand A", celui que l'on ressent pour cette personne unique qui occupe toutes nos pensées, » expliqua-t-elle tout en offrant à son interlocutrice une illustration exagérément théâtrale de ses propos. Elle se mit ensuite à trier les feuilles déjà imprimées, prenant un exemplaire de chaque page et les rassemblant de manière ordonnée avant de les agrafer ensemble. « Mais cet amour, je ne l'ai pas encore ressenti. Cela dit, j'ai tout le temps cinquante mille choses dans la tête. Alors pas facile d'occuper toutes mes pensées, » plaisanta-t-elle. Rika montra ensuite à Hikari l'agrafeuse ainsi que les feuilles reliées à la manière d'un livre. Elle remit alors l'instrument entre les mains de la cadette et le script sur la table avant de revenir aux autres documents.

« Donc, plutôt que de ronger mon frein et attendre qu'il arrive, je préfère profiter et expérimenter, » affirma-t-elle tout en rassemblant un nouvel exemplaire du script qu'elle tendit ensuite à Hikari pour qu'elle l'agrafe. « Le fait est que j'aime les filles. Je suis comme ça, j'y peux rien, » dit-elle en haussant les épaules, tout en continuant de trier les documents. « J'aime être en leur compagnie, flirter avec elles, leur faire des câlins, des bisous, et plus si affinité. C'est agréable, alors pourquoi m'en priver? » Rika termina de rassembler un nouveau script et le tendit à Hikari, comme précédemment. « Alors, pour répondre à ta question: non, je n'ai pas de "petite amie" à proprement parler. », affirma-t-elle finalement. Dans le même temps, ses mains s'affairaient toujours à cette tâche qu'elle avait entamée, le bruit de feuilles tapotant à la verticale sur la table accompagnant la discussion. « J'entretiens des relations plus ou moins régulières avec certaines demoiselles, mais c'est plus du batifolage qu'autre chose, même si le sentiment est bel et bien là... C'était quoi, le mot, déjà? » se demanda-t-elle à haute voix, son regard tourné vers le plafond tandis qu'elle passait en revue les différents termes. « Libertine? Peut-être... Débauchée? Pas faux... Coureuse de jupons? Sans doute... » Elle haussa finalement les épaules. « En tout cas, ce n'est certainement pas la façon de penser des gens normaux. Mais être normale, ça ne m'intéresse pas. Trop ennuyeux, » proclama-t-elle en secouant la tête.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Lun 27 Jan - 21:28

Immobile, son visage tout prêt de celui de Rika dont elle sentait le souffle chaud et saccadé, Hikari attendait en souriant la réponse de son aînée et quelques plus amples informations sur sa personne et sur sa situation amoureuse, curieuse de connaître un peu de sa vie. Et finalement, après quelques instants, la réponse tomba: elle ne savait pas, assurant qu'elle n'était pas vraiment un exemple à suivre pour ce qui était des relations amoureuses. La noiraude ne comprenait pas où elle voulait en venir, cherchant un quelconque indice dans ses dernières paroles: avait-elle été victime de mauvaises expériences? Non, il ne semblait pas que ce soit ça.
Laissant échapper un soupir de résignation mais aussi d'amusement, sans doute en voyant l'expression curieuse qu'affichait le visage de sa cadette, Rika développa sa pensée, avouant qu'elle n'était pas le genre de demoiselle à se contenter d'une seule compagne, lui expliquant que la raison d'une telle polygamie n'était pas due au fait qu'elle ne croit pas à l'amour véritable. Tout en disant cela, elle s'était mise à trier les nombreuses impressions qui étaient désormais prête et à les agrafer ensembles, comme si elle souhaitait s'occuper les mains et ne pouvait rester inactive ne serait-ce qu'un instant tandis que la troisième année la regardait faire sans rien dire, ne sachant quoi ajouter ou répondre à son amie.
Puis elle plaisanta un instant en disant qu'étant toujours occupée par des milliards de choses, elle n'avait pas eu l'occasion de ressentir ce sentiment unique pour une seule personne en particulier. Malgré qu'elle ne soit pas de ce genre de personnes qui changent de compagnes fréquemment, Hikari voyait très bien ce qu'elle voulait dire: en effet, si l'esprit est occupé par trop de choses, il fini par être complètement incapable de se concentrer sur un seul objectif. Aussi il est vrai que flirter avec plusieurs demoiselles, sans vraiment attendre grand chose de ces relations était la meilleure manière de ne pas se faire de mal mais aussi de ne pas blesser autrui.

Saisissant l'agrafeuse que Rika lui tendait, lui faisant comprendre qu'elle devait l'aider, Hikari s'exécuta en souriant, ravie de se rendre un peu utile tandis que son interlocutrice lui avouait qu'elle préférait profiter de ses nombreuses expériences plutôt que d'attendre bêtement que le grand amour, celui qu'on écrit avec un grand "A", renchérissant en disant qu'elle aimait les filles et qu'elle n'y pouvait rien du tout. Acquiesçant d'un signe de la tête pour lui signifier qu'elle comprenait ce qu'elle voulait dire, qu'en effet l'homosexualité était une chose incontrôlable, la brunette planta une agrafe dans le script qu'elle avait entre les mains tout en écoutant d'une oreille attentive son aînée qui ne lui avait jamais tant parlé d'elle auparavant et qui continuait son long monologue en se justifiant, démontrant qu'elle aimait être en compagnie de filles, leur faire des câlins et les embrasser.
Oui, la Rimoise aux yeux bleus pouvait comprendre ce que son aînée voulait dire: même elle aimait particulièrement être dans les bras de ses amies, sentir un peu de chaleur humaine. Les embrasser par contre, c'était une autre histoire. A ses yeux, ses lèvres étaient "sacrées" et elle ne pouvait les offrir qu'à celle qu'elle aimait. Peut être était ce une vision un peu vieillotte de l'amour, pourtant elle lui convenait parfaitement et elle n'en changerait certainement pas. Sortie de ses pensées par la voix de Rika, qui répondit très clairement à sa question en lui stipulant que non, elle n'avait pas de petite amie "officielle", entretenant régulièrement des relations avec des filles, relations qu'elle qualifia d'elle même de "batifolage" avant de se dire libertine, débauchée et coureuse de jupons. L'était-elle vraiment? Aux yeux d'Hikari, Rika ne se jugeait pas de façon objective. Ou bien était-ce elle qui était trop tolérante et assez peu critique?

"-Je ne pense pas que tu sois une débauchée, dit-elle tout en agrafant un autre script, au contraire, tu profites de la vie sans chercher à blesser quiconque. Un coureur de jupons, lui, ne cherche qu'à élargir son tableau de chasse sans prendre gare aux sentiments de ses partenaires. Et puis nous sommes trop jeunes pour penser à la fidélité. Enfin, je te dis ça mais en vérité, la fidélité est pour moi quelque chose de très important, j'ai été éduqué dans cette idée que la fidélité est une chose sacrée que nul ne doit souillé."

Tendant les scénarios qu'elle avait déjà formé à sa camarade, elle s'étira un instant afin  de se détendre ses muscles crispés tout en gémissant de plaisir, elle continua:

"-Dans tous les cas, tu as raison de ne pas te forcer à faire comme tous les autres, au risque de te bloquer. Vivre comme on le souhaite, voilà ce que beaucoup ont tendance à oublier à notre âge, préférant se ranger bien gentiment dans le moule que tente de nous imposer la société. Et le fait que toi tu ais décidé de mener ton existence d'une telle manière, en te contrefichant de l'avis de tes pairs, montre que tu as un caractère et une force d'esprit bien plus évolués que nos camarades ..." Marquant une pause, elle ajouta " -Ou même que moi, qui ne puis m'empêcher de me mentir, me persuadant que tous va bien et que le jour qui se lève m'apportera autant de joie que le précédent et que le vide qui s'est formé en moi va bientôt se combler."

Souriant amèrement, dépitée en se mettant de la sorte face à ses propres faiblesses, elle pencha la tète en arrière afin de plonger ses yeux azurés dans le tout aussi bleu ciel qui couvrait le campus d'Astrea, le fixant comme si elle tentait de distinguer entre les nuages quelque chose ou quelqu'un:

"-Se mentir à soi même prouve qu'on est lâche...c'est la chose la plus pitoyable que l'homme puisse faire."

Concluant son monologue par cette pessimiste phrase, Hikari accentua son rictus pour le rendre plus lumineux que tantôt. Elle ne souhaitait pas déprimer Rika avec de tels propos, ni gâcher ce moment de partage. Se souvenant soudain de l'invitation de son aînée, elle consentit alors à y répondre:

"-Pour ta proposition de tout à l'heure, je veux bien venir avec toi au centre équestre." Serrant ses poings, son regard trahissant une certaine détermination, elle s'exclama avec assurance "Même si rien ne va comme je le veux entre elle et moi, je veux encore y croire... "

Les paroles de Rika, bien que tel n'étaient pas leur but, avait soudain redonné courage en la si attristée Hikari Amakusa qui se sentit soudain honteuse d'avoir déjà baissé les bras. Au fond, elle ne voulait pas que tout s'écroule si facilement, que ce château de carte sur lequel elle avait battit sa relation s'effondre à cause d'un petit coup de vent alors qu'il avait résisté à bien des tempêtes.

"-En tout cas Onee-sama le jour où tu trouveras cette fille rien que pour toi, je compte sur toi pour me la présenter! D'accord?!" ria-t-elle en adressant à la concernée un sourire aussi lumineux qu'un soleil d'été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude Mer 29 Jan - 22:27

Les deux étudiantes de Lulim avaient atteint un rythme très régulier, Rika rassemblant et arrangeant rapidement les feuilles, puis passant le script complet à sa jeune camarade au moment où celle-ci posait sur la pile l'exemplaire qu'elle avait tout juste terminé d'agrafer. Dans le même temps, Hikari alla de son commentaire concernant le style de vie que menait son aînée, ne semblant pas d'accord avec certains des termes dont Rika s'était elle-même qualifiée, avançant quelques arguments tout à fait valides. La quatrième se garda de mentionner certains détails plus "sombres" qui altéreraient certainement cet avis. Hikari se montra ensuite quelque peu admirative de la mentalité de Rika: du fait qu'elle restait fidèle à elle-même et faisait ce qu'elle voulait sans se préoccuper de ce que pensaient les autres. En comparaison, elle avoua sa tendance à se mentir, à se dire que tout allait bien et que tout s'arrangerait avec le temps, tendance qu'elle considérait comme un signe de lâcheté et qu'elle avait l'air de se reprocher. Était-ce à ce point une mauvaise chose? Rika n'avait pas particulièrement connu de déboires et donc n'avait jamais eu à gérer "l'après" de ces déboires. Mais se dire que tout allait bien et positiver, n'était-ce pas une façon normale d'aller de l'avant?

Se rendant compte qu'elle avait peut-être plombé l'ambiance par tant de négativité, Hikari afficha de nouveau un sourire et changea encore une fois le sujet de la conversation, acceptant d'accompagner Rika au centre équestre. Celle-ci remarqua du coin de l'oeil les poings serrés de sa cadette. Visiblement, la demoiselle avait repris un peu du poil de la bête et avait décidé de découvrir le fin mot de cette histoire avec Yuuki. Puis elle demanda à sa Onee-sama de lui présenter la future élue de son coeur dès que celle-ci serait trouvée. Rika se mit à rire joyeusement, tant pour cette requête que par soulagement de voir Hikari retrouver un peu de gaieté. « D'accord, d'accord! Je te la présenterai! » promit-elle.

L'imprimante délivra la dernière feuille, ayant finalement l'occasion de se calmer. Rika récupéra ladite feuille et la rangea avec le reste du dernier script. Elle prit ensuite l'agrafeuse des mains de Hikari pour relier elle-même le document avant de le mettre avec les autres, glissant le tout dans son cartable. « Et voilà! Ça, c'est fait. Maintenant un peu de rangement, puis direction: le centre équestre. » annonça-t-elle. Elle alla éteindre l'imprimante puis revint devant l'ordinateur pour enregistrer son travail, fermer toutes les fenêtres, déconnecter sa clé USB et éteindre l'ordinateur. Elle glissa la clé USB dans son cartable puis alla ranger l'agrafeuse là où elle l'avait prise. Tout ce rangement effectué, elle alla enfiler son manteau qu'elle avait laissé posé sur une table puis récupéra son cartable. « Allons-y! » lança-t-elle à sa cadette, en français avec un accent bien British, avant de finalement quitter la salle informatique.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: [Projet - Libre] Prélude

Revenir en haut Aller en bas

[Projet - Libre] Prélude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Plus sur le projet d’usine d’assemblage de téléphones
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» projet de diorama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-