Partagez| .

Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Dim 15 Déc - 21:11

La cloche annonçant la fin des cours de l'après midi sonna bruyamment, clôturant par son cri strident les interminables heures de leçons que devaient suivre les demoiselles de Le Rim depuis le début de la matinée et bientôt retentit dans les classes et couloirs du bâtiment le brouhaha habituel de fin de journée. Des rires, des cris, des bavardages se mêlaient les uns aux autre et s'amplifiait de minute en minute, tant et si bien qu'Hikari se demandait, tout en rangeant ses cahiers dans son cartable aux couleurs de son école, si on ne l'entendait pas jusqu'à St Miatre ou St Spica. Sans doute... Dans tous les cas, ça ne devait aucunement étonner les élèves des autres écoles: après tout, l'académie aux jupes écossaises était réputée pour son côté frivole et amusant, bien loin de la rigidité et la retenue de ses grandes soeurs. Cessant un instant son raisonnement, la demoiselle aux longs cheveux bruns referma son sac avant de s'étirer longuement: cette journée de leçons intensives l'avait lessivée, elle n'avait qu'une hâte: rentrer à la résidence Strawberry et dormir. Elle avait travaillé jusqu'à tard dans la nuit afin de comprendre un exercice de mathématiques et finalement aujourd'hui, elle payait le prix de son acharnement par une terrible envie de s'abandonner dans les bras de Morphée.
Pourtant, elle se souvint soudain qu'elle devait se rendre pour la première fois au club de cosplay dans lequel elle avait décidé de s'inscrire -elle avait quitté celui de cuisine dans lequel elle était inscrite depuis sa première année- et cette simple idée de passer la fin d'après midi à coudre avec d'autres personnes lui donnait assez d'énergie pour ne pas s'endormir sur le champ. Aussi, la petite demoiselle se composa un visage radieux, afficha sur son minois blanc un large sourire et, saluant ses camarades de classes en leur souhaitant une bonne soirée, elle se dirigea en chantonnant vers la salle accueillant le club réservé aux amatrices de couture . Pendant ce court trajet, Hikari faisait travailler son imagination, se demandant quel genre d'élèves il y aurait, si des étudiantes d'autres écoles seraient aussi présentes -puisque Le Rim portait peu d'attention aux barrières inter-écoles- quel type de modèles elle allait coudre... toutes ces questions firent rapidement passer le temps et en un rien de temps, la brune aux yeux bleus se retrouva devant la porte du club de couture d'où il n'émanait... aucun bruit. Rien, aucun son. Soit la porte était très épaisse et faite pour ne laisser filtrer aucun bruit, soit la salle était vide. Pour en avoir le coeur net, la demoiselle pénétra dans la vaste pièce illuminée par les rayons du soleil, encore haut dans le ciel. C'est bien ce qu'elle pensait, il n'y avait personne. Ravalant sa déception, la jeune fille entreprit de visiter un peu les lieux et de regarder un peu le matériel dont disposait l'école. Et grande fut sa surprise quand elle découvrit des machines à coudre toutes neuves, des boites à couture toutes plus complètes les unes que les autres, des bobines de fils de toutes les couleurs et par centaines, des tissus colorés et de grandes qualités, de la laine, des mannequins, de nombreux livres de patrons, plusieurs paires de ciseaux crantées, des rubans, de la dentelle, du galons à foison ...le paradis sur terre! A côté, la mercerie de sa mère était ridiculement fournie. Hikari sourit à l'idée de pouvoir utiliser tout ce matériel qui lui tendait les bras, elle était persuadée de faire des choses magnifiques avec. Dès demain, elle ramènerait des croquis afin de les partager avec les autres filles du club...D'ailleurs, elle n'était toujours pas là. Les minutes passaient et plus elles s'écoulaient, plus la brune stressait. Serait-elle la seule à avoir eu l'envie de coudre? Quel dommage...

Retirant son gilet en laine jaune pale, la demoiselle entendit soudain quelque chose tomber sur le parquet lustré de la pièce: un bouton? Celui de son cardigan? Oh non, il ne manquait plus que ça. Tant pis, elle allait devoir recoudre ça avant de perdre ce bouton. Terminant de retirer son vêtement, la jeune fille s'assit en lissant sa jupe plissée avant de fouiller dans son cartable pour trouver son nécessaire de couture, sur lequel elle ne parvint pas à mettre la main. L'avait-elle oublié dans sa chambre? Mais oui, elle avait recousu une d ses robes hier et l'avait laissé sur son bureau. Pas de chance. Tant pis, elle allait devoir s'autoriser à utiliser le matériel du club.
Posant son gilet sur la table à ses cotés, Hikari se saisit d'une bobine de fil blanc puis se mit en quête d'une boite d'aiguilles. Elle fouilla les tiroirs, les boites à couture,même les housses de rangement des machines à coudre sans réussir à en trouver. Où étaient ces fichues aiguilles? C'était impensable qu'un club aussi équipé en matériel de couture n'ait pas d'aiguilles. Avait-elle omis un endroit où chercher? D'un autre coté, il fallait avouer qu'elle n'avait pas pousser les recherches trop loin: elle était gênée de fouiner ainsi, elle ne se sentait pas encore "chez elle". Au moment même où elle se saisissait d'une boite d'épingles, croyant avoir enfin trouver son bonheur, elle entendit la porte de la salle s'ouvrir et se retourna vivement, prise de panique. La boite qu'elle tenait dans ses mains lui échappa et s'écrasa au sol, répandant les petites pointes de métal sous les meubles et le parquet:

"-Oh non ! s'écria-t-elle, rouge de confusion, C'est pas vrai! Je suis vraiment désolée, !"

Elle s'excusait envers la personne qui venait d'entrer, qu'elle n'avait pas encore regardé mais qui devait surement la trouver stupide et maladroite. S'agenouillant précipitamment au sol, Hikari ramassa une à une les épingles éparpillées, se piquant parfois les doigts car elle voulait aller vite afin de correctement saluer la demoiselle qui se tenait près de la porte.
Première impression: ratée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Lun 16 Déc - 10:22

La dernière heure du cours de mathématiques toucha à sa fin. L'enseignante chargée du cours s'empressa de donner les devoirs: quelques exercices tirés du manuel scolaire à faire ainsi que la leçon d'aujourd'hui à apprendre pour le prochain cours. Autrement dit, pas de devoirs pour Rika: elle avait déjà assimilé tout le programme de l'année, ayant étudié à l'avance comme à son habitude, et avait déjà fait tous les exercices du bouquin, et même ceux des manuels de mathématiques utilisés par Miatre et Spica. Comme chaque fois à la fin de la dernière heure, toute la classe, menée par la déléguée, se leva en même temps, s'inclina et remercia l'enseignante. Lulim était relax, mais cela ne l'empêchait pas d'être respectueuse.

Et donc, ayant fini avec les politesses d'usage, les étudiantes rangèrent leurs affaires et quittèrent la salle de classe pour rejoindre leurs clubs respectifs. Rika en ferait autant, mais juste avant cela, elle était de corvée de nettoyage. Mais le mot "corvée" n'était pas approprié dans ce cas de figure, car faire le ménage ne posait aucun problème à la Rimoise. Sans être une maniaque de la propreté, elle aimait prendre soin de sa salle de classe, et bon nombre de ses camarades partageaient ce sentiment. Et puis, cela ne prenait que quelques minutes, un quart d'heure au grand maximum. Juste un tableau à effacer, un sol à balayer, des vitres à astiquer et une corbeille à vider: rien de bien éreintant.

Sa mission accomplie, Rika prit son cartable et se dirigea à la hâte vers le club de cosplay dont elle était membre. Aujourd'hui était une journée un peu spéciale, car le club accueillerait un nouveau membre dans ses rangs: une troisième année nommée Amakusa Hikari, que Rika connaissait un peu pour lui avoir parlé plus d'une fois. Une gentille fille, et une artiste à ce qu'elle avait pu voir, qui faisait précédemment partie du club de cuisine: rien qui n'étonnait Rika, les clubs de Lulim étant connus pour leur grande libertés: les clubs se créaient, se dissolvaient, se regroupaient ou se divisaient au gré des envies de leurs membres qui passaient souvent d'un club à l'autre. L'accent était mis sur l'amusement plutôt que sur la dévotion ou les performances, ce qui ne freinait en rien la passion.

Ce fut donc avec l'enthousiasme et la volonté d'offrir un accueil chaleureux à la nouvelle camarade de club que Rika arriva devant la porte dudit club. Et en entrant dans la salle, elle repéra la demoiselle en question, qui se retourna brusquement comme si elle avait été surprise en train de faire une bêtise. Puis un léger bruit de fracas suivit de nombreux cliquetis métalliques: Hikari venait de faire tomber une boite d'aiguilles. Prise de panique, la malheureuse se baissa pour aller ramasser les aiguilles... avec les doigts. Inquiète, Rika s'empressa de la rejoindre. "Oh là, doucement, Hikari-chan! Tu vas te faire mal!", la pria-t-elle, mais un peu tard. Attrapant délicatement une des mains de sa cadette, elle constata qu'elle s'était déjà piquée plusieurs fois, quelques gouttes de sang venant entacher ses jolis petits doigts. Fouillant dans la poche de son uniforme, Rika en sortit un mouchoir en tissu blanc qu'elle appliqua sur les mains de Hikari. "Tiens, appuie bien sur tes doigts le temps que ça se referme.", lui dit-elle.

Pendant ce temps, Rika se tourna vers une des machines à coudre, à coté de laquelle elle trouva un gros aimant à aiguilles. Elle s'en saisit et le passa au-dessus des aiguilles au sol, qui virent s'attacher comme par magie sur l'aimant. "Regarde, c'est plus facile avec ça.", expliqua-t-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Mar 17 Déc - 7:32

Agenouillée à même le sol, Hikari continuait avec rapidité de ramasser les épingles éparpillées tout autour d'elle, ne prêtant aucune attention à ses doigts qui saignaient et la faisaient souffrir: pour l'instant, tout ce qui avait pour elle de l'importance, c'était de rattraper son erreur pour ainsi vite l'oublier. Pourtant, plus elle rangeait d'épingles dans la boite leur étant réservée, plus elle avait l'impression qu'elle n'aurait jamais fini de tout ranger et de tout remettre en ordre: les petites pointes métalliques se glissaient entre les lattes du parquet couleur cacao, sous les meubles, même dans les plis de sa pourtant courte jupe rose écossaise...comme si elles se jouaient de la petite maladroite qui remarqua soudain que la jeune fille qui la regardait auparavant depuis le seuil de la porte était désormais à sa hauteur, semblant s'inquiéter pour la brune aux yeux bleus.

Après avoir souligner qu'elle risquait de se faire mal en attrapant à même les doigts les piques à tètes, la demoiselle se saisit d'une des mains d'Hikari avant d'appliquer sur celle ci son mouchoir d'un blanc immaculé, lui conseillant de l'appuyer sur ses plaies jusqu’à ce que celles ci cessent de saigner. La japonaise sentit ses pommettes s'empourprer devant le geste de cette élève dont elle ignorait encore le nom: son attitude vis à vis d'elle la touchait. N'osant pas montrer son trouble devant son aînée, elle murmura un timide "merci", les yeux rivés sur le mouchoir qu'on venait de gentiment lui prêter et qui perdait peu à peu sa pureté, souillé par de nombreuses taches rouges qui grandissaient et s'imbibaient dans le tissu. Il allait être tout sale...quel dommage...
Pourtant, le fait que son mouchoir soit fichu ne semblait aucunement affecter l'autre élève qui s'était à présent dirigée vers une des machines à coudre avant de se saisir d'une espèce de gros aimant qu'elle passa au dessus des épingles éparpillées qui, retrouvant soudain un peu de docilité, vinrent s'attacher sur l'aimant. En effet, tout aurait été plus facile si Hikari avait pensé à utiliser ce type d'instrument dont raffolaient les couturières. Dans la panique, elle avait complètement oublié d'en chercher un pour l'aider dans sa quête aux épingles.

Levant les yeux vers son interlocutrice qui lui adressait un sourire amical, la demoiselle aux iris bleus fut frappée par sa beauté orientale: ses longs cheveux d'une finesse indescriptible, souples et soyeux retombaient joliment sur ses épaules et ses yeux d'une jolie couleur onyx semblaient profonds comme un abyme et briller d'intelligence...une japonaise comme on en voit tous les jours et pourtant...elle avait ce petit détail qui faisait la différence. C'est ainsi que le ressentait la cadette des jumelles Amakusa, qui se retint de lui faire un compliment sur son adorable minois, sachant que ce genre de remarque, aussi louable soit-elle, manquait de correction et n'avait pas sa place dans un premier échange:

"-C'est vrai que c'est plus facile comme ça..., acquiesça Hikari en esquissant sur ses lèvres un doux sourire, je suis stupide de ne pas y avoir pensé..."

Disant cela, Hikari se releva avant d'épousseter sa jupe, vérifiant qu'aucune épingle ne se soit accrochée dans le tissu, puis retira de ses doigts le mouchoir que son aînée venait de lui confier et qui était désormais maculé de rouge. Tendant fébrilement le bras vers son aînée, elle se saisit doucement de sa main et, l'ouvrant avec délicatesse, y déposa le carré de tissu:

"-Je te prie de m'excuser, soupira-t-elle en lui adressant un regard désolé, je te rends ton mouchoir dans un triste état. En tout cas, je te remercie pour ton assistance, grâce à toi je ne saigne plus et mes doigts me font moins mal... "

Tout en la remerciant, la brune s'était légèrement courbée pour lui prouver sa reconnaissance, comme il était de coutume au pays du Soleil Levant, puis se souvenant qu'elle ne s'était pas encore présentée à sa camarade qui lui souriait, surement pour la mettre à l'aise -car vu de l'extérieur, la troisième année devait sans doute avoir l'air terrorisée-, elle se décida à enfin accomplir les civilités de base, se faisant la plus polie possible:

"-Au fait, je ne me suis pas présentée. Je suis ravie de te rencontrer, je me nomme Amakusa Hikari, élève de troisième année, groupe B. Je viens tout juste de m'inscrire au club de cosplay et j'espère pouvoir y apporter un peu de mon talent en couture."

Elle clôt sa présentation, qu'elle jugea bien plus réussie que son entrée de tout à l'heure, par un grand sourire dont elle avait le secret . Puis balayant la pièce du regard, elle ajouta d'une voix trahissant son emballement et sa passion pour la réalisation de vêtements:

"-Le matériel de ce club a l'air si performant...-ses yeux vinrent à nouveau se perdre dans ceux de son interlocutrice- Pas comme celui de cuisine. Là bas, le four se déréglait tout le temps! Je ne te raconte pas le nombre de recettes ratées à cause de ce souci technique. Parfois, les gâteaux sortaient et étaient aussi durs que du bois! "

Quelques souvenirs lui revinrent un instant en mémoire et l'image des nombreux cookies et gâteaux carbonisés, gisants sur la plaque de cuisson, la fit rire. Pourtant, à l'époque, elle ne trouvait pas ça si drôle que ça, ça l'agaçait de ne pas avoir ce qu'il fallait pour réussir ses activités du club et toutes ses camarades de l'époque étaient dans le même état d'esprit qu'elle. Ici au moins, elle n'aurait pas à s'inquiéter de la qualité du matériel. Et puis, si elle avait besoin d'aide, elle avait sa gentille sempai pour l'aider et ça, ce n'était pas négligeable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Jeu 26 Déc - 18:22

Était-ce la panique due à la maladresse ayant donné lieu à cette situation épineuse? Était-ce la nervosité de rencontrer les membres de son nouveau club? Quelle qu'en soit la raison, la jeune Hikari s'était mise à parler d'une manière un peu précipitée. Non pas qu'elle était un moulin à paroles ou qu'elle déblatérait comme un commentateur de courses de chevaux. Mais elle se dévalorisa un peu pour ne pas avoir pensé sur le moment à utiliser un aimant, ce qui n'était pas de sa faute puisqu'elle était en panique et ne connaissait pas encore les lieux. Elle s'empressa de rendre le mouchoir à sa propriétaire tout en la remerciant de son aide et en s'excusant de l'avoir sali, ce qui était un peu absurde: un mouchoir était fait pour être mouillé et sali, sinon il n'avait aucune utilité. Hikari continua en se présentant de manière formelle, exprima son admiration devant le matériel dont disposait le club de cosplay et comparant cela aux déboires qu'elle avait pu connaître dans son ancien club de cuisine. Elle fit tout cela pratiquement sans pause, ne donnant pas vraiment l'occasion à Rika de répliquer. Cela dit, elle sembla retrouver un peu de son calme au fur et à mesure, alors c'était sans doute mieux ainsi.

Rangeant son mouchoir, maintenant taché du sang de sa cadette, dans sa poche, Rika se mit à regarder autour d'elle pour admirer une nouvelle fois cette vue à laquelle elle s'était habituée. "C'est impressionnant, n'est-ce pas?", convint-elle avec un sourire fier et admiratif sur les lèvres, "J'étais aussi surprise que toi quand je suis arrivée dans ce club, il y a trois ans. Celle qui a fondé ce club, il y a plus de vingt ans, y a investi beaucoup de passion et de moyens, même quelques temps après avoir quitté Astraea. En partant, elle a laissé tout le matériel et toutes les membres qui sont passées par ce club ont fait pareil. Tout s'est accumulé, et au final, ce club est devenu l'un des mieux équipés de tout Astraea." Et pendant qu'elle donnait ce cours d'introduction sur l'histoire du club de cosplay, Rika continuait de ramasser les aiguilles gisant au sol. Ceci fait, elle récupéra la boite qui traînait également par terre, y remit toutes les aiguilles et la referma. Elle se releva finalement, reposa la boite et l'aimant sur la table à proximité avant de se tourner vers Hikari. "Enfin bref, c'est un endroit génial et j'espère que tu te plairas parmi nous.", accueillit-elle sa cadette avec le sourire.

"Cela dit, je suis déçue..." dit-elle alors, l'expression sur son visage se changeant en moue boudeuse. "On se voit tous les jours à la Résidence et je sais parfaitement qui tu es, mais visiblement tu ne te souviens même pas de moi." Elle tourna alors le dos à Hikari et plongea son visage dans ses mains, faisant mine d'être sur le point de pleurer. "Aaah... Onee-sama est triste..." se lamenta-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Jeu 26 Déc - 19:36

Balayant son regard dans la large salle de classe réservée et aménagée pour le club de couture, détaillant chaque objet que ses yeux pouvaient croiser, la jeune Rimoise entendit soudain son aînée admettre, un sourire fier aux lèvres, qu'en effet le grand nombre d'équipements était vraiment impressionnant. Puis elle enchaîna en expliquant qu'elle avait été elle aussi surprise lorsqu'elle était entrée en tant que membres dans ce club de cosplays, que celle qui avait fondé ce club il y a une vingtaine d'années, avait mis beaucoup de moyens et d'amour pour le rendre aussi beau et qu'elle avait laissé tout ce qu'elle avait acheté en quittant l'école. Depuis, comme une tradition, chaque demoiselle ayant fait partie de ce club laissait à son tour son matériel de couture, en faisant l'un des mieux et des plus équipés de tout Astrea.
Hikari était vraiment impressionnée par le savoir de Rika, elle semblait tant en savoir sur le campus ainsi que sur les trois écoles, sans doute s'intéressait-elle de près à l'histoire d'Astrea, qui sait? Dans tous les cas, elle venait d'apprendre à la brunette aux yeux bleus des choses qu'elle n'aurait jamais deviné seule et qui lui donnèrent une toute autre vision du club de cosplays: contrairement à ce qu'on pouvait penser, il était plein de souvenirs datant de plusieurs années et cela lui donnait un certain cachet, contrairement aux clubs de Miatre et de Spica qui ne cessaient de changer leurs matériels pour les troquer contre de plus performants. Décidément, elle avait bien fait de postuler pour rentrer dans ce club.

Se redressant en même temps que sa camarade, qui déposa sur la table la boite à aiguilles désormais pleine ainsi que l'aimant, la troisième année s’apprêtait à remercier son interlocutrice quand celle ci lui souhaita la bienvenue en espérant qu'elle se plairait. Oh oui, Hikari n'en avait aucun doute. Elle aimait coudre, créer et allait sans doute se retrouver avec des demoiselles partageant elle aussi cette passion. Que demander de plus?

"-Je pense que je vais me plaire, je n'ai même aucun doute là dessus." sourit la brunette

Elle remarqua soudain la moue boudeuse de son interlocutrice, qui lui avoua être déçue, soulignant qu'elles se voyaient tous les jours à la Résidence Strawberry et que pourtant, la japonaise aux yeux bleus ne semblait même pas s'en souvenir. C'est vrai, la jeune fille n'avait pas une très bonne mémoire des visages, aussi il lui arrivait très souvent de confondre deux personnes ou d'oublier le visage de quelqu'un lui ayant parler deux minutes avant. C'était là un de ses défauts, qui lui donnait bien du fil à retordre et qu'elle avait du mal à corriger. Visiblement, le fait qu'elle ne se souvienne pas d'elle semblait peiner la quatrième année qui fit volte-face, tournant le dos à Hikari, le visage plongé dans ses mains comme si elle allait pleurer, se lamentant, se nommant elle même "Onee-sama". Craignant d'avoir vraiment blessée Rika, et souhaitant garder avec elle une bonne relation, la brunette s'exclama, paniquée:

"-Je suis désolée, je ne voulais pas te blesser...j'ai juste une très mauvaise mémoire..."

Se plaçant de sorte à se retrouver face à son interlocutrice, elle lui prit délicatement les mains pour plonger ses yeux dans les siens:

"-Onee-sama, ne pleure pas. Maintenant, je me souviendrais de toi." lui promit-elle en lui adressant un large sourire

Puis se souvenant de la raison pour laquelle elle avait cherché des aiguilles, et ayant gardé durant tout ce temps le bouton de son cardigan dans sa poche, la Rimoise relâcha les petites mains de sa camarade pour se saisir de son gilet en laine resté sur la table avant de s'asseoir et de sortir de sa boite une aiguille, prenant garde à ne pas tout faire tomber de nouveau. Puis passant du fil blanc dans son trou, la demoiselle commença son travail, recousant avec rapidité son bouton:

"-Excuse moi, il faut vite que je recouse ce bouton avant de le perdre... Et ensuite, pourras tu me montrer les projets en cours?" demanda-t-elle avec un grand sourire, pressée de prendre part aux activités de son nouveau club.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Jeu 26 Déc - 22:29

Bien évidemment, Rika n'était pas du tout triste et son attitude boudeuse n'était qu'une mascarade, une simple plaisanterie. Cette petite demoiselle aux yeux bleus était enthousiaste, manifestement passionnée, un petit peu maladroite sur le moment. Bref, pour parler simplement, elle était mignonne, si bien que Rika avait eu envie de la taquiner. L'aînée s'attendait à ce que sa cadette se mette à paniquer et s'empresse de s'excuser. C'est pourquoi elle fut plutôt étonnée quand la cadette vint lui prendre les mains et tenta de la réconforter en la regardant droit dans les yeux en affichant sourire indubitablement sincère. Hikari était une jeune fille honnête qui avait pris au sérieux cette blague dont elle était la victime et avait agi en toute gentillesse. Sur le moment, Rika se sentit un petit peu coupable d'avoir voulu lui jouer ce petit tour.

Hikari sembla se souvenir de quelque chose, et aussitôt, elle libéra les mains de Rika pour aller s'installer à une table, attrapant au passage son cardigan qu'elle avait dû poser en arrivant. Elle s'équipa ensuite d'un fil blanc et d'une aiguille, et se mit à recoudre un bouton qui, visiblement, s'était détaché du vêtement. Annonçant la tâche qu'elle était en train d'effectuer, elle en profita pour demander à voir les projets en cours, montrant clairement son envie de s'investir sans délai dans les activités du club. Enthousiaste et passionnée, en effet. Rika ne pouvait certainement pas rejeter sa requête. "D'accord.", répondit-elle avec plaisir. Observant un instant les gestes rapides et habiles de la jeune fille, elle la laissa s'atteler tranquillement à sa tâche.

Rika se dirigea vers une étagère se trouvant derrière un bureau. Le tout situé dans un coin de la salle et servait de secrétariat du club. Sur l'étagère étaient rangés plusieurs classeurs et portes-documents. Au fur et à mesure de son évolution, le club de cosplay s'était organisé de manière efficace et (presque) tous les détails concernant les activités du club étaient consignés sur papier. Ainsi, dans ces classeurs, l'on pouvait trouver la gestion du budget alloué par le conseil étudiant, l'inventaire des matériaux et équipements dont disposait le club, les costumes ayant été créés ainsi que leurs croquis et patrons respectifs, etc... bref toutes les informations nécessaires.

Rika se saisit d'un dossier ainsi qu'un carnet où étaient enregistrées les commandes de costumes, avant de revenir vers Hikari qui, entre temps, avait fini de recoudre le bouton de son gilet. La quatrième année posa les documents sur la table, ouverts et tournés vers la troisième année pour que celle-ci puisse les lire. "Alors, voici ce que nous faisons en ce moment.", commença-t-elle à expliquer, pointant du doigt un premier croquis, "Il y a tout d'abord ce costume qui est basé sur un manga. Mais il s'agit d'un projet pour le nous, donc il peut attendre." Elle montra ensuite un deuxième croquis. "Celui-ci nous a été commandé par le club de théâtre pour leur prochaine pièce. Tous les patrons sont prêts et on a déjà bien avancé le travail. C'est le costume qui est là, juste derrière-moi.", continua-t-elle en pointant du pouce un costume inachevé habillé sur un mannequin trônant au centre de la pièce. Elle attira ensuite l'attention de Hikari sur le carnet. "Et là, nous avons deux commandes du club de théâtre. Le problème est que la plupart des membres du club ont fini leur scolarité et quitté Astraea l'année dernière. Et cette année, une de nos membres a été transférée récemment et quitté le campus elle aussi. Du coup, il ne reste que moi et la présidente du club. Mais de nous deux, c'est elle la styliste. Et comme elle est en septième année, elle doit se concentrer sur ses examens et n'a plus le temps de s'occuper du club. Du coup, ces deux commandes sont pour le moment en stand-by.", conclut-elle cette longue, mais indispensable explication.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Jeu 26 Déc - 23:33

Faisant un noeud afin d'empêcher son bouton de retomber, Hikari termina son ouvrage, plutôt satisfaite de son travail. Elle se saisit d'un petit ciseau, coupant les fils qui pendaient et retenaient encore l'aiguille au bouton, avant de reporter son attention sur les documents que venait de lui apporter Rika, suite à sa demande de prendre part aux projets du club de cosplays. Parcourant avec rapidité les nombreux croquis, patrons, notes que renfermaient les portes-documents ouverts sur la table à sa gauche, surprise et admirative face à tous le travail qu'avaient accomplis depuis des années les couturières, écoutant avec attention les explications de son aînée qui lui expliquait chaque croquis, son utilité, pour qui il était destiné, si il était urgent ou non. Tous ces croquis et ces patrons précieusement gardés donnaient envie à la noiraude, ils lui donnaient envie de coudre. Elle ne l'avait pas fait depuis longtemps, pour tout avouer depuis qu'elle avait quitté le cocon familial il y a trois ans de cela. Et elle devait bien avouer qu'utiliser une machine à coudre, réaliser un vêtement, le porter, le reprendre, le fignoler, craindre qu'il soit trop petit, trop grand ou encore non conforme à l'idée qu'on s'en fait, toutes ces petites choses lui manquaient terriblement. Oh bien sûr, elle calmait ses envie de couture en réalisant de petits travaux à la main, tels que des mouchoirs, des portes-aiguilles, des gris-gris ou des petites poupées mais la sensation n'était pas la même.

Posant ses yeux sur le mannequin qui trônait au milieu de la pièce, encouragée par Rika qui le lui avait montrer en lui déclarant que le costume qu'il portait était réservé au club de couture et était déjà bien avancé. En effet, les principales pièces étaient déjà assemblées, il ne manquait visiblement que les ourlets et les dernières finitions pour être envoyé au club de théâtre de Le Rim, c'était du beau travail. Ce costume confirmait les idées d'Hikari: les membres de ce club étaient vraiment talentueuses et passionnées, ça se voyait lorsque l'on se penchait sur leur travail: rien n'était laissé au hasard. Revenant aux carnets de bord du club de cosplay, l'attention de la brunette fut attirée par une commande, visiblement réalisée par, de nouveau, le club de théâtre. Pourtant, ces commandes semblait en suspens et la quatrième année ne manqua pas de lui expliquer: c'est ainsi que la japonaise aux yeux bleus appris qu'il ne restait actuellement que deux membres actifs, Rika et la présidente du club, en septième année,très occupée par ses études et de ce fait ne pouvant plus se rendre au club dont elle était la responsable. Toutes les autres demoiselles avaient été diplômées l'année passée. Cette nouvelle n'étonna que peu la troisième année, qui avait appris par le biais de ses amies que de nombreux clubs de Le Rim mais aussi de Spica et de Miatre s'étaient retrouvés en sous-effectif suite au départ des plus âgées.

Jetant un coup d'oeil à la feuille de commande, proprement réalisée, Hikari lu sans se faire prier le descriptif des costumes désirés, qui se trouvaient être des robes toutes simples surmontées de tabliers devant habillées les étudiantes jouant Beth et Amy de la pièce "Little Women", adaptée du roman écrit par Louisa May Alcott. A la suite du petit paragraphe figuraient les mesures des deux élèves devant porter les robes, qui devaient être plutôt petites et menues, sans doute des premières ou deuxièmes années. Cette commande donnait vraiment envie à la petite Rimoise: mais avait-elle seulement le droit de s'en charger? Après tout, elle était toute nouvelle au club de couture, n'était-ce pas un peu déplacé de vouloir monopoliser une commande ? Mais si personne ne l'avait prise depuis le temps, cela voulait donc dire qu'elle n'intéressait personne. Alors, pourquoi pas?
Prenant son courage à deux mains, inspirant un grand coup, Hikari se décida à formuler sa requète, animée par un curieux sentiment d'envie et de crainte:

"-Rika onee-sama..., pour cette commande, voudrais tu me laisser m'en charger? J'ai lu et relu des dizaines de fois l'oeuvre qu'elles vont interpréter et je dois t'avouer que j'ai parfaitement le design des costumes en tête..."

Adressant un grand sourire à son interlocutrice, la brunette attendit sa réponse, ayant hâte de commencer et d'aider sa si accueillante aînée et désirant plus que tout réaliser des costumes qui feraient la joie des demoiselles qui les porteraient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Ven 27 Déc - 13:07

Au fur et à mesure qu'elle briefait sa jeune camarade, Rika pouvait voir son visage s'illuminer de plus en plus. Hikari se plongeait avec tant d'avidité dans chaque document que son aînée lui montrait et elle paraissait absorber chaque mot de ce qui lui était expliqué. Puis lorsque son regard se posa sur les commandes en attente d'être traitées, son excitation semblait monter d'un cran. Son esprit créatif venait-il d'être attisé? Elle avait l'air d'hésiter un instant, mais après une profonde inspiration, elle se décida à demander la charge de ces deux commandes, une expression d'immense enthousiasme sur le visage qui suscita en Rika un petit rire joyeux. Les jeunes filles passionnées étaient vraiment adorables.

"Règle numéro deux: N'entrave jamais un esprit créatif, et surtout pas le tien.

- Règle numéro trois: N'hésite pas à demander.

- Règle numéro quatre: N'hésite pas à dire ce que tu penses."
, énonça-t-elle d'une manière pédagogique, levant un nombre de doigts correspondant à chaque règle citée.

Elle se dirigea ensuite vers le bureau et chercha dans un tiroir pour en sortir deux dossiers vierges ainsi que quelques documents également vierges. Elle revint alors vers Hikari en brandissant ces papiers qu'elle avait dans la main. "Règle numéro cinq: Ton idée, ton dossier." Rika le tout sur la table devant Hikari. "Voici les dossiers où tu mettra tout ce qui concerne ces commandes. Un dossier par commande. Si les costumes reviennent pour des retouches ou des réparations, ça va aussi dans ces dossiers." Elle désigna ensuite chaque formulaire tour à tour. "Ça c'est le devis où tu résumeras les opérations effectuées: à faire signer aux commanditaires une fois le costume terminé et approuvé. Ça c'est l'inventaire des tissus et autre matériel que tu veux utiliser pour le projet." Elle pointa vers une porte située derrière Hikari, à coté du tableau noir. "Là-bas, tu trouveras la réserve où l'on range tout le matériel. N'hésite pas à y jeter un oeil. Si tu as besoin de quelque chose qui n'y est pas, applique la règle numéro trois: je me chargerai de les procurer."

Rika rangea finalement chaque document dans son dossier respectif puis donna le tout à Hikari. "Tu es maintenant en charge du projet. Si tu as besoin de mon aide ou si tu as des questions, règle numéro trois.", conclut-elle son briefing, avant de taper bruyamment des mains. "Allez! Au boulot!", incita-t-elle sa cadette. Elle l'observa un instant investir les lieux et démarrer ce projet qui était désormais le sien. Le club de cosplay allait retrouver de sa vitalité grâce à cette petite. Tant mieux!

Un air amusé sur le visage, Rika se tourna vers le costume inachevé. Il était temps pour elle aussi de se mettre au travail, ce qu'elle fit, comme à son habitude, en fredonnant joyeusement un air quelconque. Elle prit tout d'abord le dossier qui était posé sur la table et qui concernait cette commande, scannant rapidement son contenu pour mémoriser toutes les dimensions dont elle avait besoin pour continuer. Ceci fait, elle reposa le dossier sur la table et se saisit d'un porte-aiguilles. Vous savez? Cet espèce de coussin que l'on enfile autour du poignet et où l'on plante des aiguilles pour éviter de les faire tomber n'importe où. Équipée de cet accessoire pratique, elle alla ensuite chercher une boite à épingles dont elle tira plusieurs de ces fines pointes de métal. Elle les piqua dans le machin puis attrapa un centimètre avant de se diriger de nouveau vers la robe. Elle s'agenouilla aux pieds du mannequin pour commencer à mesurer et marquer le futur ourlet.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Ven 27 Déc - 17:37

Pour toute réponse à sa demande, Hikari entendit Rika énoncée avec pédagogie plusieurs règles, sans doute celles affiliées au club et qui prônaient la liberté de mouvement mais aussi celle d'expression. Eh oui, contrairement à Miatre, où toutes les élèves devaient demander conseil à leurs aînées avant d'agir, Le Rim valorisait l'autonomie de ses élèves dans un climat joyeux et chaleureux, comme si toutes les élèves aux jupes écossaises étaient une grande famille.
Son aînée se dirigea sans rien ajouter vers le bureau servant d'administration au club pour en rapporter deux dossiers ainsi que des documents, tous aussi vierges les uns que les autres, avant de déclamer la cinquième règle: "Ton idée, ton dossier." La troisième année sentit qu'elle allait aimer cette règle, des milliers de projets fleurissant soudain dans sa tète. Tous ses projets qu'elle n'avait pas pu développé et qu'elle avait mis en sommeil se réveillaient, comme des fleurs au printemps.

Ecoutant avec attention sa sempai lui expliquer chaque formulaire, lui indiquant lequel elle devait faire signer au club de théâtre une fois sa commande réceptionnée, lequel était réservé à l'inventaire des tissus et autre matériel utilisés pour le projet,avant de lui apprendre que la réserve regorgeait de tout le matériel dont elle avait besoin, Hikari sentit ses doigts la démanger: si seulement elle avait su que coudre lui manquerait autant, elle serait entrée dans ce club dès sa première année plutôt que de rester dans celui de cuisine. Quoiqu'elle n'avait pas l'impression d'y avoir perdu son temps...au moins, elle savait faire pleins de biscuits. Et connaissant la gourmandise de la Rimoise, ce n'était pas un détail négligeable.
A peine eut-elle fini ses explications que Rika tendit à la brunette les dossiers, lui déclarant fièrement qu'elle était désormais en charge de ce projet et que si elle avait un quelconque soucis ou une question,elle ne devait pas hésiter à lui demander. Acquiesçant en souriant, la troisième année se leva d'un bond en entendant son aînée déclarer qu'il était temps de se mettre au travail pour se plonger de suite dans ses croquis préliminaires qui seraient par la suite la référence des costumes. Sortant du dossier désormais sien une feuille vierge, la jeune fille se mit à esquisser avec légèreté les robes qu'elle avait en tête, écoutant d'une oreille distraite l'air que fredonnait Rika en travaillant sur le costume reposant sur le mannequin qu'elle lui avait montré auparavant.

Peu à peu, le dessin prit forme, les vêtements naquirent sur le papier, se différenciant l'un de l'autre par des petits détails en rapport avec les personnages: la robe de Beth, d'un rose tendre, était bordée de discrètes notes de musique en référence à l'amour du piano de la jeune fille tandis que celle d'Ami, plus simple mais tout aussi ravissante,d'un bleu enfantin, voyait son tablier taché de quelques traces de peinture dont la demoiselle raffolait. Malgré son envie de réaliser des robes d'époque, réalistes, Hikari souhaitait rajouter sa petite touche personnelle pour que les costumes aient un semblant d'âme et ne soient pas du vu et revu. Indiquant sur la feuille prévue à cet effet les tissus et autres galons qu'elle allait utiliser, prenant garde à bien noter le métrage de chaque coupons, la brunette s'étira en gémissant, plutôt fière de son travail avant de se tourner vers son aînée qui s'affairait sur son ouvrage, marquant avec soin le futur ourlet qu'elle allait réaliser. La regardant un instant, impressionnée par la précision et le soin dont Rika faisait preuve, sa cadette se décida à l'interrompre dans son travail, désirant lui montrer ce qu'elle avait fait, curieuse d'avoir un avis extérieur sur le design des costumes:

"-Rika onee-sama?, demanda-t-elle timidement en lui tendant ses feuilles de dessins, Pourrais-tu me donner ton avis sur le style de ses tenues? J'aimerais avoir un avis extérieur afin de ne pas partir sur une fausse piste..."

La laissant tranquillement regarder ses croquis, la jeune fille aux yeux bleu entreprit de réaliser les patrons des robes ainsi que des tabliers, ne souhaitant pas perdre de temps. Les griffonnant sur un petit bout de papier, sans prêter une quelconque attention au soin, elle alla chercher du papier spécial pour les patrons avant de les reproduire en grand format, conformément aux mesures indiquées sur le bon de commande, faisant bien attention à les respecter: si une pièce était trop petite ou trop grande, cela se verrait au final, surtout sur des robes de ce genre qui étaient, à l'époque, faites sur mesures.
Saisissant un ciseau qui reposait sur le meuble accueillant les nécessaires de coutures, Hikari se mit à découper les larges formes devant constituer les deux robes avant de demander, les yeux rivés sur son ouvrage:

"-Alors, qu'en penses tu ? As tu des critiques à me faire sur le rendu final?" demanda-t-elle à l'intention de Rika, qui avait toujours ses dessins à sa disposition

Quittant un moment ses découpes, la Rimoise se redressa pour se tourner vers son interlocutrice, un doux sourire aux lèvres, attendant ses remarques sans vraiment les craindre: Après tout, c'est en se faisant critiquer que l'on évolue et parfait son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Ven 27 Déc - 22:40

Rika venait juste de planter la dernière épingle dans la robe lorsqu'elle entendit la voix de sa cadette faire appel à elle. Hikari était désireuse de montrer ce qu'elle avait dessiné. L'aînée, plus que ravie de voir la petite à l'oeuvre, se releva, fit rapidement le tour de la robe pour vérifier que tout était bien comme il fallait, puis se dirigea vers la table où travaillait la troisième année. Elle se saisit des feuilles de dessin qui lui furent présentés, prononçant un "voyons voir ça" de curiosité. À peine avait-elle posé les yeux sur les dessins qu'un "Wow!" d'agréable surprise lui échappa des lèvres. Ce qui la surprenait, ce n'était pas la qualité des dessins. Elle s'était déjà bien doutée que Hikari était une artiste douée. Non, ce qui étonna Rika, c'était la rapidité d'exécution de la jeunette. Il ne s'était pas écoulé plus de quelques minutes que déjà elle avait sous les yeux deux illustrations complètes et bien détaillées. Fascinant.

Mais bon, Rika n'était pas là pour admirer le rythme de travail de sa cadette, mais pour juger de la qualité du croquis et sa pertinence avec l'oeuvre pour laquelle ces costumes étaient destinés. Elle examina donc ces dessins un à un avec beaucoup d'attention, pendant que Hikari s'affairait déjà à réaliser les patrons. Bien sûr, la quatrième année avait lu le roman et savait donc de quoi il parlait. Mais elle était une otaku avant tout. C'est pourquoi elle visualisa ces robes avec à l'esprit l'image de Beth et Amy telles qu'elles apparaissaient dans la version anime créée par les studios Nippon Animation. Son impression spontanée était que ces robes leur allaient à ravir. Pendant ce temps, dans la salle résonnaient le bruit du papier que l'on manipulait et des ciseaux qui le découpaient. L'esprit créatif de Hikari semblait inarrêtable, la cadette travaillant sur son projet sans retenue. Apparemment, elle n'avait eu aucun mal à assimiler les règles du club.

Toujours penchée sur ses patrons, Hikari invita de nouveau son aînée à donner son avis sur les croquis. "Ah, ils sont excellents.", répondit-elle avec un sourire admiratif. "Je pense d'instinct que les robes s'accordent parfaitement avec Beth et Amy. Vraiment du beau boulot, Hikari-chan." Rika reposa les dessins sur la table, prenant soin toutefois de ne pas gêner le travail de la demoiselle. "Ceci dit, continua-t-elle, pour être tout à fait honnête, je ne suis pas vraiment qualifiée pour faire une critique. Je n'ai pas la créativité artistique d'une styliste comme toi ou la présidente.", expliqua-t-elle. Puis, se souvenant qu'elle avait un costume à terminer, Rika se dirigea vers le mannequin au centre de la pièce, tout en continuant de parler à sa jeune camarade. "Bien sûr, je sais coudre, je sais me servir d'une machine et je sais répéter un geste technique, dès lors qu'on me le montre et me l'explique au préalable." Rika déshabilla délicatement le mannequin, évitant soigneusement de déchirer la robe. Costume entre les bras, elle l'amena à une planche à repasser située dans un coin de la salle. "Mais concevoir un costume, ça je ne sais pas faire. Faire une critique détaillée, j'en suis incapable. Donner un avis général basé sur mon sentiment spontané, ça par contre je sais faire." Elle étala la robe sur la planche à repasser. Elle activa ensuite le fer à repasser qui était posé sur son support. Tandis que l'appareil chauffait, elle se tourna une nouvelle fois vers Hikari. "Et je peux aussi montrer tes dessins à la présidente. Je pense que l'avis d'une autre styliste te servira mieux que le mien. Qu'est-ce que tu en dis?", proposa-t-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Sam 28 Déc - 15:53

Affairée à la découpe des patrons, toujours avec autant de soins, Hikari entendit son aînée lui faire part de son avis, lui avouant d'un ton admiratif qu'ils étaient excellents. Ouf, la dessinatrice en fut rassurée, elle craignait faire fausse route en dessinant ses robes et en leur rajoutant des petits détails qui n'avaient jamais été mentionné dans l'oeuvre littéraire. Rika continua dans ses éloges, disant qu'elle pensait d'instinct que ses robes iraient aux personnages de Beth et Amy avant de reposer sur la table les croquis de la brunette qui se sentait pas peu fière que son travail soit ainsi complimenté par la quatrième année, et était désormais plus que motivée à finir ses costumes pour prouver sa valeur en tant que couturière. Elle allait reprendre ses croquis pour les glisser dans l'une des pochettes des dossiers qui étaient désormais siens lorsqu'à nouveau, Rika lui adressa la parole, lui expliquant qu'elle n'était pas vraiment qualifiée pour faire des critiques, étant totalement dépourvue de créativité artistique comme la présidente du club ou encore leur nouvelle recrue. Cette dernière resta un instant étonnée par cette révélation, ayant toujours cru que les membres du club de couture étaient dotées d'un esprit créatif et d'un bon coup de crayon, puis elle se rendit à l'évidence: tout le monde n'avait pas un don pour le dessin ou une imagination débordante comme elle.Pourtant, Hikari n'était pas spécialement fière de son coup de crayon: elle le trouvait médiocre, mauvais si on le comparait à celui des membres du club de dessin de Miatre, dont elle avait eu l'occasion de voir les oeuvres.

Détachant une des pièces qu'elle venait de découper pour la poser sur la table à ses côtés, la brunette aux yeux bleus se tourna vers sa camarade qui s'appliquait à étaler le costume sur lequel elle travaillait sur la planche à repasser, tout en expliquant à sa cadette sa façon de travailler, lui avouant qu'elle savait coudre si on lui montrait mais qu'elle était totalement incapable de concevoir de A à Z un costume, ni de faire une critique détaillée et technique, sachant par contre donner un avis basé sur ses sentiments. Son interlocutrice l'avait fixé sans un mot pendant qu'elle parlait, sans vraiment la croire: elle semblait pourtant très à l'aise avec le matériel et les techniques de couture, elle se débrouillait comme il fallait avec le costume dont elle avait la charge, comment pouvait-elle dire qu'elle était incapable de réaliser un vêtement seule? Aux yeux d'Hikari,elle en était tout à fait capable, que ce soit de la conception papier aux finitions.
Ses yeux finirent par croiser les onyx brillant d'intelligence qui formaient ceux de Rika qui lui fit l'intéressante proposition de montrer ses croquis à la présidente. Celle ci, en matière de styliste, pourrait lui donner un avis plus poussé et plus professionnel qui lui servirait bien plus que celui de la quatrième année. Sa cadette sourit, ravie d'une telle offre avant d'acquiescer:

"-Eh bien, s'exclama-t-elle d'une voix enjouée, je ne dis pas non. J'avoue qu'avoir l'avis d'une aînée qui s'est illustrée par son talent m'aiderait surement à m'améliorer."

Accentuant le sourire qui illuminait son visage, la japonaise continua:

"-Même si je n'ai pas vraiment de talent, comme tu a l'air de le penser. En fait, je n'ai même aucun mérite: tout ce que je sais, c'est ma mère qui me l'a appris et ses gestes, je les reproduis à l'infini, sans réfléchir. Voilà pourquoi j'ai toujours trouvé mes dessins fades...très fades."

En disant cela, elle ne cherchait pas à s'attirer d'autres éloges, elle ne voulait pas que Rika la contredise en lui prouvant par A plus B que ses croquis étaient fantastiques. Non, Hikari n'était pas ce genre de fausse modeste qui se dévalorise pour le seul plaisir de recevoir des vagues de compliments. Ce qu'elle disait, elle le pensait.

"-Enfin bref..., conclut-elle finalement pour éviter de plomber l'ambiance, ce serait gentil de ta part de bien vouloir faire passer mes dessins à notre présidente, Rika onee-sama."

Se redressant en s'étirant, détendant ses muscles, la troisième année déposa le dernier patron qu'elle venait de découper, satisfaite de son travail, avant de se plonger dans une longue réflexion, se demandant quel tissu elle devrait utiliser pour réaliser correctement ses projets, hésitant entre plusieurs matières à première vue semblables mais pourtant si différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Sam 28 Déc - 22:23

Hikari accepta volontiers la proposition de Rika, emballée à l'idée de recevoir l'avis d'une experte. Cependant, elle se mit ensuite à se dévaloriser elle-même, considérant n'avoir rien fait d'autre que d'imiter sa propre mère qui lui avait tout appris. Était-ce de la fausse modestie? Non, la troisième année n'avait pas l'air être ce genre de personne. Était-ce l'humilité caractéristique des japonais? Peut-être un petit peu, mais elle ne paraissait pas particulièrement timide et semblait avoir un minimum confiance en ses capacités. Non, tout ce que Rika voyait, c'était une jeune fille passionnée, très à l'aise dans ce domaine artistique, et une travailleuse acharnée qui n'était pas satisfaite de ses oeuvres. N'était-ce pas la définition du mot "talent"? Pour Rika, oui. Mais elle n'eut pas l'occasion de contredire sa cadette qui changea brusquement de sujet en acceptant de nouveau son offre. C'était une façon indirecte, mais parfaitement claire, de signifier que la discussion était close. L'aînée n'insista pas. "D'accord, je lui montrerai dès ce soir.", confirma-t-elle avant de reporter son attention sur son travail.

Le fer à repasser était maintenant chaud. Rika s'en saisit et commença à le passer sur le futur ourlet pour bien marquer le pli. Dans le même temps, elle se remit à fredonner, toujours de manière aléatoire, sa tête oscillant gaiement comme pour danser sur cet air. Toute la manoeuvre aurait pu s'avérer longue et fastidieuse, mais pas pour la quatrième année qui y trouva du plaisir. Et puis en trois ans, elle en avait fait plein, des ourlets. Elle avait donc l'habitude et faisait maintenant cela rapidement et efficacement. Une fois le repassage terminé, elle éteignit le fer qu'elle reposa sur son support puis emmena la robe vers une des machines à coudre. Allumant et réglant l'appareil comme il fallait, elle s'installa confortablement devant et, soudain, le bruit rythmé et mitraillant caractéristique de la machine emplit toute la pièce. Quelques petites minutes plus tard, le bruit cessa et l'ourlet était terminé. Rika libéra la robe de la machine puis alla l'enfiler sur le mannequin. Vérifiant que l'ourlet était parfaitement effectué, elle procéda aux dernières finitions.

C'est alors que l'on frappa à la porte de la salle. "Entrez!", s'écria Rika. La porte s'ouvrit et entrèrent trois élèves de Lulim, de première, deuxième et quatrième année respectivement, et que Rika reconnut comme étant des membres du club de théâtre. "Bonjour!" saluèrent-elles en entrant. "Ah, bonjour! Vous tombez bien!", les accueillit Rika en s'avançant vers elles. "Hikari-chan!", appela-t-elle sa cadette en se tournant vers elle, "Je te présente les membres du club de théâtre qui vont jouer le rôle de Jo, Beth et Amy." Les trois élèves s'inclinèrent tour à tour en saluant Hikari. Puis, faisant face à ces filles, Rika désigna sa cadette de la main. "Voici Amakusa Hikari, notre nouvelle membre. Elle nous a rejoint aujourd'hui et a commencé à bosser sur les costumes de Beth et Amy." Cette annonce fut une bonne surprise pour les membres du club de théâtre, surtout depuis que les commandes en question avaient été mises en attente. "Formidable!", "C'est vrai?", "On peut les voir?", s'exclamèrent-elles joyeusement.

"Hikari-chan, tu veux bien leur montrer pendant que je termine la robe?", demanda-t-elle à sa camarade avant de justement retourner à ladite robe.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Lun 30 Déc - 1:27

Tout en confirmant sa proposition,promettant de faire parvenir à la présidente ses croquis dès le soir,Rika reporta son attention sur son travail tandis qu'Hikari, ravie à l'idée de recevoir des critiques d'une autre dessinatrice sur son travail, traça sur son visage un sourire ravi avant de retourner à son travail. Elle n'était jamais contre partager ses dessins avec d'autres artistes plus ou moins expérimentés qu'elle, elle y trouvait même un certain intérêt: ça lui permettait de s'améliorer ou d'aider les autres à peaufiner leur style, leur coup de crayons et ces échanges, toujours animés par un désir mutuel d'évolution, lui paraissaient indispensables pour progresser. Qui n'a jamais désiré se spécialiser un peu plus dans son domaine de prédilection, si ce n'est les orgueilleux se proclamant eux même comme parfaits?

Alors que la quatrième année s'affairait désormais à repasser l'ourlet qu'elle avait au préalable marqué, faisant ce geste avec une précision et une habileté trahissant son habitude, Hikari trancha enfin la question des tissus à utiliser pour les robes dont elle était, désormais, la responsable: du coton serait parfait. Un tissu fin sans être souple, agréable à porter et se déclinant en des centaines de teintes. De plus, ce n'était pas une matière trop noble, ce qui conviendrait parfaitement au style des costumes, qui se voulaient simples et sommaires. Se levant d'un bond, ravie d'avoir enfin trouver une réponse à sa question, la noiraude s'engouffra alors dans la réserve où elle se retrouva face à de nombreux rouleaux de tissus, tous rangés et classés par matière. Heureusement qu'elle savait ce qu'elle cherchait sinon elle aurait mis des heures à trouver son bonheur dans cette plus que fournie réserve. Saisissant à bout de bras un rouleaux de coton rose puis un d'un bleu plus foncé que celui qu'elle avait en tête mais qui convenait tout de même, la Rimoise tenta de prendre en même temps du blanc mais se ravisa, se disant qu'elle réaliserait les tabliers lorsque les robes seraient complètement finies. Serrant dans ses petits bras les imposants, et surtout très lourds, rouleaux de tissu, la demoiselle retourna dans la salle du club de couture d'où provenait le son mitrailleur et régulier d'une machine à coudre lancée à plein régime, cousant rapidement un tissu très fin, à en juger par le bruit que faisait l'aiguille sur le puits. Au moment où elle déposait ses tissus à même le sol, prête à étaler le rose pour y découper les pièces d'une des robes, le bruit cessa net alors que Rika libérait la robe de l'emprise de la machine avant de rhabiller le mannequin, procédant aux dernières finissions. Décidément, cette fille était douée: elle avait fait en très peu de temps un travail propre et parfait, elle avait tout à fait sa place dans ce club.

Hikari épingla une à une les pièces devant former la robe de Beth, veillant à ne pas faire de faux plis, et s'apprêtait à les découper lorsqu'on toqua à la porte, qui s'ouvrit après l'invitation de Rika. Apparurent alors dans l’entrebâillement trois demoiselles, respectivement en quatrième, deuxième et première année que l'aînée des deux couturières semblait bien connaître, les accueillant chaleureusement avant d'appeler sa cadette, qui s'empressa de la rejoindre, afin de lui présenter les visiteuses. C'est ainsi qu'Hikari apprit qu'elles étaient membres du club de théâtre, jouant respectivement Jo,Beth et Amy March. A bien les regarder, c'est vrai qu'elles semblaient faites pour ces rôles: la plus âgée, avec ses longs cheveux noirs et sa grande taille, avait un air farouche au visage tandis que la deuxième année, plus posée,avait l'air aussi calme et fragile que son personnage. Et pour finir, la plus jeune avait cette bouille d'ange, ses cheveux blonds et cet air espiègle que la couturière aurait volontiers donné à la benjamine March.
Alors qu'elle les saluait d'un signe de la tête, comme il était de coutume au Japon, Rika la présenta aux comédiennes, l'introduisant en tant que nouvelle membre du club et responsable des costumes de Beth et Amy, ce qui eut pour effet de déclencher l'enthousiasme chez les trois invitées. Celles ci demandèrent alors à voir les croquis, demande qui fut appuyée par la quatrième année du club de cosplay avant que celle ci ne retourne à sa tache.

"-Bien entendu, acquiesça Hikari en les invitant à la suivre, venez avec moi, je vais vous montrer mes croquis."

Les guidant jusqu'à sa table de travail, qui était recouverte d'un joyeux mélange de feuilles de papier, de crayons et de patrons, elle extirpa de ce méli-mélo de fournitures les deux dessins avant de les tendre aux comédiennes, dont les impressions ne se firent pas attendre:

"-Oh mon dieu, comme c'est beau!" s'exclamèrent-elles en coeur, visiblement enjouées par le design. La plus jeune ajouta même "On va être superbes comme ça!"

Ce flux de compliments auquel elle ne s'était pas préparée eut pour effet de faire rougir ses pommettes blanches, ce qui eut pour effet de faire éclater de rire la plus âgée des trois comédiennes:

"-Ne soyez pas gênée, mademoiselle Amakusa. Vous avez vraiment du talent, mes cadettes n'ont pas tort en disant qu'elles vont être superbes dans vos tenues."

Ce dernier compliment acheva complètement Hikari qui s'exclama,toute gênée:

"-Non, pas du tout, vous vous trompez...je n'ai aucun talent...aucun..."

Puis, comme pour changer de sujet, elle proposa:

"-Mesdemoiselles, voulez vous voir les tissus choisis pour vos robes?"

Suite à l'approbation des deux plus jeunes, couvée des yeux par la quatrième année, elle les invita à la suivre et leur présenta le coton, qui a nouveau reçu les acclamations des comédiennes. Après avoir vu tous les détails concernant leurs costumes, les trois visiteuses se retirèrent en bavardant joyeusement. Refermant la porte du club de couture, s'adossant dessus en soupirant, la noiraude lança un regard soulagé à Rika avant de s'exclamer:

"-Je suis soulagée, ça a l'air de leur avoir plût... mais dis moi Rika onee-sama, comment tu fais pour être aussi à l'aise avec les filles qui viennent ainsi à l'improviste? Ou qui checkent leurs costumes? Rien que là, j'ai crû que j'allais me laisser envahir par le stress..."

Oui, Hikari avait aussi ce genre de côté: bien qu'elle ne soit pas maladivement timide, elle avait du mal avec les gens qui la couvraient de compliments. Trop de compliments étaient pour elle synonyme de gêne. Parce qu'elle n'avait pas l'habitude d'en recevoir mais aussi parce qu'elle n'était pas capable de se juger à sa juste valeur et de ce fait, chaque félicitation lui semblait exagérée, voir non méritée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Lun 30 Déc - 11:05

Rika procéda donc aux dernières finitions de la robe, ces quelques petits détails insignifiants que le public ne remarquerait probablement pas, mais qui donnerait plus de cachet au costume et aiderait l'actrice à mieux se mettre dans la peau de son personnage. Dans le même temps, la quatrième année reprit son fredonnement habituel, baissant cette fois-ci d'un demi-ton puisque sa musique était maintenant accompagnée des voix de ses camarades Rimoises qui discutaient joyeusement. Les compliments des actrices en herbe, la modestie persistante de Hikari, et puis la bonne humeur générale mit sur les lèvres de Rika un sourire qui ne s'effacerait pas avant un bon moment.

Quelques instants plus tard, la quatrième année apporta une touche finale à la robe, puis fit un pas en arrière pour examiner le costume dans son ensemble. Acquiesçant d'un air satisfait, elle décida que la robe était terminée et prête à être portée. Hikari s'adressa alors à elle, lui demandant comment elle arrivait à gérer ces visites imprévues, avouant avoir elle-même été presque submergée par la nervosité. Rika émit un rire amusé et non dissimulé tandis qu'elle se tourna vers sa cadette. "Impressionnant, n'est-ce pas? Le club de théâtre est notre principal client, alors on reçoit régulièrement ce genre de visites. Mais ne t'inquiète pas, on s'y fait à force.", affirma-t-elle. "Et puis cette fois-ci, ce n'était pas une visite à l'improviste. C'est moi qui leur ai dit de passer... pour... Aaaaaaah!", s'écria-t-elle soudainement, se rendant finalement compte que les trois demoiselles étaient parties. Rika se précipita vers la porte de la salle et passa sa tête dans le couloir. Elle aperçut les trois actrices qui s'éloignaient tout en discutant. "Hey, revenez! Vous deviez passer pour essayer la robe de Jo!", les appela-t-elle. Les demoiselles revinrent alors au pas de course et Rika les invita à entrer de nouveau. "Désolée, on avait oublié.", s'excusa l'aînée des trois, un sourire gêné sur les lèvres. "Étourdie, va!", la qualifia Rika. Puis se tournant vers Hikari: "Tu vois, c'est de ta faute ça. Tes dessins sont tellement jolis qu'elles en ont oublié pourquoi elles sont venues.", accusa-t-elle sa cadette sur le ton de la plaisanterie, le sourire aux lèvres. Elle reporta son attention vers Jo: "Toi, suis-moi. Tu as une robe à essayer." Puis vers Beth et Amy: "Vous deux, soyez sages.", leur ordonna-t-elle, ce qui lui valut un "Ouiii!" en choeur des deux cadettes.

Rika dirigea Jo vers un coin de la pièce, un paravent le séparant du reste pour en faire une cabine d'essayage. Elle retira ensuite le costume du mannequin avant de rejoindre Jo qui avait déjà commencé à se dévêtir, laissant son uniforme pendre sur le paravent. Rika l'aida ensuite à enfiler sa robe. Quelques instants et quelques petits rires plus tard, la voilà parée de son uniforme et arborant une queue de cheval. "Alors, comment te sens-tu?", lui demanda Rika. Jo pivota sur elle-même tandis qu'elle se regardait dans le grand miroir installé dans la cabine. "Je me sens très bien et j'arrive à bouger sans problème. C'est parfait!", commenta la cliente. Rika acquiesça de satisfaction.

Toutes deux ressortirent alors de la cabine d'essayage et Jo s'avança vers les autres étudiantes pour recueillir leur avis: "Wouah! Ça te va super bien!" et "J'approuve! J'approuve!", furent-ils, provocant un rire amusé de la part de Rika qui se tourna vers Hikari et lui fit un clin d'oeil. Elle alla finalement prendre sur la table le dossier correspondant à ce costume pour en tirer le devis qu'elle apporta à Jo ainsi qu'un stylo. "Une petite signature, s'il-vous-plaît." L'actrice se saisit du stylo pour signer le devis avant de lui rendre le tout. "Venez, on va la montrer aux autres.", dit-elle à ses cadettes qui approuvèrent l'idée. "Attends!", les interpella Rika. Celle-ci se dirigea vers le paravent et récupéra l'uniforme qui y était accroché pour venir le rendre à sa propriétaire. "Tu as failli oublier ton uniforme." Un autre rire embarrassé de la part de Jo, puis les trois demoiselles quittèrent la pièce pour rejoindre leur club de théâtre.

"Mission accomplie!", s'exclama Rika tout en s'étirant, avant de rassembler le dossier et d'aller le classer avec les autres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Hikari Amakusa
Diva


Points de Réputation : 691
Date d'inscription : 15/12/2013
Date de naissance : 18/04/1995
Age : 22
Rang : Bisexuelle
Clubs : St Rim Girl School
En couple avec : Quelqu'un ;)




MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Lun 30 Déc - 18:13

Alors qu'Hikari venait de la questionner sur sa tranquillité face à tant d'invitées, Rika se tourna vers elle en riant à gorge déployée avant d'affirmer que l'on se faisait à ce genre de visites avant de se rappeler d'une chose qui la fit courir jusqu'à la porte pour interpeller les trois actrices qui s'étaient retirées en riant, leur demandant de revenir pour essayer la robe de Jo. Se retirant pour retourner à ses découpes, la noiraude entendit dans le couloir les pas rapides des trois demoiselles qui revinrent dans la pièce, amenant avec elles leurs rires et bavardages, tandis que l'aînée s'excusait, avouant qu'elle avait oublié la raison de sa venue. Retenant un rire amusé face à l'étourderie de la comédienne, la troisième année entendit soudain son aînée l'accuser en plaisantant, lui disant que ses croquis étaient si beaux que les trois jeunes filles en avaient oublié la raison d leur venue, accusation à laquelle elle répondit par un petit rire tandis que Rika emmenait Jo derrière un paravent, son costume dans les bras, intimant aux deux plus jeunes d'être sages. Ces dernière, après avoir répondu en choeur par l'affirmative, accoururent aux côtés d'Hikari qui s'était remise à découper, l'observant avec attention:

"-Comme ce rose est joli, admira la deuxième année, plus je le regarde et plus je l'aime!"
"-Et moi, et moi, quand est ce que tu feras ma robe?" demanda la plus jeune en trépignant d'impatience

La couturière leur fit un sourire à chacune avant de répondre:

"-Ne t'en fais pas, miss Amy, je ferais ta robe dès que celle là sera finie."

Cette réponse fut acclamée par la demoiselle qui applaudit doucement, visiblement enchantée par la nouvelle tandis que sa camarade regardait sans bouger les gestes précis et surs d'Hikari, qui coupait sans se presser et avec le plus grand soin le tissu qu'elle s'était approprié. Le respect du tissus, c'était quelque chose que sa mère lui avait appris dès qu'elle fut en âge de tenir une aiguille entre ses doigts: comme un écrivain prend soin de sa plume, un artiste de ses pinceaux, un couturier se doit de porter une attention constante à ses tissus.
Soudain, la quatrième année qui essayait le costume réalisé par Rika sortit de derrière la cabine d'essayage de fortune ce qui eut pour effet de déclencher une nouvelle vague de compliments envers l'autre couturière aux yeux noirs, qui adressa à sa cadette un petit clin d'oeil tout en riant. Hikari répondit à ce clin d'oeil par un sourire ravi, heureuse que le costume que son amie s'était donné tant de mal à coudre convienne et tandis que cette dernière demandait à Jo de signer le registre, la troisième année poussa un soupir avant de se redresser en s'étirant, son dos la faisant souffrir.
Décidément, elle avait perdu l'habitude de travailler à même le sol...dire que lorsqu'elle était petite, elle passait toutes ses journées dans un coin de la mercerie de sa mère, à s'amuser en découpant des poupées dans du tissu... aujourd'hui, elle en serait incapable. Et dire qu'elle n'avait que 16 ans, qu'est ce que ce serait dans dix ou vingt ans?

Entendant la voix de Rika, elle sortit de ses pensées pour se tourner vers son interlocutrice qui s'était mise à ranger le dossiers, le classant. Cette fille avait vraiment de l'énergie à revendre, elle était dynamique, sure d'elle...Hikari était étonnée qu'elle n'ait pas réussi à attirer plus de monde dans ce club. C'est vrai, ça l'avait faite tilter lorsque son aînée lui avait dit qu'elle n'était que deux, désormais trois, membres alors que les autres clubs, même les plus petits, comptaient aux moins quatre, cinq élèves. Celui de cosplay étant devenu l'un des clubs représentatifs de Le Rim, la noiraude s'étonnait aussi qu'aucune demoiselle de Miatre ou de Spica désireuses d'apprendre à coudre ne soient pas venues s'inscrire. Après tout, l'école cadette n'avait jamais fait attention aux barrières inter-écoles...

"-Dis moi, demanda-t-elle finalement dans l'idée de recevoir des réponses à ses questions, pourquoi n'y a t-il pas plus de membres dans ce club? Par rapport aux autres de notre école, il est en sous effectif... Et jamais aucune élève d'une autre école n'est venue postuler?"

En demandant cela elle soulevait aussi la grande question du "rester chez soi" qui devenait de plus en plus présent à Astrea. Désormais, de nombreuses demoiselles voyaient d'un mauvais oeil que des élèves de Miatre, Spica et Rim traînent ensembles et nouent une relation amicale, jugeant ce genre d'amitié comme totalement bancale. Etait-ce là l'avis de Rika, ou celui de la présidente du club? Cela expliquerait beaucoup de choses. Ne souhaitant pas tirer de conclusions hâtives, préférant avoir des preuves de ce qu'elle avançait, Hikari se redressa pour s'avancer jusqu'à son aînée avant de l'interroger:

"-Excuses moi mais que penses tu de la politique du "chacun chez soi" qui prône sur le campus en ce moment? Est ce que toi ou la présidente êtes pour ce genre d'idée?"

En lui demandant cela, Hikari n'avait aucune envie de créer des conflits entre elle et Rika, elle voulait juste essayer de comprendre, sans aucune mauvaise pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fictionpress.com/u/886737/Amakusa-Kuroe



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika] Lun 30 Déc - 19:52

Le dossier était maintenant classé et rangé. Rika s'essuya les mains l'une contre l'autre comme pour se débarrasser d'une poussière imaginaire. Elle alla maintenant récupérer le carnet de commande pour y jeter un oeil. La commande pour la robe de Jo venait d'être réalisée (Rika le nota sur le carnet) et celles de Beth et Amy étaient en cours (elle le nota également). Il ne restait plus que le projet privé du club de cosplay.

Hikari s'adressa à Rika, s'interrogeant sur la pénurie de membres que connaissant le club en ce moment, notamment comparé aux autres clubs de Lulim. À vrai dire, il n'y avait jamais eu énormément de membres au club de cosplay et ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait au bord de la dissolution par manque d'effectif. Rika ne s'était jamais vraiment interrogée à ce sujet, attribuant cela à la nature générale des clubs de Lulim. Sa cadette lui demanda ensuite si des élèves des autres écoles avaient jamais voulu rejoindre le club. Cette question amena la jeune fille à aborder le sujet de cette tendance isolationniste que semblaient adopter les trois écoles. Elle chercha également à savoir ce qu'en pensait Rika ainsi que la présidente. Tout cela était un sujet auquel la quatrième année ne réfléchissait jamais vraiment et les questions de Hikari la laissant pensive un instant. "Hmm... un peu de compétition et de rivalité ne fait pas de mal, du moment que cela les incite à progresser...", commença-t-elle tout en continuant de réfléchir. Puis elle secoua la tête. "Mais se faire la guéguerre entre écoles, c'est complètement ridicule et absurde alors que l'on peut parfaitement s'entendre. Miatre, Spica et Lulim sont censées être des écoles soeurs. Si entre soeurs on n'est pas capable de s'entendre, ça crée des problèmes au sein de la famille.", affirma-t-elle. "Entre s'aimer et se détester, il est plus agréable de s'aimer, tu ne trouves pas?", suggéra-t-elle alors à sa cadette, un grand sourire aux lèvres. "En ce qui concerne ton autre question, c'est au choix: passionnée par autre chose, pas d'envie ou manque de confiance. Et tous les clubs de Lulim accueillent volontiers toutes les étudiantes, y compris Miatre et Spica. C'est même inscrit dans le règlement de notre école. C'est juste qu'aucune Miatreuse ou Spicane ne s'est jamais proposée, du moins pas à ma connaissance. Mais bon, on ne va pas forcer qui que ce soit à nous rejoindre. Viendront celles qui le voudront vraiment." C'était, cela dit, un point intéressant à étudier et Rika nota dans un coin de sa tête qu'il lui faudrait vérifier cela.

À ce moment-là, quelqu'un frappa de nouveau à la porte du club. "Entrez!", invita Rika pour la deuxième fois. La porte s'entrouvrit et la tête d'une Rimoise apparut dans la salle. Rika la reconnut comme étant... Cette nouvelle arrivante trouva Rika du regard. "Ah, Rika-chan! C'est l'heure!", annonça-t-elle. Mais Rika n'eut besoin d'aucune explication. "D'accord, j'arrive!", répondit-elle tandis que l'autre Rimoise disparut. "Désolée Hikari chan, j'ai... euh... quelque chose à faire.", lui expliqua-t-elle sans rien expliquer. La quatrième année alla récupérer les croquis que sa cadette avait dessinés. Elle alla ensuite les glisser dans son sac qu'elle avait laissé à l'entrée du club. "Ah! J'ai failli oublier!", s'écria-t-elle subitement. Elle fouilla dans la poche de sa jupe pour en sortir une clé. "Attrape!", dit-elle à sa cadette en lui lançant ladite clé. "Ton double de la clé du club et de la réserve. N'oublie pas de tout verrouiller quand tu as fini." Rika quitta finalement la salle, non sans lancer un dernier: "Bienvenue au club!"
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika]

Revenir en haut Aller en bas

Où sont cachées les aiguilles? [PV Rika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ou sont cachées les étoiles?
» [Mission] Les secrets les plus cachés sont les plus intéressants à trouver • Eoghan
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-