Partagez| .

[ADMISE A ST-RIM]Akiko, l'automne qui doucement prend fin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité
Invité






MessageSujet: [ADMISE A ST-RIM]Akiko, l'automne qui doucement prend fin... Sam 20 Déc - 1:16

Akiko Callaghan

SURNOM(S): Akko, Aki • ÂGE: 17 ans •  ORIENTATION SEXUELLE: Bisexuelle • NATIONALITÉ: Irlandaise et japonaise • FONCTION: Etudiante • ÉCOLE : St-Rim • ANNEE: 4ième- Vice présidente du Conseil des Elèves

Physique & Caractère

» Physique: Imaginez, tentez seulement d'imaginer l'étrange créature qu'est Akiko. Du haut de son mètre soixante cinq tout à fait respectable, elle se présente aux yeux de chacun comme une jeune fille à la silhouette fine, avec quelques rondeurs européennes que lui envient parfois ses camarades. Un corps blanc, fragile, qui semble malgré sa possible robustesse prêt à éclater en morceau au moindre contact. Une peau blanchâtre, presque pale, joliment rehaussée par de nombreuses taches de rousseur et grains de beauté parsemés sans aucune parcimonie sur un visage aussi rond qu'un dango bien modelé. Deux grands yeux bleu verts brillants de curiosité et de malice, grands ouverts et bordés de cils aux couleurs des érables japonais.Une bouche bien tracée souvent tirée en un sourire doux ou en une grimace de tristesse, parfois même grande ouverte pour crier toute sa colère. Mais le plus incroyable quand vous regarderez cette poupée occidentale, c'est bien sûr sa chevelure flamboyante et bouclée, rebelle, épaisse comme une forêt d'Irlande, impossible à coiffer correctement sous peine de s'arracher le cuir chevelu. Et il serait fâcheux de casser une aussi jolie poupée n'est-ce-pas? Aussi, Akiko les laisse-t-elle sans cesse libre, s'amusant de les voir se battre avec le vent. Bien, êtes vous parvenu à imposer à votre esprit l'image de cette demoiselle? Parfait. L'aimez vous? Hélas...pauvre de vous, l'aimerez vous tout autant lorsque vous connaîtrez toute la vérité?

» Caractère: Une jolie poupée qu'on aimerait câliner avant de s'endormir, douce et silencieuse...non, décidément, Akiko n'est pas du tout comme cela. Elle sourit beaucoup et est toujours gaie, Akiko, elle rit très fort surtout! Ah ça, quand elle s'esclaffe, tout Astrea l'entend! Et on peut dire que ça ne déplaît pas à Astrea, la rouquine apporte un véritable souffle de gaîté partout où elle passe. Optimiste, pleine d'esprit, elle tend aussi à vivre libre, à exister au delà des murs et des barrières et de fait à tendance à se montrer farouche et à dévoiler un caractère bien trempé jusque là insoupçonné. Contestataire et n'hésitant pas à faire entendre haut sa voix lorsqu'il s'agit de défendre ses choix, elle se révèle être une vice présidente impartiale qui tranche toujours en faveur de la justice, en pesant toujours le pour et le contre de ses décisions. Mais elle doit bien avoir un défaut non? Rassurez vous, des défauts, elle en a une pelletée comme tout le monde: déjà, elle ne cesse de raisonner pour tout et rien, sur des choses établies depuis des siècles et s'énerve si il ne lui ai pas donné une réponse concrète autre que "c'est ainsi.". Elle est colérique, trait qu'elle a hérité de son père, tant et si bien que ses crises de colère font trembler les murs. Difficile à croire qu'un être aussi charmant soit habité par un tel démon! Et pour finir, elle est orgueilleuse et ne cessera d'abonder dans son propre sens si il lui parait juste, qu'importe les preuves qu'on lui apportera pour lui prouver qu'elle est dans le faux. Elle a aussi tendance à se montrer susceptible et peut vite se retrouver dépassée par les évènements.
Et maintenant, est-elle toujours à votre goût? Oui?! Eh bien, vous êtes difficile à convaincre...mais écoutez son histoire et ensuite vous pourrez juger.

Histoire
"Callaghan-san! Callaghan-san! Vite, votre femme..."
Le dit Callaghan, un irlandais de souche dont la famille avait immigré au Japon alors qu'il n'était qu'un petit garçon, eut un sursaut et se leva vivement, fixant avec effroi l'infirmière qui accourait vers lui. Voilà des heures qu'il était sorti de la salle d'accouchement où sa femme Kyouko tentait d'enfin faire sortir leur petite fille de son ventre. Mais hélas, l'accouchement se passait mal, de par la santé fragile de la future mère: bien des fois elle avait perdu connaissance et quand elle revenait à elle, elle criait de plus belle sans parvenir à faire cesser cette épreuve. Sans plus attendre, il accouru jusqu'à la salle où se trouvait sa compagne pour la retrouver immobile sur la table de travail, reprenant difficilement son souffle tandis que sur son ventre hurlait une petite boule de chair aux cheveux roux.
"-Ah....James...
-Kyouko! Tu as réussi! Tu as vu!" Il vint prendre son bébé dans ses bras pour montrer à sa femme le visage boursouflé et rougi du nouveau né, "Regarde, elle est magnifique! Elle a des cheveux aussi roux que les miens!"
Un sourire en guise de réponse, Kyouko sent bien qu'elle n'a plus la force de répondre à son mari et lui même a bien compris que sa femme ne tiendrait pas longtemps. Pourtant il se retint de fondre en larmes, il devait se retenir.
"James... elle est magnifique....tu en prendras soin n'est ce pas? Qu'elle soit aussi belle plus tard...." Un nouveau sourire plus faible tandis qu'elle continue d'une voix faible, "Comme ça, elle pourra trouver un homme à aimer et qui l'aimera en retour, comme toi tu m'as aimée...et comme moi je t'ai aimé jusqu'au bout..." Un dernier sourire et elle cesse de parler. Doucement ses yeux se ferment dans un dernier soupir. Les médecins accourent avec anxiété, les infirmières suivent et tous tentent de la réanimée. "Heure du décès, 10h35." et les portes de la salle d'accouchement se referment sur le nouveau père de famille qui garde au creux de ses bras sa fille adorée, la seule chose qui lui reste sur cette terre. Et bientôt, des larmes viennent rouler sur son visage d'homme.

"-Papa! Papa! Papa!" Akiko se met à crier au beau milieu de la nuit, sanglotant avec force: sa tête lui fait mal, tout son corps est douloureux, elle a peur, très pu du haut de ses quatre ans. Son père accourt, la prend dans ses bras. Depuis qu'il a perdu sa femme, il est toujours anxieux à propos de la santé de sa petite fille qu'il trouve étonnement fragile. Elle pleure de plus en plus, est prise de tremblements, se plaint de maux de tête qui durent depuis des jours. James s'inquiète et il a bien raison. Le lendemain, il l'emmène à l'hôpital pour savoir de quoi elle peut bien souffrir, espérant qu'il ne s'agit pas du même symptôme inconnu qui a emporté sa femme. Et là, le verdict tombe "Votre fille est atteinte d'une pathologie extrêmement rare" Et qui dit rare dit bien sûr sans remède, sans traitement pour l'éradiquer. "Elle va s'affaiblir de plus en plus...jusqu'à...." James sent de nouveau son monde s'écrouler, comme ce jour où sa Kyouko a quitté cette terre. Alors sa Akiko chérie aussi...? Non, impossible! Ces médecins mentent! Sans demander son reste, il prend sa fille dans ses bras et retourne chez lui en cachant son désarroi.

"-Je suis désolée papa, je suis encore tombée dans les pommes aujourd'hui, à l'école..."
Allongée dans son lit, bordée par un James inquiet, Akiko tente de sourire pour rassurer son père qu'elle devine mort de peur. Maintenant, elle est assez grande pour ressentir ces choses là et elle s'attriste de le voir dans cet état. Son papa, toujours si fort, si courageux, si farceur et capable de tout faire, son modèle en d'autre termes...elle ne voulait pas le voir accablé. Elle se redresse doucement pour essayer de s'asseoir mais son père l'en empêche, lui ordonnant de rester allongée. Pourtant, Akiko a l'impression que son état empire si elle reste dans la position du mort Et elle s'inquiète pour la suite. Malgré les pronostiques des médecins, elle est toujours en vie à l'aube de son entrée au collège. Et elle compte bien y aller, au collège!  
"-Dis papa, tu crois que je pourrai aller au collège? Et faire des études avec ma santé?
-Ta mère en avait bien fait, pourquoi pas toi ma puce?"
C'est vrai, même si elle était faible, elle avait assez d'esprit pour faire des études secondaires, pourquoi gâcher cette chance? Sous prétexte d'être malade? Non vraiment, c'était une excuse minable!
"-Tu sais où maman avait fait ses études? Elle était pensionnaire dans un établissement pour jeunes filles non? Ca me plairait d'y entrer...
-A Astrea?" James éclata de rire, caressant avec tendresse les boucles rousses en bataille de sa fille, "Tu as de l'ambition ma puce, c'est bien! Je suis sur que tu y entreras sans problème l'an prochain."
James tente de faire bonne figure, même si il sait qu'il va se sentir extrêmement seul sans sa fille unique. Et l'envie de retrouver une épouse lui manque, Kyouko reste la seule à ses yeux, la seule qu'il ait été capable d'aimer. Mais il le sent, la maison lui paraîtra bien vide sans sa progéniture.

"Eh bien nous y voilà. Et dire que tu as été admise dans la même école que ta maman, je suis fier de toi!"
Sans rien ajouter, James regardait le long escalier qui menait jusqu'au pensionnat. Il le savait, il n'irait pas plus loin, les hommes étant interdits dans l'enceinte de l'établissement. Les dernières recommandations devaient donc se faire dès maintenant, tant qu'ils n'étaient que tous les deux et que les élèves du conseil n'étaient pas arrivées.
"Bon, si tu ne te sens pas bien, tu sais que tu peux revenir à la maison. N'oublies pas de te ménager surtout! Et envoies moi de tes nouvelles ma puce! Je te retrouve pour les vacances d'été d'accord?!
-Mais oui papa!" sourit Akiko, "Je ferai attention! Et je reviendrai dès que possible!"
Déjà la présidente du Conseil des élèves de Rim arrivait, saluant gentiment Akiko et son père avant d'emmener la jeune fille avec elle, prenant le soin de porter la valise de la nouvelle venue trop faible pour le faire seule.
"Alors comme ça, tu es irlandaise? Tu as de beaux cheveux, Callaghan-san
-Merci...
-Ne sois pas timide voyons! Tu vas te plaire ici, je te le promets! Et je suis sure que tu vivras à Astrea les meilleures années de ta vie!".

PSEUDO(S): Kuroe • PRÉNOM: X • ÂGE: 19ans • COMMENT ES-TU ARRIVÉ(E) ICI ?Double compte d'Hikari • COMMENT TROUVES-TU LE FORUM ? X • LE CODE ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Ste Astraea
Immortelle


Points de Réputation : 999999966
Date d'inscription : 24/10/2013
Date de naissance : 02/02/1998
Age : 19
Rang : Tout-Puissant
Année Scolaire : Infinie
Clubs : Tous
En couple avec : Inconnu




MessageSujet: Re: [ADMISE A ST-RIM]Akiko, l'automne qui doucement prend fin... Sam 20 Déc - 18:16



Bonjour/Bonsoir,

Je vous annonce que vous êtes admise à Astrea, dans notre chaleureuse Ecole St-Rim. Avant de pouvoir commencer a rp parmi les autres élèves d'Astrea, nous vous demanderons d'aller recenser votre avatar ici ! Vous pouvez aussi vous inscrire dans un club en allant remplir le dossier d’inscription ici ( Vous n'êtes bien sûr pas obligée de vous y inscrire. Enfin... nous vous demanderons de choisir votre chambre ici même. Pour toute demande, renseigner vous vers le panneau d'affichage.
Cordialement, PNJ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strawberrypanic.forumactif.fr

[ADMISE A ST-RIM]Akiko, l'automne qui doucement prend fin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'automne en mille morceaux!
» "SPLENDEURS D'AUTOMNE"
» saison, l'automne : gratin de poires au roquefort
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Le Temps d'un Automne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Archives :: » RPs & Co Archivés-