Partagez| .

Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité
Invité






MessageSujet: Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda] Sam 14 Déc - 14:05

Elle ne comptait plus les heures depuis son départ ni les cernes qui s’étaient créés sous ses yeux. Il faut dire qu’avec le stress de l’arrivée dans cette nouvelle école si réputée, elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de dormir plus de deux heures durant les derniers jours.

Oui, le changement n’était pas quelque chose que Yuuki appréciait forcement. Perturber ses petites habitudes, son petit havre de paix et lui imposer tout ça sans son consentement… L’avantage s’était que cette école ne contenait que des filles, elle était au moins épargnée de certains boulets qui pensaient pouvoir l’avoir dans le cadre d’un coup d’un soir.

Désolée les mecs, mais c’était impossible. Bref, elle regardait à travers la fenêtre teintée de la voiture les arbres défiler avec un ennui non dissimulé sur son visage ce qui amusa le chauffeur, ou plutôt la chauffeuse qui avait été engagé pour le trajet. Elle entendit des bruits assourdissants et tourna la tête vers l’arrière de la voiture pour voir le Van qui était tiré par celle-ci.

Dedans se tenait le plus grand mystère actuel de sa vie : Cherkane. Beau cheval pie noir dont elle ignorait pas mal de choses. Depuis le décès de son bel hongre noir et son traumatisme crânien tout avait changé, et voilà qu’on la bousculait à nouveau.

Perdue dans ses pensées elle remarqua à peine que la voiture venait de se déposer devant un immense portail alors que ses yeux devinrent semblables à ceux des merlans frits, nan sérieusement c’était quoi ce domaine ? C’était trop grand ! Immense ! À l’aide ! Elle qui n’avait aucun sens de l’orientation mais là c’était LA FIN !

Heureusement, une jeune fille s’approcha de la voiture tout sourire. Elle semblait plus âgée, la vingtaine peut-être ? Yuuki sortie et s’étira de tout son long, bah quoi ?  Elle avait bien le droit après tout ! Elle finit par se présenter à la demoiselle dont elle avait déjà oublié le nom, trop occupée par les bruits assourdissants que faisait le cheval dans son van, apparemment pressé de sortir.

Une boule dans la gorge, elle grimpa dans le van et détacha l’animal alors que la chauffeuse baissa les barrières. Le hongre recula vivement, entraînant Yuuki qui manqua de faire une dégringolade sur la rambarde, heureusement elle se maîtrisa, et la demoiselle qui affirmait être en 7e année lui montra l’écurie alors que de son côté, miss « neige » puisque c’était ce que voulais dire Yuuki en japonais soupira longuement en se disant qu’elle avait bien de la chance d’avoir de l’équilibre avec une telle pile électrique.

Cheval mis au box, la chauffeuse qui semblait être multifonction affirma qu’elle s’occuperai de Cherkane pendant que l’autre demoiselle dont Yuuki n’arrivait pas se rappeler le nom l’emmena à l’entrée. Yuuki avait les yeux partout, c’était quoi cette résidence de cinglés ? C’était immense ! Et encore ce n’était que St-Spica puisque apparemment il y avait deux autres intitulés, Miatre et… Oh elle avait encore oublié, tempi, après tout elle n’avait pas choisit d’être ici.

Bon ok, en voyant les demoiselles défiler dans le bel uniforme blanc elle ne le regrettait pas tellement. D’ailleurs, on l’emmena à l’infirmerie pour prendre ses mesures, c’était tellement gênant… Surtout en voyant la tête de l’infirmière en arrivant à sa poitrine. Pourquoi ? Elle aussi elle était lesbienne ? Yuuki sentit ses joues devenir rosées alors qu’elle murmura « au secours », à peine audible ça va de soit.

Finalement, elle put récupérer sa valise et se diriger lourdement vers l’étage ou se tenait les chambres, sa chambre du moins. La demoiselle de 7e année vérifia le papier ou était noté quelques informations ainsi que le numéro de celle-ci, et perdit son sourire.

« Oh mon dieu »
«  Quoi ? Quoi ?! »

Ça semblait un peu direct, mais réellement là à ce moment précis de cette heure précise de ce jour précis dans cet endroit si imprécis… Elle flippait. Comment le dire autrement ? C’était le cas, la boule au ventre, le summum du stress voyez !

« Dans cette chambre… »

A voir l’expression que tenait cette fille, on aurai dit qu’elle parlait du diable même. Yuuki haussa un sourcil puis finalement se calma, ou était passé son sang froid pendant ces quelques secondes ? Elle croisa les bras sous sa poitrine attendant une quelconque explication.

C’est alors que la demoiselle planta son regard noisette dans ses deux azurs, et posa une main compatissante dans son épaule en murmurant un ‘bonne chance’ à peine audible avant de s’éloigner, prétextant soudainement qu’elle avait quelque chose à faire. Voilà donc notre mignonne Yuuki devant une porte ne sachant que faire.

Elle toqua, personne pour répondre, il y avait un cadavre là dedans ou quoi ? Finalement, elle déverrouilla la porte avec la clé qu’on lui avait donnée et rentra, constatant… une chambre. Deux lits. Deux bureaux. Deux armoires… Enfin, tout ce qu’il y avait de plus… Normal ? Pas de Satan alors ? Bon ! Elle était presque déçue !

Elle remarqua qu’un côté était prit et déposa sa valise en bas de son lit, le seul qui restait et qui ne semblait pas avoir été utilisé. La chambre était banale, voir laide pour sa part elle n’aimait pas tellement la déco. Épuisée, elle ne défit même pas sa valise et se laissa tomber sur le lit, regrettant d’avoir mit ce haut blanc qui moulait ses formes… Surtout sa poitrine. Au moins, le slim noir qu’elle avait permettait encore de rattraper la chose, même si bientôt elle devrai se taper les différents costumes de la résidence Strawberry, adieu beau pantalon !

Ses cheveux cascadaient autour de son visage alors qu’elle ferma les yeux. Elle était en train de s’endormir, et à vrai dire, ça aurai été le cas si elle n’avait pas soudainement entendue des bruits…
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda] Lun 16 Déc - 7:40

Une journée de merde. Non franchement, la pire journée depuis le début de l’année.  Non seulement elle avait été obligée de se taper la paperasse parce que la Présidente n’en avait pas foutu une mais en plus ! en plus elle ne comptait pas le nombre d’élèves qui avaient enfreint le règlement aujourd’hui ! A croire qu’elles se passaient la mot : faite chier la vice-présidente elle adore ça et elle vous donnera des cookies. Des cookies empoisonnés oui bande de pauvres idiotes ! Bon peut-être que c’était également le manque de sexe ces derniers temps. Enfin de relation, sa dernière conquête s’était barrée pour une autre fille, bien plus moche en plus et depuis plus moyen de se détendre convenablement étant donné que Chiyuki s’était lancée à corps perdu dans le travail. Même pas moyen de faire une pause pour fumer. En cet instant elle aurait pu tuer pour une seule bouffée de tabac, une foutue petite bouffée. Mais non, à la place elle devait bosser et passer pour la vice-présidente irréprochable et la plus salope des dix dernières années à Saint-Spica. Job de merde. Mais bon, elle l’aimait quand même ce poste. Quoi qu’il en soit aujourd’hui était définitivement un mauvais jour et par conséquent elle était d’une humeur de chien. En plus de ça elles étaient censées accueillir une nouvelle dans l’établissement - une certaine Yuquelquechose dont elle n’avait pas pris la peine de lire le dossier où les informations la concernant – et cette idiote était introuvable ! Non mais sérieusement ce n’étais pas possible ça ! Quelqu’un lui en voulait ou quoi ? Bon à part les trois-quarts de l’école et une bonne moitié de la résidence ? Elle imaginait bien une de ces jolies petites idiotes fabriquer une poupée vaudou à son effigie et prier pour qu’il lui arrive la poisse. Non vraiment, il fallait qu’elle fasse une pause là, elle délirait. Mais non, pas de temps pour la pause, à cause de l’autre andouille introuvable. Elle avait cherché partout pourtant ! Ah moins que… pas les écuries, mais à moins d’être un cheval… Bah ça valait quand même le coup.

Elle se dirigea d’un pas décidé vers cette maison pour cheval, pas qu’elle n’aime pas les chevaux hein mais non, elle n’aimait pas les chevaux. De sales bêtes imprévisibles. Chiyuki détestait vraiment tout ce qui était imprévisible et encore plus des bestioles. Mais bon, pas le choix fallait bien trouver l’autre parce que la Présidente n’était pas foutue de faire son boulot correctement, feignasse va ! Elle jura quand elle entra dans l’écurie. Bien évidemment aucune trace de nouvelle, anciennes oui mais pas l’ombre d’une fille qu’elle ne connaissait pas. En la voyant arriver certaines élèves se figèrent, pas trop sûres de savoir quoi faire, de peur sans doute d’être accusées de quelque chose de mal mais Chiyuki les ignora royalement et s’approcha d’un box où une nouvelle sale bête avait prit place. Génial. Nouvelle, introuvable et accro aux chevaux. De mieux en mieux. Si elle n’avait pas été seule la jeune fille en aura gémit de dépit. Pourquoi le sort s’acharnait-il comme ça, hein ? Vraiment la journée n’aurait pas pu être pire.

-Et toi, ce cheval, il appartient bien à quelqu’un, non ? demanda-t-elle à une pauvre fille à l’air terrorisé.

Génial, voilà qu’elle passait en plus pour en tyran, super, vraiment. Elle s’approcha de la jeune fille qu’elle venait d’interpeller et lui sourit. Ses sourires étaient tellement rares qu’ils faisaient figures de légendes, la fille lui répondrait assurément si elle savait quelque chose. Toujours se servir de tous les moyens possibles et inimaginables pour parvenir à ses fins. Sur quoi une femme intervint, surgissant de nulle part et qu’elle ne connaissait surtout pas. Chiyuki fronça les sourcils, ça ne pouvait définitivement pas être la nouvelle élève, bien trop vieille. Elle claque sa langue contre son palais, signe qu’elle était vraiment énervée. La femme lui expliqua que le cheval appartenait à une nouvelle dont elle semblait être une sorte de chauffeur multifonction et que celle-ci avait été prise en charge par une autre étudiante. La jeune étudiante de Saint-Spica aurait entamé une danse de la joie si, une fois encore, elle s’était retrouvée seule. Sa pause enfin désirée arrivait. Si la nouvelle avait été prise en charge, son boulot pour la journée était fini, enfin !

Elle quitta précipitamment l’écurie pour se diriger vers l’institut Saint-Spica. Une clope, c’est tout ce dont elle avait besoin mais d’abord elle devait terminer tout comme il faut. Elle passa à travers les jardins, en profita pour s’y arrêter cinq secondes et termina son parcours dans le bureau réservé à la Présidente et elle-même. Elle rangea consenscieusement son bureau, classa les derniers papiers, engueula la Présidente et donna les dernières directives du jour aux secrétaires. Enfin elle s’autorisa à reprendre son souffle et se dirigea tranquillement vers la résidence Strawberry. Comme une toxico en manque, elle monta les escaliers de la résidence aussi vite que possible tout en essayant de rester aussi classe que le voulaient les règles de son établissement et enfin, se rua dans sa chambre et ferma la porte en s’adossant contre, les yeux clos. Elle se dirigea vers l’armoire à côté de la porte et en tira le saint-graal, une Marlboro et son briquet. Elle s’empressa de l’allumer etferma les yeux lorsque la saveur âcre mais ô combien délicieuse entra en contact avec ses poumons, elle en eut presque comme une petit gémissement de plaisir. Ce n’est qu’après sa première bouffée qu’une information qu’elle avait ignorée jusque-là, trop pressée de savourer son petit plaisir quotidien, fit son bout de chemin jusqu’à son cerveau. En entrant dans la chambre elle avait aperçu un semblant de forme humaine allongée sur un lit. Chiyuki ouvra précipitamment les yeux et se retrouva à contempler une jeune fille allongée sur un lit. Dans sa chambre. Et fait troublant, ressemblant vaguement à la photo du dossier sur la nouvelle.

- On peut savoir ce que tu fous ici ? demanda-t-elle sèchement, la voix aussi polaire que possible.

Pas que le fait d’avoir une visiteuse indésirable la dérangeait hein mais elle allait vite dégager si elle ne voulait pas finir mangée toute crue, Chiyuki avait vraiment les crocs et elle se défoulerait sur n’importe qui en ce moment. C’est là qu’un doute l’assaillit et que les pièces du puzzle s’assemblèrent tout doucement. Cette fille ressemblait vraiment à la fille sur la photo. Elle était nouvelle. A Saint-Spica. Sans doute du même âge que Chiyuki ou pas très loin en tout cas. Chiyuki avait un lit disponible dans sa chambre, parce qu’elle avait fait fuir son ancienne collocataire. Oh putain, c’était une blague, c’est ça ?

Elle ouvrit son sac de cours et regarda la copie du dossier scolaire. Oh si, c’était bien ça. Elle regarde le papier, la jeune fille aux cheveux d’une étrange couleur, le dossier encore une fois, le lit, la valise, la fille et là, la lumière fut.

- Oh putain, c’est une blague, c’est ça ?

Quand elle disait que la journée ne pouvait pas être plus pourrie, c’était une constatation, pas un défi à l’encontre de la journée en question. Mais là, là ça battait des records !


Dernière édition par Chiyuki Fukuda le Lun 16 Déc - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité






MessageSujet: Re: Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda] Lun 16 Déc - 18:25

Yuuki avait fermée les yeux, seule dans sa nouvelle chambre, sa nouvelle prison, sa nouvelle demeure. A une différence près, elle ne serai plus vraiment totalement seule puisqu’un autre lit utilisé se tenait ici. Elle repensa un instant aux paroles de la demoiselle qui l’avait escortée, se disant que de toute façon ça ne pourrait pas être pire que la pression qu’on lui mettait chez elle.  Ce n’était pas si mal… Elle pesait le pour et le contre, puis son esprit s’évada dans une toute autre dimension.

Elle ne dormait pas, elle était entre le conscient et le subconscient. A vrai dire, a ce moment précis ou sa vie était en train de prendre un tournant décisif elle ne pouvait s’empêcher de repenser au passé et surtout à ce jour qui avait tout chamboulé dans son esprit. Malgré le traumatisme crânien, elle avait des souvenirs, des flash back comme des couteaux qu’on lui plantait encore et encore.

Elle revoyait alors la foule, ses parents, ses amis cavaliers, ses rivaux. Les enfants émerveillés par la musculature de Diablo. Les oreilles pointées vers l’avant de celui-ci, il écoutait tout, il savait que le monde humain acclamait qu’il montre qu’il était le meilleur. Et il l’était, aucun doute là-dessus. Elle ressentait chaque souffle, il ressentait chaque geste. C’était presque être centaure que de monter ce cheval qu’elle connaissait par cœur. C’était  comme pouvoir lui parler l’humain, c’était clair, il voulait gagner, et elle voulait le faire gagner.  « aller Diablo, montre de quoi tu es capable… »

Oui…’Tu’ pas nous. Elle n’avait pas était là quand il le fallait. Cet obstacle, un oxer de 1,10 mètre. Il était noir et rouge, deux couleurs qui reliées ensembles données une certaine vision instable au cheval, mais rien pour déconcentrer la bonne bête. Lui, il n’y avait rien pour lui faire peur. Une seule erreur, un mouvement de hanche en trop, une pression de mollets en moins. Tout, tout était de la faute de Yuuki.

Elle ouvrit soudainement les yeux, sortant de sa rêverie, ou plutôt de son cauchemar. Elle tourna un peu la tête, toujours couchée pour voir qu’une… Fille était là. Dos à elle, elle semblait avoir allumé quelque chose, et en vue de la fumée qui s’échappa ça devait être une cigarette. Yuuki ne daigna même pas prévenir de sa présence, encore trop troublée par ses dernières pensées et la fixa simplement perplexe. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que ‘Satan’, c’était elle, du moins la représentation que lui avait donné celle qui l’avait escortée jusqu’à la chambre.

Petite et menue, bien qu’elle semblait mignonne mais ne ressemblait en rien à Satan. Cette cigarette à ses lèvres cachait-elle une part rebelle ? En tout cas, ça ne dérangeait pas Yuuki, du moment que ce n’était pas trois paquets par jour et que la chambre n’allait pas être embuée d’une désagréable odeur régulièrement, elle laisserai au moins ce privilège, après tout ce n’était pas ces poumons qui étaient en jeu, et ça cette distance elle était bien trop loin pour pouvoir parler du tabagisme passif. Elle laissa un soupire s’échapper de ses lèvres alors que soudainement la demoiselle écarquilla les yeux et la fixa comme si c’était à présent elle le diable incarné.

Hey oh ! Il ne fallait pas inverser les rôles non plus ! Comme réflexe, Yuuki se mit assise, replaçant d’une main délicate une mèche de ses cheveux qui cachait son œil, encore endormie et troublée de ses pensées trop obscures pour la demoiselle. Elle haussa finalement un sourcil lorsque la jeune fille lui demanda ce qu’elle faisait ici, enfin, ce qu’elle ‘foutait’ ici. Une voix à la fois sèche et glaciale, elle avait l’impression d’avoir prit un courant d’air.

Pensait-elle pouvoir l’impressionner avec ce faible numéro de « je suis énervée attention ! ». Et puis, pourquoi lui demander ? Elle n’avait pas eu un minimum d’informations ? Ah et bien si, puisque maintenant elle sortie un dossier de son sac pour le feuilleter, alors que son regard se balada partout, et surtout sur Yuuki. La cavalière comprit que c’était son propre dossier qu’elle tenait encore ses mains, mais de quel droit elle avait des informations sur elle ?! Oh et puis zut, rien à cacher de toute façon, trop fatiguée pour courir après son bien-être personnel.

En attendant que la demoiselle s’en remette, Yuuki se leva pour s’étirer de tout son long, laissant découvrir la finesse de son corps et entrevoir ses hanches en vu de son débardeur qui se souleva sous cet acte.  Elle eu alors droit à un magnifique « oh putain, c’est une blague, c’est ça ? ». Hm. Décidément sa première rencontre avec sa nouvelle colocataire était délicieuse.

Yuuki émit des hypothèses, elle était énervée ? Frustrée sexuellement ? Elle avait ses règles ? Un surplus d’hormones ? Le tout en même temps ? C’était un homme déguisé en femme ? Non peut-être pas, ça avait bien l’air d’être une fille.  Ah oui, Satania ! Voilà tout s’expliquait ! Finalement, la demoiselle aux cheveux bleus croisa doucement les bras sous sa poitrine, fixant la planche à pain qui lui faisait face comme provocation :

« Bien sûr que c’est une blague ! A la base je devais même me déguiser en gogo danseuse mais manque de chance ma dignité me l’interdit … »

Comment faire reconnaître à quelqu’un l’absurdité de ces paroles ? Et bien comme ça. Pour autant, Yuuki n’était pas une fille méchante loin de là mais la situation faisait que la réaction de la jeune fille lui déplaisait au plus haut point. Et avec les pensées concernant ‘l’accident’, elle n’allait pas vraiment mieux.  Finalement, elle se calma et décroisa les bras avant de s’approcher sans même craindre une quelconque réaction et d’attraper de ses mains le dossier pour le lire. C’est dingue comme ce genre de formalités pouvaient catégoriser quelqu’un ! Elle fronça les sourcils en lisant quelques informations, puis planta soudainement son regard bleuté dans le sien :

« je peux savoir ton prénom ou je te surnomme Satania ? »

Et bien quoi ? Pourquoi se montrer agréable avec quelqu’un qui ne l’était pas ? Quand on avait une nouvelle colocataire c’était un sourire, un bonjour et une présentation ! Décidemment, ça commençait bien.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda]

Revenir en haut Aller en bas

Souhaitez-moi bonne chance! [Pv. Chiyuki Fukuda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Bonne Année
» Bonne Année 2011
» OH RESCAPES ! AUX RESCAPES DU 12 NOVEMVRE ET DU JANVIER..BONNE ANNEE!
» bonne journée !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-