Partagez| .

Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité
Invité






MessageSujet: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Mar 31 Déc - 14:24



Roméo & Juliette

Cela faisait deux jours que le bal de Noël avait eu lieu… Deux jours qu’elle n’oubliait pas le contact des lèvres de Hikari sur le siennes. Délicates et innocentes. La demoiselle de Rim respirait la pureté, l’élégance et la douceur, tout ce don Yuuki avait besoin en ce bas monde pour vivre avec l’espoir des jours meilleurs.

En ce beau matin hivernal, elle y repensait, caressant ses lèvres d’un doigt elle se mit à rougir. Ses obligations l’avaient amené à ne pas pouvoir revoir Hikari depuis, et ça la tuait au fond d’elle-même. Elle ne voulait pas que celle qui hantait son esprit pense qu’elle ne voulait plus la voir, au contraire elle en mourrait d’envie un peu plus à chaque seconde, si bien qu’au bout de 48 heures à peine l’attendre était devenue insupportable.

Elle s’était donc approchée du box de Cherkane pour s’occuper de son cheval, et que ne fut pas sa surprise de trouver un mot sur la porte. Son cœur rata un battement en voyant une écriture délicate qui l’invitait à venir au club de Cosplay en fin de matinée. Elle baissa les yeux un instant pour réfléchir, en effet elle ne savait pas si ce message venait de Rika la demoiselle qu’elle avait rencontré il y a peu et qui lui avait clairement affirmée qu’elle pouvait servir de mannequin, ou s’il venait de … Sa lumière, qui faisait aussi parti du club de Cosplay.

Mais naturellement, son cœur pencha sur la deuxième solution. Pourquoi ? Parce qu’elle n’avait pas parlé à Rika de son cheval, mais avec les nombreuses filles de Spica qui parlaient entre elles de Yuuki, il était facile de savoir qu’elle avait un hongre blanc et noir aux yeux bleus, unique dans son genre dans l’écurie, impossible à rater.

Impatiente mais mature, elle se ressaisit pour prendre le temps nécéssaire pour s’occuper de Cherkane. Avec les fêtes des derniers temps elle n’avait pas eu l’occasion de passer énormément de temps avec l’animal, c’est pourquoi elle avait décidé que ce ne serai pas une journée ou elle monterai à cheval, mais un Noël pour son propre jeune hongre.

Elle le cura très soigneusement, graissa ses sabots et s’attaqua à la robe, doucement elle retira les poils de l’hiver, prenant trois quarts d’heures à enlever les nombreuses pelottes qui se créées sous l’étrille. En même temps, Cherkane apprécia le geste. Finalement, elle lustra sa robe, et coupa sa crinière pour l’égaliser un peu.

Le chemin de la carrière étant gelé, elle le marcha une demi heure dans les écuries, s’amusant à le faire suivre sa main avec une pomme, elle le couvrit de câlins, de pommes et de carottes avant de le rentrer dans un box tout propre qu’elle avait fait la veille.

Finalement, sans s’en rendre compte elle venait de passer trois heures avec son cheval et il était déjà 11h. Elle se dépêcha donc de prendre une douche et de se changer, elle enfila un haut décolleté bleu et un pantalon noir puisque c’était le week-end et qu’elle pouvait se permettre de se décontracter un peu.

Elle se dirigea vers la résidence de Rim, essayant de ne pas trop se faire remarquer, ce qui avec sa couleur de cheveux et son taux de popularité ne fut pas chose facile. Elle se força à s’arrêter et à discuter le plus simplement du monde avec quelques filles pour ne pas éveiller de soupçons.

Plus elle se rapprochait du club de Cosplay, et plus son cœur accélérai, elle finit par arriver devant la porte de celui-ci et délicatement sa main vint toquer à la porte en bois, se demandant ce qui l’attendait derrière celle-ci, allait-elle devoir faire le mannequin ? Cette idée l’a mit mal à l’aise, mais si elle était venue c’est parce qu’elle espérait plus que tout la revoir.

Finalement, la porte s’ouvrit alors que son regard bleu se planta dans celui de l’individu. Son cœur voulut sortir de sa poitrine dans un bon mélodieux qui résonna dans ses oreilles, de la façon la plus naturelle du monde, un sourire radieux apparut sur son visage. Elle était là, devant elle tout aussi charmante, sa petite lumière.

Il ne fallut qu’un tiers de seconde à Yuuki pour perdre toute moralité que voulait la rencontre d’une Spica avec une Rim, elle se « jeta » avec délicatesse sur elle pour la prendre dans ses bras laissant la porte se refermer sous leurs pas, puis elle réalisa son geste et se retira gênée :

• Je… Pardon tu… Tu m’as manqué, Hikari …

Elle finit par reprendre son calme, s’en voulant de ce moment d’égarement avant de lui sourire avec la plus grande tendresse du monde, le cœur palpitant au rythme de ses douces pensées.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Mar 31 Déc - 17:11

L'effervescence et l'agitation qu'avait engendré le bal de Noël étaient retombées peu à peu, laissant de nouveau place au climat studieux et calme du campus d'Astrea qui se remit doucement en route. Cela faisait déjà deux jours...deux jours qu'Hikari avait sur ses lèvres cette chaleur, cette sensation qu'elle ne voulait plus oublier, la sensation des lèvres de Yuuki sur les siennes. Ces lèvres si douces, délicates et tendres, tout ce dont elle avait besoin pour survivre en ce monde ...lui manquaient terriblement. Depuis ces deux jours, son seul désir était de revoir sa camarade, de la serrer contre elle et plus les minutes passaient, plus l'attente devenait insupportable.

Enfermée depuis les huit heures du matin, affairée à la réalisation des costumes qu'avait demandé le club de théâtre pour sa prochaine pièce, la noiraude tentait tant bien que mal d'oublier ce sentiment de vide qui lui transperçait la poitrine, sans aucune pitié, espérant malgré elle que celle qui occupait toutes ses pensées ait trouvé le petit mot qu'elle avait laissé sur la porte du box de Cherkane, pour lequel elle s'était prise d'affection. Elle aurait voulu parler directement à son aînée plutôt que de griffonner quelques mots sur un morceau de papier mais, craignant de la déranger ou de ne pas la croiser, elle avait préféré laissé à l'hongre aux yeux bleu océan sa lettre, lui demandant en riant de bien vouloir la remettre à sa cavalière. Depuis, elle attendait, se distrayant comme elle pouvait, feignant de s'impliquer dans son travail. Pourtant, toutes ses pensées, toute son âme était ailleurs, au delà de ses murs elle s'était envolée dans le froid de l'hiver, malmenée par le vent glacial pour se retrouver auprès de sa bien aimée.
Une douleur vive au niveau de son pouce la fit sursauter et la rappela à la réalité: braquant ses iris sur son doigt, elle remarqua qu'une goutte de sang y était apparue et grossissait à vue d'oeil. L'observant grossir jusqu'à déborder de sa peau, la demoiselle s'empressa de recouvrir sa plaie de son mouchoir, qui prit peu à peu une teinte rouge écarlate, dévorant comme la lave dévore la terre le blanc du coton.

Lorsqu'enfin le sang cessa de couler, Hikari se décida à retourner à sa tache, ayant hâte de terminer cette robe qui lui avait donné tant de travail. La retirant avec précaution du mannequin sur laquelle elle reposait, veillant à ne pas retirer les épingles qui reliaient les manches au bustier, elle l'amena jusqu'à sa table de travail où se mêlaient joyeusement fil, aiguilles, crayons, feuilles en tout genre et, l'emprisonnant sous le pieds de sa machine à coudre qu'elle alluma, se mit à coudre les emmanchures qu'elle avait mis une matinée à faire correctement. Le bruit mitrailleur et régulier de la machine cessa au bout de quelques minutes, lorsque la Rimoise eut fini son travail. Souriante, fière de ce qu'elle venait d'accomplir, la demoiselle retira du tissu les petites pointes de métal qu'elle avait enfoncé avant de retourner le vêtement désormais achevé et ravissant, conforme au croquis qu'elle avait fait.
A cet instant, on frappa à la porte...

Entendant ses coups, le coeur de la brunette bondit violemment dans sa poitrine, lui coupant sans prévenir le souffle tandis que ses joues prirent une teinte proche de celle du sang qui coulait auparavant de sa plaie. Dirigeant vivement ses iris bleu comme des feuilles de bleuet, Hikari alla ouvrir sans faire attendre celle qui souhaitait entrer, se demandant qui il s'agissait, priant pour que ce soit elle. Elle, à laquelle elle avait tant pensé, qui avait animé ses désirs les plus ardents, Yuuki Akoma.
Posant sa main sur la poignée de la porte de bois, la jeune fille en uniforme marin l'ouvrit, tremblante d'appréhension et quelle ne fut pas sa joie lorsqu'elle vit Yuuki devant elle. Ses yeux un instant s'égarèrent dans les siens, laissant l'océan qui peuplait ses iris se mêler aux saphirs de sa camarade, tandis qu'en elle se déferlait une vague de bonheur qui vint détruire de plein fouet les aiguilles empoisonnées de la douleur qui s'étaient plantées dans son coeur.

Sans qu'elle n'ait pu dire un mot, la demoiselle aux longs cheveux noirs fut soudain saisie dans une tendre et délicate étreinte qui manqua de lui faire perdre pieds puis le parfum de Yuuki, cette odeur qui lui avait tant manquée, vint emplir ses poumons. Cet instant, combien de fois l'avait-elle rêvé, durant ses dernières 48 heures? Trop de fois pour être dénombré.
Yuuki la relâcha pourtant, son visage affichant la gêne qui l'habitait, avant de s'excuser pour son geste. Pourquoi s'excusait-elle? Avait-elle fait quelque chose de mal en la serrant de la sorte? Non, pas aux yeux d'Hikari et ce malgré qu'elle fut éduquée dans la pure tradition japonaise. Elle savait que dans la société nippone, il fallait à tout prix éviter tout geste trop équivoques qui pourrait aller à l'encontre du respect des distances, mais tout ce protocole ridicule lui importait peu.
A nouveau, la Spicoise parla, avouant en souriant tendrement à sa cadette qu'elle lui avait manqué. Aucun mot n'aurait pu plus réjouir celle à laquelle ils étaient destinés. Cette dernière, follement heureuse de se retrouver auprès de celle qu'elle aimait le plus au monde, se laissa guider par son coeur et non par sa raison, mettant de côté les nombreux enseignements de ses parents pour se blottir contre Yuuki, ses bras l'enlaçant avec douceur, ses petits doigts se resserrant sur le tissu bleu de son haut:

"-Yuuki, murmura-t-elle d'une voix trahissant son émotion, Yuuki...tu m'as tellement manqué ma Yuuki..."

Levant les yeux vers sa tendre amie, immergeant ses yeux dans les siens, elle lui adressa un grand sourire, aussi lumineux que son prénom avant de se hisser sur la pointe des pieds pour déposer sur les douces et si agréables lèvres de la cinquième année un délicat baiser. Aux yeux de certains, ce geste pouvait paraître déplacé et mal élevé mais aux yeux de la Rimoise, il était tout ce qu'il y a de plus normal, surtout dans un couple.
Se retirant, reposant ses talons au sol, la demoiselle adressa un petit sourire à son aînée, espérant ne pas l'avoir choquée ou gênée avant de déclarer en riant:

"-Je vois que Cherkane t'a bien fait parvenir mon mot. J'ai bien fait de lui faire confiance."

Effleurant avec douceur la main de sa camarade, la caressant du bout de son pouce, elle enlaça timidement ses doigts avec ceux de Yuuki, profitant du moment sans se soucier de tout ce qui l'entourait. Il n'y avait plus qu'elles, juste elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Mer 1 Jan - 14:17



Roméo & Juliette

Elle l’avait serré contre elle quelques secondes, ayant permit à la porte de se refermer sous une légère poussée destinée à montrer qu’elle voulait qu’elles soient seules . Toutes les deux dans l’univers D’Hikari, le cosplay … Personnellement, Yuuki n’en avait vraiment jamais fait. Sauf dans les soirées déguisées auxquelles elle participait parfois, mais les costumes dans cette salle étaient tous plus beaux les uns que les autres. Rim était connu pour avoir une imagination débordante et elle comprenait très bien pourquoi.

Le parfum de sa belle avait éprit ses narines… Elle sentait si bon sa délicate fleur. Un parfum de rose si délicate, elle en aurai prit soin pour garder sa magnifique couleur… Elle se perdit avec ces sens qui frétillaient de ce contact avec un ange. Finalement à contre cœur elle se détacha et s’excusa avant de réaliser qu’elle était stupide de le faire…Après tout elles s’étaient embrassées en ce soir de Noël alors était-ce un câlin l’acte déplacé ? Et puis… Si Hikari n’en voulait pas, elle l’aurai repoussé non ? Elle soulagea son cœur.

Elles se fixèrent un cours instant, alors que le bleu de leurs yeux se mariaient en cachette dans un parfait accord qui montrait que les deux jeunes filles étaient très heureuses de se retrouver. Hikari finalement, rompit le léger silence, en se callant dans ses bras, portant ses petites mains délicates au tissus de Yuuki pour le serrer. Celle-ci passa finalement ses mains dans son dos, callant sa tête dans son cou une fois de plus en fermant les yeux. De plus, sa belle lui avait murmuré qu’elle lui avait énormément manqué, la gratifiant d’un « ma Yuuki ». Etrangement, ces paroles plurent énormément à la concernée qui sentit son cœur palpiter de milles bons instantanés.

• Toi aussi « ma » lumière … J’avais peur de ne plus pouvoir éclairer correctement le chemin….

Finalement, Hikari plongea de nouveau son regard dans le sien, c’était comme si un deuxième océan venait embrasser le premier. La troisième année se mit sur la pointe des pieds, alors que naturellement les yeux de Yuuki se fermèrent profitant de nouveau du baiser délicat qui venait réchauffer son cœur meurtri, et caresser avec une douceur propre à sa belle ses lèvres.

Elle sentit son cœur se décevoir quand la demoiselle cessa ce geste, et sourit avec la plus grande des tendresses ce qui promettait bien des choses. Elle devait lui demander… Aujourd’hui. Elle le ferai, et elle espérai que Hikari serai prête. Elle rit doucement lorsque sa cadette déclara que Cherkane avait bien fait parvenir son mot et qu’elle pouvait lui faire confiance.

• Cherkane est un excellent messager, j’aurai peut-être du l’appeler Cupidon ?

Par cette petite plaisanterie, elle insinuait tout l’amour qu’elle pouvait porter à la personne en face d’elle. Oubliant la beauté des costumes, le lieu, l’endroit ou elle se trouvait, elle prit sa main et décida de grimper sur ce nuage, rien n’existait plus, elles flottaient autour d’un vide immense et blanc, et au milieu de tout ça seules elles deux rayonnaient de milles grâces, deux princesses qui voulaient devenir reines ensembles. Elle entrelaça ses doigts au sien avec grande douceur.

Son autre main vint se poser sur sa hanche qu’elle caressa doucement pour la rassurer. Elle ne quitta jamais ses océans ou elle pourrai se noyer sans crainte, elle savait qu’aucun requin ou autre prédateur ne résidait en ce lieu. Et que cet océan lui-même ne connaissait pas la tempête, si ce n’est la tempête des sentiments qui déferlait à présent dans le cœur de Yuuki sans promettre de naufrage.

• Hikari Amakusa … Me feras-tu l’honneur de devenir officiellement ma petite amie ?

Le regard sincère, le corps en pulsion, elle tremblait malgré elle. Parce que au fond on n’était sûr de rien, et Yuuki avait peur de son refus qui la blesserai plus que tout. Elle ne voulait pas une autre fille, elle ne voulait pas être avec « quelqu’un », elle voulait être avec Hikari Amakusa. Celle qui avait réussit à réveiller en elle bien des sentiments endormis, celle qui avait montré le chemin perdu dans le brouillard, par sa lumière sa grâce et sa douceur.

Elle se moquait bien de l’avis des autres, de tout ce qu’on pouvait penser « une cinquième année idole de Spica sort avec une troisième année de Rim ! » ils pouvaient bien en faire la une de leurs stupides journaux de l’école, elle s’en moquait. Elle assumerai et repousserai quiconque oserai faire du mal à sa divine beauté devant elle. Parce que à présent, elle voulait entretenir l’éclat de cette lumière, et lui promettre son cœur était sûrement la meilleure chose à faire. Une réponse positive suffirai à changer délicatement le destin déjà trop tracé des deux jeunes demoisellles… Il n’y avait plus qu’un pas à franchir.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Mer 1 Jan - 15:53

A peine eut-elle fini de rire à sa propre blague, encouragée par le rire discret de Yuuki, Hikari entendit cette dernière répliquer qu'en effet, Cherkane était un excellent messager puis elle s'interrogea, se demandant si elle n'aurait pas mieux fait d'appeler l'hongre aux yeux bleus "Cupidon".
A cette remarque, son interlocutrice rougit de plaisir: en choisissant ce nom, elle comprenait que sa camarade lui exprimait toute l'affection, l’amour qu’elle pouvait lui porter, tout cet amour qui s'exprimait le plus souvent au travers de ses gestes et de ses mots, tous plus tendres les uns que les autres.
Doucement, avec une infinie tendresse, les doigts des deux demoiselles se lièrent, s'offrirent une valse aussi belle que celle qu'avaient partagé les deux étudiantes lors de la veillée de Noël, puis s'étreignirent sans un bruit, sans pouvoir perturber leurs propriétaires, ayant déjà quitté la réalité pour s'enfermer dans leur propre réalité, que nul ne pouvait violer et souiller.

Ses iris plongés dans les yeux de son interlocutrice, la brunette s'enfonça dans les profondeurs de cet océan qui dansait joyeusement, brillant de bonheur, dont les douces vagues venaient se briser sur les frontières de ses pupilles, sans aucune violence, avec un calme tel que la Rimoise n'aurait pas refuser s'y noyer. Dans ce genre d'étendue liquide, elle savait qu'il ne pourrait rien lui arriver de mal et que la seule tempête qui pourrait faire gronder les vagues ne serait qu'un déferlement d'amour qui viendrait troubler la sérénité.
Plus rien n'existait autour d'elles, plus rien: les tissus chatoyants , les costumes aux milles couleurs, les quatre murs qui les emprisonnaient, toutes ces choses disparurent, s'effacèrent de leur monde pour laisser place à un grand vide, immense et blanc, infini comme peut le paraître l'océan. Et au milieu de cette lumière blanche, les deux demoiselles se tenaient là, leurs coeurs animés par un même sentiment, battants à l'unissons. Cette mélodie de pulsions était la seule chose audible, en plus de la respiration sereine de chacune.

Puis la voix de la Spicoise se fit entendre dans le silence, paraissant aussi agréable que le chant des anges à l'oreille de sa cadette qui sentit ses doigts trembler dans les siens, comme si ils étaient fatigués par la danse qu'ils avaient commencé. Lorsqu'elle eut écouté sa requête, son interlocutrice eut un sursaut de surprise avant d'adresser à son aînée un regard trahissant sa surprise: devenir sa petite amie officiellement? Vraiment? Etait ce vraiment ce que Yuuki voulait? Voulait-elle risquer sa réputation pur avoir une relation avec une petite Rimoise de troisième année?
Baissant un instant les yeux, en proie à de nombreux doutes, non sur ses sentiments, mais sur les désirs de celle qu'elle aimait le plus au monde, Hikari se mit à raisonner quant à sa réponse: ce n'était pas quelque chose  à prendre à la légère. S'engager avec quelqu'un était une grande responsabilité et la demoiselle ne voulait pas faire d'erreur au risque de tout perdre.  Aimait-elle Yuuki assez fort pour commencer une relation sur la durée? Oui, mille fois oui. L'aimerait-elle toujours autant après quelques mois, après avoir vu les défauts et qualités de sa partenaire? Oui, elle n'en avait aucun doute. Non, ce n'était pas ses sentiments qui l'inquiétait...

"-Tu le veux vraiment?, demanda-t-elle en la fixant avec inquiétude, Tu n'as pas peur...que cette relation te freine?"

En quelques mots, elle venait d'exprimer sa crainte: elle avait peur, terriblement peur de n'être qu'un poids pour la cinquième année, quelque chose qui lui apporterait plus d'inquiétudes que de bonheur. Elle ne voulait pas être un obstacle dans sa vie...si elle l'était, elle ne pourrait pas le supporter:

"-J'ai peur Yuuki..., avoua-t-elle en baissant la tète, j'ai terriblement peur de ne rien t'apporter de bon, d'être une gêne et ça...je ne le veux pas...parce que je t'aime plus que tout..."

Poussant un long soupir, Hikari serra un peu plus fort les doigts de Yuuki dans les siens, comme pour se donner du courage. Le courage de donner un tournant à son destin trop tracé, à cette vie triste qui avait peu à peu retrouvé de ses couleurs au fur et à mesure qu'elle avait côtoyé la Spicoise. Elle aussi avait droit à un nouveau départ, à une renaissance. C'est ce que chacun aurait voulu pour elle...Aussi, dessinant sur son visage blanc un sourire lumineux, aussi lumineux que l'astre solaire brillant dans un ciel d'été, elle affirma avec assurance, une assurance qu'elle ne se connaissait pas:

"-Mais si tu es prête à m'offrir ton coeur, quoiqu'il t'en coûte...alors je t'offre avec tout mon amour le mien. Il n'y a rien qui me comblerait d'avantage qu'être à tes côtés."

Son regard se fit sincère, son coeur battant avec force dans sa poitrine brûlante et tandis qu'elle accentua son si brillant sourire, la brunette sentit tout son corps se libérer d'une crainte qui la paralysait toute entière.
La frontière qui séparait deux mondes distincts, l'ancien et le nouveau, venait d'être franchie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Ven 3 Jan - 13:05



Roméo & Juliette

L’amour était un sentiment bien étrange, le seul qu’on ne pouvait espérer combattre quand il nous tombait dessus. Il arrivait qu’il ne soit pas réciproque, qu’il nous torture, nous détruise et à l’inverse qu’il se montre généreux et offre à deux personnes le don d’en devenir une. Quand on parlait de l’un, les amis voyaient également l’autre, nous étions deux, deux fois plus forts ensembles.

Au fond d’elle-même, Yuuki avait espérer après cette soudaine rupture avec sa première compagne, de retrouver quelqu’un à qui elle pourrai offrir tout son être sans avoir peur des conséquences. Mais rendue à l’évidence, elle se disait qu’elle ne trouverai jamais plus ce genre de personne… Il parait qu’on aime qu’une fois.

C’est faux. Totalement faux. Où alors cette fille n’était pas la vraie, mais pour Hikari… Tous ses sens s’emballaient les uns après les autres dans une farandole, une valse qui lui faisait ressentir milles émotions de bonheur. C’est d’ailleurs pour ça que c’est avec un grand naturel et sans s’acharner sur elle-même qu’elle avait réussi à demander à sa lumière de devenir sienne, elle ne pouvait pas se permettre de la laisser, de ne pas montrer aux autres qu’Hikari était sa petite amie… Il devait en être ainsi, et en vue de leurs comportements, penser à une « simple amitié » était devenu trop subtile.

Après tout, notre cœur ne palpitait pas la chamade en voyant une amie, on n’embrassait pas non plus avec tant de naturel ce type de personne… Quoi que certains le faisaient par amusement, mais pour Yuuki ce n’était pas le cas, après elle ne se permettait pas de juger mais savait très bien que pour Hikari non plus ce n’était pas ce genre de « délires » qu’elle se permettait avec ses amies. La preuve était qu’en cette soirée de Noël elle lui avait volé son premier baiser.

Malgré tout, Hikari lui demanda finalement tout de même si elle le voulait vraiment, mais il suffisait de voir le regard de Yuuki pour qu’il trahisse ses sentiments les plus profonds. Oui elle le voulait, plus que tout, elle n’avait pas peur d’être freinée, loin de là Hikari la poussait à donner le meilleur d’elle-même. Elle n’avait qu’à lui demander de lui décrocher la lune, elle ferai tout pour y arriver, rien que pour ses yeux.

Elle allait répondre quand Hikari lui précisa qu’elle avait peur d’être une gène, et de ne rien lui apporter ce qu’elle ne voulait pas parce qu’elle… L’aimait plus que tout. Yuuki vint finalement poser sa main sur la joue de sa compagne, n’hésitant pas à croiser son regard, elle lui sourit tendrement, Hikari répondit à ce sourire et dit avec assurance les mots qu’elle voulait entendre.

Le cœur de Yuuki voulut sortir de sa poitrine, et malgré elle ses joues rougissaient un peu de plaisir et d’émotions, elle finit par s’approcher d’elle et doucement, avec une tendresse comme il n’en existe que dans les contes de fée, elle alla poser ses lèvres sur le siennes. Ses yeux se fermèrent, pour pouvoir apprécier toute la gourmandise de celles-ci sans se lasser. Avec la même douceur elle se retira, croisant son regard :

• Si tu restes à mes côtés alors tout ira bien, tu es ma lumière, celle qui me pousse à donner le meilleur de moi-même…

Sa main glissa dans les cheveux noirs ébènes de celle qu’on pouvait à présent appeler sa petite amie, sa moitié, son ange… Comme bon vous semble, mais une chose est sûre elle se donnerai corps et âme pour affirmer cette relation et faire taire les mauvaises langues. Que quelqu’un ose toucher sa belle, cette fois-ci elle ne pardonnerai pas, finalement elle la prit contre elle sans crainte, et alla à son oreille ou elle murmura les mots qui lui brûlaient les lèvres depuis un moment :

• Je t’aime, Hikari…

Il suffisait d’entendre le ton de ces paroles pour comprendre la sincérité de celles-ci. Ce n’était pas un maigre « je t’aime » comme les couples blasés pouvaient en sortir, mais de vraies paroles, pensées davantage avec le cœur, avec la sincérité présente en Yuuki qui n’avait jamais voulu se corrompre dans le mensonge. Elle caressa le dos fin et délicat de la demoiselle avant de se retirer, le sourire aux lèvres, et comme pour faire digérer le moment et commencer officiellement les « activités de couple » elle finit par dire :

• Et pourquoi ma chère et tendre m’a emmené ici ? Dans le but de me transformer en quelque chose ?

Elle lui fit un clin d’œil amusé, elle n’aimait pas tellement jouer le mannequin, mais pour sa lumière elle serai capable de le faire. Et puis ça devait être amusant de Cosplayer, on se mettait dans la tête de quelqu’un, un méchant, un gentil, un loup garou, un vampire, une sorcière, une fée… Rien n’avait de limite ! Rien d’autre que l’imagination ! Elle fixa à présent les costumes un à un, se disant qu’elle devait être magnifique avec chacun de ceux-ci avant de la regarder, curieuse de ce que sa jolie princesse avait bien pu lui programmer.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Ven 3 Jan - 23:25

Alors qu'elle venait d'accepter sa proposition, confessant qu'elle était prête à s'engager dans une relation et que rien ne lui faisait plus plaisir que de rester auprès d'elle, Hikari sentit sur ses lèvres se poser celles de Yuuki qui, sans un mot, lui offrit le plus tendre des baisers, si tendre qu'aucun mot n'aurait réellement pu décrire cette sensation. Goûtant sans se faire prier à la délicieuse peau de sa bien aimée, profitant de toute son âme à cet instant qu'elle lui offrait avant de finalement se détacher d'elle, plongeant ses grands yeux azurs dans les cieux qui évoluaient dans les iris de son aînée. Cette dernière, lui adressant un doux sourire, avoua que si elle restait à ses côtés, tout irait bien, la qualifiant comme "sa lumière" qui la pousse à faire de son mieux. Ces paroles, ces mots si sincères bouleversèrent la brunette qui contint son émotion. Elle était touchée,son coeur bondissait avec force dans sa poitrine comme témoin de la joie que les mots de la Spicoise avaient engendré en elle.

Elle voulu lui répondre qu'elle ressentait les mêmes choses: pour elle, Yuuki était celle qui l'aidait à aller de l'avant, la seule personne qui lui avait tendu la main et avait proposé de l'aider. Elle serait capable de se donner corps et âme pour elle, elle pourrait même lui offrir son existence propre si elle lui demandait. Pour elle, pour son plaisir, tout lui semblait possible, absolument tout!
Sa voix cependant se perdit dans sa gorge lorsque la cinquième année la serra contre elle, une étreinte qui surprit la demoiselle aux cheveux ébènes, ravie de sentir à nouveau son corps chaud contre le sien. Cette délicieuse impression d'être enveloppée dans un nuage de douceur, par un feu ardent dont les flammes viendraient tendrement effleurer sa peau, elle manqua de perdre pieds, se raccrochant pour ne pas s'écrouler à sa camarade contre laquelle elle se blottit, emplissant ses poumons de son parfum.
Puis trois mots, les trois plus beaux mots du monde, vinrent se glisser dans son oreille, provoquant en elle un feu d'artifice de bonheur et de sérénité. Ces paroles, Yuuki les avait prononcé avec une sincérité flagrante, essayant d'exprimer tout son amour à sa partenaire dont les joues s'étaient empourprées.
Apaisée par les caresses qu'elle prodiguait à son dos, la Rimoise murmura avec toute la sincérité dont elle pouvait faire preuve, à défaut d'être une piètre menteuse:

"-Je t'aime aussi de tout mon coeur, Yuuki..."

Se détachant d'elle à contre-coeur, Hikari lui adressa un grand sourire trahissant toute sa joie et la sérénité qui prônait désormais son âme avant de pousser un discret soupir, rassurée par la tournure que prenaient les évènements et surtout apaisée par l'existence de cette toute nouvelle relation qui lui tenait tant à coeur.
La Spicoise lui demanda alors pourquoi elle l'avait demandé et invité à passer au club de cosplay, le très célèbre club de transformation d'Astrea, la questionnant quant à ses motivations et à son désir de la transformer.
Laissant entendre un petit rire qu'elle étouffa dans le creux de sa main, la Rimoise rassura sa partenaire d'une voix douce, pendant que cette dernière scrutait un à un les costumes qui pendaient un peu partout:

"-Je te rassure, je ne te transformerai pas en une horrible sorcière...en fait je voulais que tu essayes ce vêtement !"

Attrapant vivement un costume qu'elle venait d'achever et qu'elle avait réalisé, malgré elle, en pensant le faire porter à Yuuki, elle lui montra, tout sourire. C'était un costume sobre, d'un noir ténébreux: le haut formant un bustier bordé de dentelles, agrémenté de manches lacées par plusieurs rubans et décoré de plusieurs discrets motifs blanc, le bas n'était qu'une simple jupe tombant au dessus du genoux, formée par trois épaisseurs de jupons, de la même teinte ténébreuse que le reste de la tenue. Une robe sage, discrète...un peu comme son aînée qu'elle tenta de rassurer:

"- En théorie, il est à ta taille...tiens, dit-elle en lui donnant sans se presser, si tu veux te changer, il y a un paravent en guise de cabine. Ce n'est pas très pro mais on fait avec."

Puis, s'en retournant à l'armoire qui contenait les dizaines de costumes réalisés par le club de couture, la brunette se saisit d'une robe d'un blanc pale, identique à celle qu'elle venait de donner à Yuuki. Celle ci, c'était Rika Kobayakawa, sa sempai de quatrième année, qui l'avait cousue et imaginée, Hikari s'était contentée de recopier le design pour bâtir une version noire.
Retirant ,sans se soucier de la demoiselle aux cheveux d'eau qui l'accompagnait, son gilet puis son corset et pour finir son haut marin, la troisième année se tourna vers son amante avant de déclarer en souriant:

"-J'ai envie de me cosplayer, moi aussi. Voyons comment me va cette robe!"

Faisant tomber sa jupe écossaise au sol, se retrouvant ainsi dans le plus simple appareil, la jeune fille passa la robe qu'elle s'était permise d'emprunter et qui, par chance, semblait avoir été cousu pour elle. Nouant avec agilité les rubans qui firent bouffer ses manches, leur donnant un joli aspect de manches ballons, Hikari se mit à tournoyer, ses yeux océans rivés sur la jupe qui valsait avec elle, faisant virevolter ses mille dentelles et galons blancs crème. Elle adorait ses vêtements, un peu sweet lolita, dans les tons blanc ou bleu clair, qui contrastaient avec ses longs cheveux noir corbeaux et en tournoyant avec autant de grâce qu'une ballerine, elle espérait que ce genre de style vestimentaire ne rebute pas sa mystérieuse petite amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Dim 23 Mar - 18:31



Roméo & Juliette

Une déclaration, quelques mots, et le cœur de Yuuki s’emballa comme un cheval au départ d’une course. Elle qui était d’habitude si calme, si posée, était capable de devenir une autre personne en compagnie de sa belle lumière, pour le meilleur mais aussi peut-être pour le pire. Elle espérait simplement que cette relation dure et qu’elle soit de toute beauté.

Leurs deux corps se détachèrent au contrecœur de chacune, après tout personne n’aimait briser un contact de ce type n’est-ce pas ? Mais il le fallait bien, l’important c’était qu’elles pouvaient être toutes les deux et avoir des moments tendres sans être dérangées par les diverses paparazzis qui trônaient les différentes écoles.

D’ailleurs, au saint de a résidence Strawberry les choses allaient vite puisque plusieurs amies cavalières étaient déjà venues voir Yuuki pour l’interroger sur sa relation avec Hikari, elle répondait le plus calmement possible que sa vie privée ne concernait que elle, mais bien sûr elle se doutait qu’avec ce type de réponse, aucun doute n’était à présent possible.

Mais peut importe, assumer une relation homosexuelle n’était pas un soucis dans la résidence, le plus gros problème concernait leurs écoles différentes, et le fait que Yuuki était perçue comme une « star », ce qu’elle n’avait pas demandé mais c’était ainsi. Elle espérait juste que Hikari ne subirai plus de préjudices comme elle avait pu le voir auparavant dans les toilettes… Rien qu’à y penser un frisson lui parcourut l’échine, alors qu’elle revint à la réalité pour voir sa belle lui tendre un costume de couleur noir, une robe aux tendances gothiques alors qu’un sourire s’esquissa des lèvres de la rose bleue sur les paroles de sa douce. Celles-ci lui indiquaient que « en théorie » la robe était à sa taille. Elle rit doucement :

♦ En théorie alors ? J’espère bien qu’elle soit à ma taille !

Elle lui fit un clin d’œil en attrapant le beau costume pour se diriger par le paravent. Pas qu’elle soit particulièrement dérangée de montrer son corps à Hikari, mais d’autres personnes du club pouvaient venir à tout moment, et elle ne se voyait pas trop en première page du prochain journal de la résidence à moitié nue en noir et blanc… Quel effet fou !

Yuuki commença à se déshabiller en écoutant Hikari, quand elle se retourna elle vit que sa belle était totalement déshabillée, dans le plus simple des appareils. Elle ne put s’empêcher de laisser son regard se balader un instant en se mordillant la lèvre avant de retirer la propre jupe de son uniforme pour enfiler la robe. Elle virevolta un instant sur elle-même, s’arrêtant pour observer Hikari qui faisait de même.

La robe que sa belle portait était semblable à la sienne, sauf qu’elle était blanche contrairement à celle de la troisième année qui était noire. La colombe et le corbeau, voilà comment Yuuki voyait les choses, pour elle Hikari rayonnait plus que personnes, elle décida de rentrer dans un doux rôle, et s’approcha en lui faisant une délicate révérence :

♦ Si je puis me permettre, vous êtes le plus bel ange que je n’ai jamais rencontré, mademoiselle

Elle se redressa et lui fit un clin d’œil, tendant sa main pour attraper la sienne, mêlant les rubans noirs aux blancs, tel le Yin et le Yang, l’équilibre parfait alors qu’elle se pencha à l’oreille de sa belle pour lui murmurer :

♦ Tu es magnifique …

Dans cette robe, mais aussi tout court, elle aimait ce genre de style, une sorte de gothique sans doute ? Peut-être, mais c’était très élégant et mystérieux à la fois, un peu comme la relation qui liait en secret les deux jeunes femmes… Bien que ce secret se révélait de plus en plus aux yeux des autres. Et bien, tant pis, Yuuki était fière d’avoir une telle demoiselle en guise de petite amie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Jeu 27 Mar - 21:48

Tournoyant encore un peu sur elle même, ses yeux fixant avec joie les volants immaculés de sa robe, Hikari s'arrêta finalement, la tête prise de tournis. Restant un instant immobile, essayant de retrouver son équilibre et une vue normale, elle se tourna vers Yuuki qui venait de revêtir la robe qu'elle venait de lui proposer d'essayer et resta un instant figée: la vue que sa compagne lui offrait était digne des plus belles apparitions mariales. Ses longs cheveux blancs retombaient en cascade sur ses épaules et se découpaient sur le noir sombre de son habit, ils formaient une sorte d'immense rivière pleine de remous et qui coulait sur une terre abrupte longtemps délaissée par l'eau. La robe, pour sa part, épousait parfaitement toutes ses formes et tombait au dessus de ses genoux dont la chair pale contrastait avec la dentelle sombre, elle mettait en valeur chaque courbe du corps déjà de femme de la cavalière, lui rendant à juste titre honneur. A la vue de ce délicieux spectacle, la Rimoise sentit ses joues rougirent, devenant aussi rouge qu'un coquelicot: elle trouvait la Spicoise aussi belle qu'un ange et réalisait à que point elle était chanceuse de partager sa vie avec elle.

Elle vit soudain la demoiselle s'approcher d'elle, un petit sourire illuminant son visage délicat, puis plonger dans une révérence théâtrale et gracieuse avant de lui intimer qu'elle était sans nul doute le plus bel ange qu'il lui eut été donné de rencontrer, faisant de plus belle rougir Hikari. Elle était touchée par ce que son aînée venait de lui dire, son coeur battait si fort qu'elle craignait qu'il ne s'extrait de sa poitrine et lorsque la cavalière se redressa et lui adressa un complice clin d'oeil, elle lui adressa un rictus radieux:

"-Très chère, s'exclama-t-elle en saisissant avec douceur la main que son interlocutrice lui tendait, vous êtes une flatteuse. Un ange peut-il porter de si sombres cheveux?"

Disant cela, elle prit une mèche de sa longue chevelure entre deux de ses doigts, l'enroulant autour de son index avant que son aimée ne lui glisse doucement à l'oreille qu'elle était magnifique. A nouveau, le coeur d'Hikari se mit à battre la chamade vivement, comme lorsqu'elle court jusqu'à Rim les matins où son réveil ne sonne pas, et sans même réfléchir, elle enlaça avec passion la cinquième année, humant à pleine narine son parfum mêlant odeur de fleurs et de fruits, savourant la chaleur que son corps propageait. Elle était heureuse, heureuse d'être aussi proche d'elle, de sentir son coeur battre sur le sien, d'être unies dans une seule étreinte. Une étrange sensation vint emplir son bas ventre, se propageant dans tous son corps, la faisant presque trembler: elle sentait en elle le désir que toute personne aimante venait à ressentir un jour ou l'autre, un désir comparable à une flamme qui brûle un peu plus chaque jour, celui de posséder un instant l'autre et de se donner à cette même personne.
Impossible...elle voulait donc..connaître les plaisirs charnels avec Yuuki? N'était ce pas un "crime" de désirer une telle chose? Lançant un regard amoureux à la jeune femme, elle se hissa sur la pointe des pieds pour poser avec douceur ses lèvres sur les siennes, goûtant à leur saveur avec délectation avant de faire glisser doucement ses mains le long de ses épaules, les dénudant avant d'aller d'y déposer de doux baisers.

"-Yuuki.., soupira-t-elle, ses joues devenant de plus en plus rouges, j'ai...j'ai...envie de toi..."

Avouant cela d'une voix tremblante, elle lui demanda, ses yeux se noyant dans l'azur de ceux de son aimée:

"-Et toi...? Est ce que tu me désires aussi? Est ce que...tu veux tout découvrir de moi?"

Enlaçant ses doigts dans ceux de la Spicoise, serrant avec tendresse sa main dans la sienne, elle attendit fébrilement sa réponse, craignant que son initiative ne soit mal vue ou dégoûte la jeune femme ou qu'elle n'éprouve absolument rien pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Mer 2 Avr - 16:39



Roméo & Juliette

Sa lumière était tellement étincelante… C’était ce que pensais Yuuki Akoma en regardant sa petite amie, son ange qui portait le doux nom de Hikari. Son regard se baladait sur la robe blanche semblable à la sienne mais si différente par la couleur, créant entre les deux jeunes filles un pond… Comme le ciel et la terre, le paradis et l’enfer… A chacun son imagination. Pour la cavalière à cet instant, sa belle représentait un ange, et elle le démon… Elle se voyait peut-être négativement mais elle s’en voulait presque de vouloir garder pour elle une si jolie jeune fille… Pourtant, elle était persuadée de ses sentiments et ne laisserai personne d’autre la toucher. Elle n’était pas d’une nature jalouse, mais prudente, et cette lumière était sienne.

Alors qu’un sourire bravait toujours son délicat visage, Yuuki déposa sur la conscience de Hikari quelques mots doux lui disant qu’elle n’avait jamais vu aussi bel ange. Elle s’y attendait quand elle vit la jolie demoiselle aux cheveux d’ébènes rougir, Hikari était plus sensible que Yuuki, plus fragile aussi mais cela était certainement du à l’âge également. Parfois dans les couloirs, elle pouvait entendre des filles lui parler pour dire qu’elles rappelaient étrangement le couple Amane/Hikari, drôle puisque les noms se rejoignaient pour les lumières, quant à Yuuki on la comparait au ‘Prince de Spica’ par sa pratique de l’équitation.

Tendant sa main à sa belle, souriant quand celle-ci la saisit elle la fixa dans les yeux en écoutant sa réponse. Elle lui demanda alors si un ange pouvait porter une si sombre couleur de cheveux, ce qui fit doucement rire Yuuki. C’était tellement innocent et cliché comme question qu’elle ne se donna pas la peine de répondre. Evidemment que les anges pouvaient avoir les cheveux noirs, et les démons les cheveux bleus clair… N’est-ce pas ? Elle glissa à sa belle qu’elle la trouvait magnifique, même si elle était retenue par le vocabulaire qui lui empêchait de dire que c’était encore plus que ça.

Un sursaut de surprise attrapa la cinquième année quand sa cadette se jeta soudainement sur elle pour la serrer avec passion. Elle finit par sourire et à son tour déposa ses bras dans son dos alors que ses doigts caressaient à peine avec une certaine retenue le dos de sa partenaire. Mademoiselle Akoma profita de ce moment de douceur pour humer la délicate odeur de sa belle dont elle était accroc. La cavalière se sentait étrange… Mais elle connaissait cette sensation qui envahissait son être. A la différence qu’elle ne l’avait jamais ressentie aussi fortement, elle ferma les yeux, sentant le rythme saccadé de sa douce se mêler au sien dans une danse rythmée par des tambours qu’étaient leurs deux cœurs.

Elle plongea son regard dans celui de Hikari, constatant ses pupilles dilatées de désirs, des signes qui ne trompaient pas ce qui étonna Yuuki. Là ? Maintenant ? Leurs deux cœurs en avaient décidés ainsi ? Elle ferma les yeux, savourant le baiser fruité que lui offrait la plus délicate des fleurs. Elle posa ses mains sur ses hanches en sentant la robe glisser légèrement de ses épaules, laissant un accès à sa belle qui embrassa ses épaules avec une passion qu’elle ne lui connaissait pas. C’était ce qu’on appelait le désir charnel… Si rare, si beau et parfois si effrayant. Mais Yuuki n’avait peur de rien. Elle observa sa douce rougir en avouant à demi-mots qu’elle avait envie d’elle.

Le cœur de Yuuki n’en palpa que plus fort quand elle plongea son regard de nouveau dans le sien. Plus rien ne mentait, ni même le souffle de la demoiselle de Spica qui s’alourdissait en mesure des secondes qui passaient. Si elle n’avait pas de minimum de conscience ses jambes seraient peut-être incapables de la porter en cet instant. Sa douce lui demanda si elle voulait tout découvrir d’elle… Quelle question, elle laissa sa main droite entrelacer la sienne avant de sourire doucement, et chose rare chez elle, elle se mit à rougir. Un peu mais c’était un événement à noter dans le calendrier…

• Je vais laisser mon petit ange en déduire la réponse…

Puis elle passa sa main libre dans son dos, pour décaler ses doigts fin sur sa hanche et l’attirer vers elle en attrapant ses lèvres avec les siennes, les laissant danser un secret qui n’appartenait qu’à elles. Puis à son tour, elle dénuda ses épaules tout en embrassant son cou toujours avec douceur et passion. Yuuki Akoma était en train de perdre pied, son calme légendaire cédait à la tentation. Mais ce qu’elle voulait avant tout c’était rendre heureuse sa douce… Elle la désirait tellement, mais ne pensait qu’à son bonheur avant tout. C’est pourquoi elle observait les réponses du corps de sa partenaire à chacun de ses actes.

C’est ainsi sur une pile de mousse confortable destinée à faire des décors qu’elle dirigea sa belle, un sourire aux lèvres, et toujours ses mains pour guider les siennes, elle se coucha avec douceur se retrouvant comme sur un nuage et l’attira sur elle :

• Hikari… Je veux m’offrir à toi…

Elle sourit tendrement avant de soudainement se retourner pour atterrir sur elle. Elle laissait toujours le don à sa belle de l’empêcher de continuer, elle ne voulait pas la forcer, elle voulait juste que ce moment soit beau alors que doucement elle laissa glisser sa robe après en avoir abaissé soigneusement la fermeture tout en baptisant de baisers ses épaules et son cou. Le torse de sa douce dégagé, elle s’arrêta un instant pour la fixer dans les yeux, laissant sa main glisser de sa gorge à son ventre pour observer ses réactions et ses envies alors qu’elle laissa ses lèvres rencontrer de nouveaux les siennes, pour commencer à descendre doucement de sa bouche vers le ventre dans un tracé aussi délicat que les lignes droites qu’elle s’offrait en dressage équestre, alors que dès qu’elle en trouvait l’occasion ses mains caressaient son corps, toujours avec une douceur réservée à sa moitié, voulant lui offrir une passion dont elle ne pourrait douter pour cette première fois.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa] Lun 7 Avr - 21:32

Le palpitant d'Hikari battait à tout rompre dans sa poitrine, comme prêt à s'en extraire pour pouvoir palpiter plus fort encore, tandis que la demoiselle attendait fébrilement la réponse de Yuuki à son annonce, à sa demande. Elle sentait ses joues rougir de plus en plus, la sensation dans son bas ventre se faisait elle aussi plus présente, plus forte, comme si la flamme du désir s'était faite plus intense,  s'était élevée plus haut encore qu'auparavant. Levant lentement ses yeux inondés de désir vers sa bien-aimée, tentant de voir sur son visage un signe lui prouvant que toutes deux souhaitaient la même chose, elle fut surprise de voir la demoiselle s'empourprer, un sourire aux lèvres qui était on ne peut plus aimant traversant son minois blanc. Lui rendant ce doux sourire, la Rimoise resta un instant à fixer son aînée, incrédule de la voir rougir de la sorte, elle qui était d'habitude si calme et posée, avant que cette dernière ne l'invite à elle même deviner la réponse à sa question.

Doucement, avec une douceur que la troisième année ne lui connaissait pas encore, Yuuki laissa glisser sa main sur sa hanche avant d'attirer sa lumière vers elle, permettant de nouveau à leurs lèvres de s'offrir une danse, valsant dans le secret de la pièce avec comme seule musique les battements désordonnés des coeurs des deux amoureuses. Hikari voulu que ce moment ne s'arrête jamais: la chaleur du corps de sa bien aimée, la douceur et la saveur de ses lèvres, c'est tout ce dont elle avait besoin pour être heureuse. Puis finalement, leurs bouches se séparèrent, se saluant par un sourire avant que la Spicoise ne dénude doucement les épaules de sa cadette, couvrant son cou de baisers passionnés qui manquèrent de faire perdre pieds la brunette. S'accrochant à son aimée pour s'empêcher de tomber, réprimant un soupir de plaisir, elle se laissa aller à tout le flot de désir qui coulait en elle, sentant ses membres trembler de façon incontrôlable, son corps tout entier se couvrir de chair de poule. Alors c'était ça que l'on ressentait quand on se cédait à la tentation? Une tentation interdite, celle à laquelle tout être humain avait déjà consentit...quelle agréable sensation.
Laissant échapper un soupir de plaisir, un plaisir qu'elle ne voulait en aucun cas réprimer, la brunette se sentit soudain guider vers la réserve du club de couture, là où étaient entreposés soigneusement les nombreux tissus et autres fournitures réservés à la fabrication des costumes et décors.

Avec douceur, Yuuki se laissa tomber sur une pile de mousse, ses longs cheveux formant une sorte de rivière azurée sur la neige immaculée que formait la mousse, avant d'attirer son ange, sa petite lumière, sur elle. Les grands yeux azurs de cette dernière se noyèrent un long moment dans l'océan qui dansait au fond des iris de son aînée qui, soudain, du bout des lèvres, lui avoua qu'elle avait envie de s'offrir tout entière à elle. Cet aveu, bien que soudain, fit rougir de toutes ses joues celle auquel il était destiné qui se vit basculer sur le nuage de mousse, sa bien aimée se retrouvant au dessus d'elle. A nouveau, elle la fixa, ses grands yeux embrumés par le désir, un désir passionné, fougueux, celui des premiers ébats amoureux, de la première fois avant de sentir sa poitrine se découvrir doucement, sa robe se retirant lentement pour faire apparaître ses seins, son ventre et sa gorge blanche puis la main fine et agréable aller caresser sa peau libre, faisant gémir la Rimoise. Tout son corps se mit à frisonner de façon incontrôlable, Hikari ne parvenait pas à se contrôler, ni à contrôler cette flamme qui montait en elle.

Les lèvres de la cavalière vinrent rencontrer les siennes, leur offrant un nouveau ballet tout aussi amoureux que les autres puis vinrent se délecter de la saveur de la chair de la troisième année, qui poussa un nouveau soupir de plaisir, ses mains se resserrant contre sa jupe, ne parvenant plus à reprendre le contrôle de la situation: elle n'était plus maître de rien, son corps décidait à la place de sa raison, plus rien ne lui semblait bon ou mauvais.
Instinctivement, ses poings se desserrèrent pour s'agripper à la robe noire de sa compagne, la faisant lentement glisser le long de son corps, dévoilant avec calme son buste de femme, sa poitrine ronde et ferme cachée sous un délicat soutient-gorge bordé de dentelles et son ventre pale sur lequel trônait un nombril discret mais qui paraissait terriblement mignon pour la brunette. Ses mains vinrent s'égarer sur les seins de la jeune femme, les caressant avec volupté mais aussi un peu de maladresse due à son inexpérience en la matière mais aussi à ses doigts tremblants d'émotion. Elle était émue de découvrir l'"amour" avec une fille aussi formidable que Yuuki. Bien sûr elle avait peur, peur de l'inconnu, peur de découvrir cette chose qualifiée comme un péché mais en même temps...une force intérieure la poussait à continuer.

"-Yuuki..., murmura-t-elle, j'ai envie de m'offrir à toi...complètement... corps et âme..."

Ses doigts se glissèrent lentement dans le dos de la jeune femme, s'arrêtant au niveau de l'agrafe de sa lingerie puis doucement, elle la retira, faisant glisser le dessous afin de dévoiler les seins ronds de Yuuki.

"-Je t'aime à la folie Yuuki...tellement fort...que je ne peux pas refuser d m'offrir à toi."

Elle conclut cet aveu par un sourire amoureux et doux, un sourire qu'elle réservait à la seule personne pour laquelle elle était prête à tout donner, son corps, son coeur, son âme, et qui serait la seule à pouvoir la posséder entièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa]

Revenir en haut Aller en bas

Roméo & Juliette [Pv. Hikari Amakusa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Roméo et Juliette
» La légende de Roméo et Juliette
» H ■ (Jack Falahee) Pire que Roméo et Juliette c'est possible?
» [Mission] Roméo et Juliette (Rachel Ravenstone & Elena Frost)
» [Manoir - Balcon] Roméo et Juliette, le remake version Esquisse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-